vendredi 5 février 2010

Serge et Louis


Serge est russe.

Biélorusse pour être plus précis.

Louis est Espagnol de naissance.

Naturalisé Mexicain malgré un long séjour en France qu'il parlait excessivement bien.

Les deux n,ont aucun espèce de rapport ensemble puisque le premier est athlète sportif et le second mort.

Et artiste surréaliste on top of that.

Je suis amoureux des deux. Ça s'est confirmé cette semaine. Et je ne suis pas gai et eux non plus.

Parlons de Serge.

Serge est hockeyeur professionnel pour un club qui a gagné la coupe Stanley 24 fois en 100 ans.

Il a la bouille du petit fouteur de merde que j'étais, jadis naguère. Il est tout petit et compense par une intensité souvent mal calibrée. Il est le frère que j'aurais souhaité avoir. Celui qui m'aurait obligé à me forcer davantage, à me battre, à me prouver meilleur que je le suis d'emblée. Il aurait aussi été celui qui serait venu me défendre quand autrui se serait montré odieux à mon égard. Non, moi j'ai été élevé avec des filles et c'est tout seul qu'il fallait que je fasse ma santé virile. Une virilité qui s'est avérée 100% plus efficace chez Archambault Musique et livres davantage que chez Canadian Tire chez qui je ne mets que très rarement les pieds.
.
J'ai un gilet de Steve Begin, signé du mec, dont j'admirais le travail acharné malgré le talent limité. Les Canadiens l'ont envoyé à Dallas et il nous pue en pleine face maintenant avec les Bruins. J'ai un t-shirt de Mike Komisarek dont le coup d'épaule me plaisait beaucoup. Maintenant qu'il a choisi l'argent et qu'il joue pour l'ennemi juré (les Maple Losers) j'utilise le t-shirt uniquement pour curer le bol de toilette.

J'ai toutefois aussi un t-shirt de Sergei Kostitsyn. En lequel je me reconnais amplement. Pas toujours mature. Toujours intense. Souvent sur la brosse. Toujours le goût des femmes.

Délicieux passeur de rondelles. Toujours à la défense de son grand frère même si c'est lui le petit cul.

I
Luv
Sergei

Lou maintenant.

Il grandit au sein d'une famille nombreuse et riche mais méprisera la bourgeoisie toute sa vie.

Sa mère subventionne son premier film qu'il tournera avec nul autre que Salvador Dali.

Du Chien Andalou jusqu'à Cet Obscur Objet Du Désir, Luis Buñuel a construit une œuvre profondément marquée par le surréalisme.Ses films portent pratiquement tous, à des degrés divers, la marque du surréalisme, que ce soit dans la forme ou le discours. Le cinéaste surréaliste est celui qui aura détruit la représentation conventionnelle de la nature , ébranlé l'optimisme bourgeois et obligé le spectateur à douter de la pérennité de l'ordre existant.

J'ai écouté cette semaine Virdiana et L'Ange Exterminateur.

J'ai joui.

Ça m'a rappellé à quel point j'avais tant aimé Belle de Jour, La Voie Lactée et Le Charme Discret de la Bourgeoisie.

Comme je suis né cette semaine il y a 38 ans, j'ai hérité en cadeau de certificats cadeau chez Archambault. J'ai essayé de trouver l'un de ses trois films mémorables pour moi.

Je n'ai rien trouvé en magasin et ai simplement réussi à trouver Belle de Jour pour une dizaine de dollars sur le net.

Je ne baisserai pas les bras. Je trouverai à prix abordable les deux autres.

J'aime trop Luis

I
Luv
Luis

Et je suis forcé de suivre les canadiens jusqu'à la fin de la saison

J'aime trop Sergei.

Tous les deux trop baveux.

Tous les deux trop moi.

2 commentaires:

Cybèle a dit…

Comme cela vous êtes verseau Jones.

Bonne Fête!

Jones a dit…

ab "seau" lument

Merci :)