vendredi 30 mai 2008

Une roche sur le rail du train de Québecor


Si le ridicule tuait le réseau TVA serait un cimetière depuis longtemps.

Où ailleurs peut-on trouver des "experts" comme Claude Pwayé, Felix Séguin, Maxime "Voyez" Landry, Jean-Paul "dans mon livre à moi" Chartrand ou Cotelette Provencher pour nous égayer?

Salvail avec ses "Dion" en direct étaient un chef d'oeuvre; Le fameux hélicoptère coûteux de TVA qui a son moment de gloire en attrapant sur le fait la soeur du boss; l'homme qui, aux retrouvailles de Claire lamarche, est tout heureux de retrouver ses enfants jusqu'à ce que son ex le rassoit dans la honte en disant en direct qu'il était un batteur d'enfant.

Merveilleux moments de disgrâce que seul TVA a le talent de développer.

Après que le Toronto Star ait refusé de payer le très oportuniste 50 000$ que Julie Couilles-ard réclamait pour sa business...euh...pour son histoire. TVA va nous faire avaler qu'ils n'ont rien payé pour l'entrevue exclusive accordé à Paul Larocque lundi...Pe-leaaaase!

Y a vraiment juste TVA qui soit capable de tenter de nous faire avaler des couleuvres de cette taille. La convergence Québécor peut facilement faire glisser tout cela. Ou du moins tenter de le faire. Très facile d'imaginer qu'un tier sera payé par le Journal de Montréal pour l'entrevue exclusive, un autre tier par TVA pour l'autre entrevue "Exclusive" Larocque/Couillard et le dernier tier par disons un des magazines appartenant à Québécor.

Tiens justement...ce matin en kiosque "Julie Couillard : "Tout ce qu"elle n'a pas dit"" à la une du 7 Jours...

Le mot "exclusif" a-t-il encore un sens dans l'actualité ou a-t-til le même effet maintenant que l"adjectif "super"?

Et pour être bien sur de se refaire la main une poursuite tout à fait farfelue contre Gesca et deux journalistes de la Presse pour des allusions entre les liens étroits (et véridiques) entre PKP et Maxime Bernier. Une poursuite pour avoir fait son travail quoi...Ou comment montrer au Québec que l'on peut être les premiers en côte d'écoutes et les derniers en matière d'éthique et de cohérence...

C'est pas Pierre Bruneau qui rigolait en direct en scandant "rigueur, rigueur, rigueur" quand Radio-Canada avait sorti la nouvelle trop vite de la défaite de Jean Charest dans son comté? Maintenant que d'autres médias ont eu le scoop plus vite que TVA et que la gestion de cette histoire de lit qui a donné les boules à tout le monde ait été 100% ratée, on dirait que TVA tente de recoudre les trous paresseusement.

Avec du gros fil blanc fluo comme toujours.

On commence beaucoup à ressembler à l'Italie avec cette recherche de contrôle presque total de l'information. Silvio Berlusconi est lui aussi propriétaire des principaux journaux Italiens, des principaux magazines Italiens et des principaux canaux de télévision Italiens.

Il est aussi le crapuleux Premier Minus Italien et personne ne doute de la force de sa corruption.

PKP fait pas mal ce qu'il veut ici. Imaginez si s'était sa belle gueule au pouvoir au lieu de celle de Charest, Marois ou Dumont? Sa simple belle bouille le ferait passer c'est certain.

On est nouilles comme ça au Québec.

Nouilles comme faire de TVA notre station numéro un.
Nouilles comme faire de Marie-Chantal Toupin une chanteuse.
Nouilles comme faire du Journal de Montréal/Québec le journal numéro un.

Journal de Montréal qui avait choisit de faire sa une avec la finale de Star Académie aux lendemains des dernières élections. Ceci qui en dit long sur le jugement des gens en place.

Voici un avant-goût du jugement de Berlusconi...tout aussi édifiant...

mercredi 28 mai 2008

L'Ostie d'Show






"Sacrer vous-le donc dans le cul vot'ostie d'show" ont été les mots de Paul Buissonneau il y a quarante ans vis-a vis un trio de jeunes arrogants qui tournait en dérision le spectacle qu'il leur proposait de monter.


Le plus frisé des trois jeunes indisciplinés dira:
"kin on l'a le nom de notre show"

1968. La Tchécoslovaquie vit son printemps libérateur en introduisant un socialisme au visage humain. La France vit une révolte étudiante sociale, culturelle et politique suite a une greve générale qui paralyse tout le pays. Martin Luther King est assassiné le 4 avril et Robert Kennedy mourra deux mois plus tard. C'est une année de grands bouleversements a travers le monde.

Le Québec vit lui aussi sa propre révolution culturelle au même moment. "Les Belles Soeurs" font un malheur au Théatre de Quat'sous qui devient bientot trop petit avec ses 159 places. On choisit donc de déménager la production de Michel Tremblay du Quat'Sous là où on peut contenir plus. Un trou de deux mois dans la production du théatre doit donc etre comblé rapidement.

Yvon Deschamps co-propriétaire du Quat'Sous avec Paul Buissonneau est mandaté par ce dernier de monter un spectacle pour meubler le vide. "ramasse ta gang" lui dit Buissonneau qui lui suggère une comédie musicale du style "Les Parapluies De Cherbourg" film qui a connu un énorme succès 4 ans auparavant. Ca s'appellerait "Les Parapluies de Sherbrooke". Deschamps, qui a recruté Robert Charlebois et Louise Forestier n'est pas terriblement enchanté par cette idée et Charlebois et Forestier sont en pleine exploration musicale d'ou naitra lr giga-succès "Lindbergh". Charlebois qui avait commencé une carriere de chansonnier tout à fait classique dans la lignée des Felix Leclerc est en pleine ébulition artistique et se prépare a donner un grand coup de barre dans son style jusqu'alors plutôt traditionel. Deschamps, toujours un peu brouillon au niveau organisationnel, ne veut pas d'un show conventionnel non plus et Forestier est prête a tout car elle débute dans le métier. Les grands esprits se rencontrent.

L'Ostie d'Show nait donc dans l'improvisation la plus totale et un moment charnière se créé .

Il s'agira d'un spectacle semi-musical ou les monologues de Deschamps, les sketchs et les tours de chant de Louise Forestier et Robert Charlebois se cotoieront dans le joual qui prend d'assaut le Québec suite aux "Belles-Soeurs" de Tremblay.

Pour la premiere fois au Québec il y a rupture au plan esthétique, au plan langagier et au plan scénique. Avant l'Ostie d'Show la référence était Francaise, Européenne. Apres l'Ostie d'Show le Québec assume pleinement son coté Nord Américain non seulement au niveau de la langue mais au niveau de son identité aussi. Pour la premiere fois au Québec se mélangent jeunes bourgeois, jeunes chômeurs, jeunes contestataires dans le même public. On réussit a créer l'évenenement et ce malgré le scandale que le spectacle provoque en région. Car si le spectacle fait fureur a Montréal, en région (où les curés ont encore la main forte et parlent du "spectacle" sans jamais mentionner son nom diffamatoire) ce ne sont qu'une poignée de spectateurs qui assistent a l'Ostie d'Show. 4 spectateurs un soir en Abitibi!!!

Ce qui est remarquable c'est que ce spectacle marque un temps fort dans la révolution tranquille en réinventant le concept des "fridolinades" de Gratien Gélinas qui avait tant parlé a la génération précédente.

Les boomers se sont trouvé une identité à peu près là en 68.

Entre "Miss Pepsi", "Monsieur Plum" et "Fu Man Chu".

Ça c'est passé aujourd'hui il y a 40 ans alors que je n'étais qu'une pensée cochonne dans la tête de mon père.

Et c'est tout joliment raconté dans le détail dans un livre de Bruno Roy lancé aujourd'hui aux éditions XYZ sous le titre "l'Ostie d'Show ou le Désordre Libérateur" a l'heure exacte jour pour jour de la premiere du spectacle.

Entourage




Ces temps-ci j'ai des problèmes de régie interne dans mon unité familiale.
Mon fils a un ami de 8 ans qui traine toujours avec lui son frère de 13 ans, son voisin de 11 et sa soeur de 12 ans. C'est un problème parce que les réalités du pré-ado ne sont pas les mêmes que celles du ti-cul de 8 ans. La testostérone du secondaire n'est pas celle de l'école primaire et quelques allusions sur le sexe, la cigarette et les meurtres ont "vieilli" mon fils prématurément.

Quand la soeur de 12 ans se pointe, par réflexe animalier elle veut spontanément jouer avec ma fille et vice-versa. Ma fille...de 4 ans...
Semble n'y avoir rien à faire ces jeunes là sont inséparables. Viennent en paquet de 4. J'ai dû poliement souligner que les enfants de 8 ans jouent avec les enfants de 8 ans et que les autres devraient jouer avec des jeunes de leur âge. Le Playstation, point commun mutuel, est remis en question.

Le docteur (avec un petit "d") Maurice Duquette a passé une bonne partie de sa vie à tenter de se faire des amis. Son travail d'orthopédiste lui faisait rencontrer des tonnes de gens mais Duquette en voulait plus. Intéressé par le sport mais probablement plus inspiré encore par la notoriété et la valeur qu'il prenait soudainement aux yeux des entraineurs et des athlètes il a plus ou moins subtilement fait son chemin dans le monde cycliste Montréalais. Il s'est mis à rôder autour des cyclistes. Il en approché quelques uns et leurs entraineurs surtout afin de leur proposer de l'EPO, drogue qui favorise la guérison des blessures ou des greffes lorsqu'appliqué légalement. Drogue qui peut aussi procurer de la force et faire faire des exploits surhumains à nos corps lorsqu'appliqué illégalement.
Une athlète soulignait hier avoir eu "la chance" d'avoir rencontré Duquette "seulement à 28 ans". Elle a eu la même réaction que moi vis-à-vis mes petits voisins et lui a suggéré d'aller jouer ailleurs. Toutefois elle a aussi dit dans le même souffle que si elle l'avait rencontré à l'âge de 16 ans ce serais peut-être elle qui ferait des aveux de dopage aujourd'hui et pas seulement Geneviève Jeanson. Jeanson s'est fait mettre le grappin dessus par Duquette à 16 ans. On connait la suite.

La Ligue Nationale de Hockey disait il y a quelques années qu'il y avait 0 cas de dopage dans la ligue.
Zéro.
La même année Saddam était réélu avec 100% des votes à la tête de son pays.
Même débilité. Même crédibilité.
Alors voilà que l'on apprend que des mains du "bon" docteur Duquette, des joueurs des Allouettes et des Canadiens auraient aussi souscris à son petit poison. Ils auraient fait cela dans le dos des médecins de leur équipes sportives respectives afin de ne pas faire diminuer leur valeur marchande. Des joueurs de hockey tous partis de Montréal depuis dans l'Ouest. La liste de suspect est courte: Aaron Downey, Craig Rivet, Mike Ribeiro, Sheldon Souray et...José Théodore. Tiens Théo...le seul joueur à avoir été testé à une drogue que l'on avait alors identifié comme étant du Propecia, drogue innofensive qui sert à garder le cheveu solide. Ce pourrait-il que c'eut été de l'EPO mais qu'afin de ne pas ouvrir un panier de crabe pour la LNH, le comité Olympique (qui avait pincé Théo) ait donné le choix à la ligue de divulguer ce qu'il voulait à la presse à la condition que Théodore ne prenne pas part à l'équipe Canadienne?

Ce n'est que suppositon...

Une chose est certaine ce cancer ambulant qu'est Maurice Duquette devra assurément être radié et devra se tenir loin de tout athlète. C'est de la santé des gens dont il est question. Si la vie avait une saveur celle de Geneviève Jeanson goûterais surement surette. Pas mauvais mais qui fait faire des grimaces. Et qu'on regrette parce que trop amer avec le recul. La petite, à 16 ans, s'est fait voler sa jeunesse. Elle avait toute la vie devant elle maintenant elle traine toute la honte derrière. Ça c'est abominable avec très forte insistance sur les trois dernières syllabes.

Si il devait vraiment rôder avec des gens de son espèce c'est une chambre auprès de Vincent Lacroix ou Anne-Marie Péladeau qu'il faudrait trouver à Maurice Duquette et ses entraineurs complices.

mardi 27 mai 2008

Bernier en berne...euh...





Going going gone.
Soyons sincères il faisait pitié le pitou. Il se défendait mal et on sentait très bien que ses troupes ne poussaient pas fort pour l'aider.
"No problem Max, let me hold the gun to your head"
Et bon sang qu'il était gauche! Chaque parti a son Gagliano, son petit pas vite qui sera facile à faire tomber si jamais ça chauffe dans la chaumière. Il était très très évident que Bernier était là où il étais pour les mêmes raisons qu'on retrouve un noir, un asiatique, un homme, une femme un vieux dans une pub télé. Par souci de représentation. Bernier est Québécois mais surtout jeune. Deux choses dont le Reform Party...euh...le parti Conservateur a grandement besoin pur être élu. Ça ça parle a la côte Ouest. C'est payant quand vient le temps de voter.
Le vrai scandale dans cette affaire c'est que le premier ministre Poutine...euh Harper...aime bien placer des cônes ici et là comme Josée Verner ou John Baird ou Maxime Bernier qui ici a vu deux et puis trois et puis les quatres fils de sa marionette être sectionnés. Quiconque est moindrement informé sait très bien que peu importe le visage en poste c'est le premier ministre de l'Alliance Canadienne...euh...du Parti Conservateur qui calle les shots.
Le brave Stephen W. Harper s'est rapidement poussé pour un voyage éclair de 72 heures en Europe. Oui le voyage étais prévu mais le renvoi euh...la démission de Bernier non. Sinon pourquoi annoncer la "démission" 90 minutes après avoir annoncé une signature de Bernier, Ministre des Affaires Étrangères, avec son homologue Ukrainien? Sinon pour donner à Stephen la chance de sacrer et de décompresser loin des lentilles. Comment un control freak comme Harper a bien pu laisser passer ceci? Ce doit vraiment être enrageant pour notre redneck national.

A l'Image de son frère...euh...de son compatriote Américain , George W Bush, les affaires étrangères ne semblent pas être la force de ce premier Minus. Gros gros risque que de placer un spécialiste des... finances sans expérience au troisième poste le plus important au pays. Mais maintenant que le bluff est mis à jour comment se relèvera Steevie-go-lucky? Ou est-ce Steevie-go-get-that-queer?
Si tout ça relevais du domaine privé ceci ne rend-t-i pas sa bataille contre l'homosexualité caduque pour les mêmes raisons?
Si la belle bum ne représentait aucun danger, pourquoi soudainement un document oublié chez elle devient impardonnable? Pourquoi surtout la mise sous écoute du lit de Julie CinquanteMillesdollardsPourMonHistoire...euh... Couillard?

C'est d'autant plus dommage que pour la Beauce Bernier est un héros local. Un bon petit gars dont le père a servi sous "le bon" Brian Mastevoler...euh...Mulroney.
Quel accueil aura Gaston Lagaffe dans son petit coin de vie? Y a certains kids qui ne sont pas fait pour être devant le kodak. Enfin pas trop longtemps. Parlez-en à Gary Coleman ou Britney Spears. On leur donnera de la pellicule de film et ils se pendront avec. Bernier vient de le faire. Mais Stephen lui? Stephen qui veut à la fois filmer, écrire le script, faire le montage, distribuer le film et en faire la critique?.

Quel genre de ton donne-t-on à la bande-annonce?

Un film d'erreur...euh...d'horreur, comédie burlesque, film catastrophe ou mise en abimes?

Ou tout ça?

Reste à voir. En tout cas y a un public pour ça.


Bye Bye Sid




Sidney Pollack
1934-2008.
Le cancer a eu raison hier du réalisateur/acteur Américain Sidney Pollack.

Ironiquement la dernière fois que je l'ai vu à la télévision c'étais dans le rôle d'un garde-malade qui tentait de redonner goût à la vie à un patient attient du cancer dans la série "The Sopranos".

Sans être le plus extravagant des réalisateurs ni le plus flamboyant des acteurs, Pollack aura toujours su installer ce climat de confiance et d'assurance dans le jeu comme dans la réalisation. Ses films comme They Shoot Horses Don't They?, Tootsie, Havana, The Firm ou Sabrina sans être de véritable chef d'oeuvres étaient loin d 'être ennuyeux. Il reste le seul réalisateur à avoir deux films dans les 20 meilleurs de tous les temps selon le American film Insitute (The Way We Were#6 & Out of Africa#13)

Ses présences en tant qu'acteur dans The Player, Husbands & Wives, Eyes Wide Shut ou Michael Clayton on toujours ajouté un côté plus authentique à des récits très collé sur la vraie vie. Je me rapelle encore sa chaleur et son humilité lorsqu'il avait répondu à Arsenio Hall qu'il laisserait le public être le juge à savoir si il étais meilleur comédien que réalisateur au début des années 90.

Fiabilité est probablement le mot qui résumerait le mieux sa carrière. Combien de gens d'Hollywood peuvent clamer être resté marié avec la même personne pendant 50 ans?. Cette année marquait le 50ème annivrsaire de marriage de Claire Griswold et Sidney Pollack.

En 1962 Sidney Pollack tentait sa chance comme comédien dans le film "War Hunt" où il nouera une amitié solide avec Robert Redford qu'il redirigera dans 6 films dont Jeremiah Johnson et le film qui lui donnera le seul oscar de réalisation de sa carrière "Out Of Africa" en 1985. 20 ans après joué dans "War Hunt", alors que Pollack s'était plutôt concentré sur le travail derrière la caméra, Dustin Hoffman le ramènera devant la caméra pour le faire jouer le rôle de son agent dans "Tootsie". Hoffman réussi alors à convaincre Sidney, qui réalise aussi le film, de transposer à l'écran les multiples disputes qu'ils ont quand la caméra ne roule pas. Vous remarquerez que dans ce film toutes le scènes entre Hoffman et Pollack sont excessivement agités et pleine de tension. Le côté authentique à nouveau.

Dans Eyes Wide Shut et Michael Clayton et même dans Husbands & Wives c'étais son côté "bon papa" bon bougre d'Américain moyen qui me touchait le plus. Je ne sais pas si c'est parce que je n'ai jamais connu mes grands-pères mais je lui aurais fait jouer le mien. Il avait ce côté rassurant et familier qui nous donnerais envie de lui faire jouer le père-Noël. C'étais le André Melançon Américain.
Père de trois enfants il avait perdu en 1993 son fils ainé décédé dans un accident d'avion.

Il est doucement parti le rejoindre hier entouré de sa famille en Californie.

Laissant pour la postérité une oeuvre à redécouvrir.

En tant que réalisateur:
This Property is Condemned
They Shoot Horses, Don't they?
Jeremiah Johnson
The Way We Were
Three Days of the Condor
The Electric Horseman
Absence of Malice
Tootsie
Out of Africa
Havana
The Firm
Sabrina
Random Hearts
The Interpreter

Comme comédien:
War Hunt
Tootsie
The Player
Death Becomes Her
Husbands & Wives
Eyes Wide Shut
Random Hearts
Changing Lanes
The Interpreter
Made of Honor










lundi 26 mai 2008

Les enfants de Frankeinstein







Est-ce que le mot "fake" a encore une certaine valeur dans la bouche de quelqu'un qui a de faux seins? Je viens de l'entendre de la bouche d'une collègue trois bureau plus loin qui, avec une amie, s'est payée des seins pour ses 22 ans il y a trois ans.

Je comprend la chirurgie plastique quand il s'agit d'une opération dite de "réparation". Un cancer du sein où l'ablation du sein fût nécéssaire, une malformation du visage ou d'une partie du corps, malformation tellement flagrante qu'elle affecte le regard d'autrui et par le fait même l'estime de soi. Je comprend la chirurgie quand elle vient réparer ce qu'un accident a grandement endommagé mais la chirurgie plastique par vanité ça...

Vous vous souvenez de "baby" dans le film Dirty Dancing? L'actrice Jennifer Grey qui jouait aussi la soeur jalouse de Ferris Bueller? Regardez la photo plus haut, avant et après. Oui elle est peut-être plus jolie pour l'industrie de la télévision et du cinéma à droite. Mais elle est aussi très très épeurante!!! Ses yeux sont devenus eurasiens, sa peau semble lisse comme une fesse et ce nez n'a plus rien du sang juif qui coule dans ses veines. Je ne sais pas comment papa et maman Grey trouvent leur fille les traits reconstruits. Sa carrière va-t-elle mieux depuis? Faudrait demander à Sarah Jessica Parker qui s'est fait dire de se faire refaire et le nez et les seins toute sa vie. Elle a résisté, regardez-là aujourd'hui.

Une actrice qui ressemble à la femme de la rue c'est payant aussi. Parlez-en à Guylaine Tremblay ou à Rita Lafontaine. Si les gens les aiment tant c'est qu'ils y croient en ses dames. Les visages nous parlent. Celui de Clint Eastwood, aperçu hier dans le cadre du festival de Cannes, est creusé de ses presque 80 ans. Il s'agit d'un visage beaucoup plus touchant que celui de Colette Provencher qui me terrorise chaque soir. Vous remarquerez sur cette dernière l'oeil gauche tuméfié et les traits asiatique de celle qui s'est fait "étirer la face" par en arrière.
Frankeinstein a pris le contrôle de nos vies.

Nous nous retrouvons aujourd'hui devant des situations où des personnalités doivent inventer des histoires loufoques afin d'expliquer une chirurgie ratée. Julie Snyder a choisit d'inventer une histoire de chute d'un pont afin d'expliquer une mauvaise chirurgie esthétique qui lui a laissé perpétuellement les joues dangereusement gonflées. Marie Plourde a les cils qui lui flatte les joues (trop hautes) et a maintenant des lèvres...disons...fusion?...Elle est aussi de plus en plus eurasienne... Il y a un côté excessivement dangereux à savoir qu'on peut "rater ses nouvelles fesses" ou "se féliciter de son nouveau nez". Micheline Charest en est même morte sur la table d'opération.

Ça me terrorise complètement de savoir que l'un des cadeaux d'anniversaire les plus populaires aux États-Unis pour les 18 ou les 21 ans de leur fille est "la paire de seins" offerte par papa et maman. Au bel âge!!! Choisir de retourner à la planche à dessin!!! Démonter sa petite dernière pour...pour...pour la rendre plus puissante? Après tout c'est bien ce que la plupart des "propriétaires" de nouvelles paires de seins recherchent. Le regard sur leur personne qu'elles n'ont jamais eu ou qu'elles ont déjà connu et qui rendais mous dans les genoux et dur du boyau le premier moineau du printemps. Ces parents peuvent-ils encore dire "elle ressemble de plus en plus à sa grand-mère au même âge" en regardant leur enfant?

Et le vieillissement naturel du corps donne des résultats catastrophiques, je vous épargnent les photos désastreuses du net mais suffit de regarder le cou de Colette Provencher pour avoir un avant-goût de la dychotomie physionomique. Si ce n'est pas tout le corps qui est "recalibré" on aura droit à des bedaines plissée et des visages lisse comme un savon passé sous la douche sur le même corps en bikini. Le personnage de Sophie Faucher dans Le Coeur a Ses Raisons n'est pas si éloigné de la réalité.

Frankeinstein rules.

Je ne sais pas si c'est moi qui est mésadapté et qui refuse de suivre mon époque ou si c'est mon époque qui dérape.

dimanche 25 mai 2008

Candy & moi




Candace Buschnell est l'auteure. Initiales C.B.
Carrie Bradshaw le personnage. Initiales C.B.
Les deux écrivent des chroniques mondaines dans un journal de New York.
Les deux sont fabuleuses.

Quand j'ai dévoré le splendide livre de Buschnell il y a 6 ou 7 ans j'en ai pleuré de rire. Groucho Marx au féminin. Enfin une femme capable d'auto-dérision et d'humour à faire piaffer les nonnes. Le livre est un chef d'oeuvre, la série télé est de très haute qualité. Une demie heure condensée de bonheur pur ou les one-liners feraient rougir la plupart de nos humoristes.

Le film sera donc assurément une merde.
C'est toujours la tangente.

L'orange est délicieuse, le jus pas mal du tout la marmelade bah...

Je n'ai pas besoin de vous souligner le titre c'est partout depuis deux semaines et ca ne sort que vendredi prochain. Trame sonore disponible mardi. Dans ce week-end ou le malheureux banlieusard en moi a tôt eut fait de rétablir l'équilibre, je me suis tapi dans mon sous-sol afin de me taper 12 épisodes de rires francs.

4 actrices au sommet de leur art. Des personnages qui leur colleront a la peau pour toujours tellement ils sont criants de vérité et de folie. C'est toujours pour ca que les bonnes séries nous touchent. Quand ils visent juste. Ou presque juste. Car où ailleurs trouvent-t-on des hommes princiers sinon dans les rêves les plus fantasmiques des princesses de salon? Sex in the City c'est de la pornographie au féminin. Et c'est si sain.

C'est si rafraichissant pour un homme de savoir que nos conversations de chambres de hockey peuvent se dérouler sensiblement de la même manière entre femmes, un cosmo a la main et avec tellement plus de style. Bien entendu une bande de femme parlera d'hommes. Bien entendu un bande d'hommes ne parleront que de femmes. Mais de voir un personnage s'habiller comme un enfant aveugle (Carrie), en voir une autre être terrorisée par l'engagement (Miranda), en voir une troisième exclusivement dévouée pour la conquête et le sexe(Sam) c'est telllllllllllllllllllllllllllllllllllllement masculin tout ça. De voir que ca se vit au féminin et de le démontrer avec autant d'humour et avec la même immaturité duquelle on affuble généralement les hommes... c'est un baume surnaturel . Comment ne pas tomber en amour avec Buschnell?

Attention il y aura toujours Mars et Venus mais c'est le trajet entre les deux qui vaut continuellement le voyage.

Cette série nous transporte avec délire et enchantement. Vraiment. Les femmes nous ouvrent leur chambre de hockey.

Prolonger l'adolescence c'est habituellement aux hommes que l'on prête ce trait de caractere. Les questionnements existentiels de Carrie Bradshaw se retrouvent dans la presque totalité de l'oeuvre de Woody Allen. Quel plaisir de retrouver le monde de contradiction de Carrie si familier aux hommes.
A un certain moment de la série Carrie se questionne sur "une femme doit elle suivre son coeur ou suivre sa tête?" Chez l'homme il y a un troisieme variante dans nos mathémathiques amoureuses et la série le démontre bien aussi. Le coeur, la tete ou la queue?

De voir ses personnages chercher le confort aux bras de l'homme avec un petit "h" est Hilarant avec un grand "H".

C'est Charlie Brown qui botte le ballon de football de Lucy. Ballon qu'elle retire toujours a la dernière minute avant le kickoff.

L'incroyable Samantha Jones résume le mieux la série en disant qu'au fond "ce n'est qu'une histoire de phéromones ou nous ne réagissons tous qu'a l'odeur de l'autre".
Remplacons le mot "phéromones" par "testotérone" et on rejoint la philosophie de toute une race de mâles.
A bien y penser, les femmes dont les gars discutent dans les chambres de hockey existent autant que les hommes de rêves que ces princesses de ville rêvent de rencontrer.

Ils naissent dans la flaque d'eau qui nous éclaboussera quand le bus passera. Comme le générique d'ouverture le démontre si habilement.

Mais étais-ce le reflet de la flaque d'eau qui étais faussé ou la grenouille que l'on voulait convertir en prince qui ne s'y trouvait pas car elle n'existait tout simplement pas?

Meme Carrie/Candace cherchent encore.
Et ce serait un peu plate qu'elles trouvent la réponse.
Le trajet entre Mars et Vénus perderais de son charme.


samedi 24 mai 2008

La saison pwuoche




J'aime l'hiver. Je dirais meme que je l'adore.


Ces deux phrases font de moi une bebitte rare. Né en hiver, pratiquant mes sports préférés en hiver cette saison en est aussi une ou passer un samedi a lire ou a écouter un film n'est pas grotesque.
Nous sommes présentement dans la saison pwuoche. Pas la saison poche, la saison "pwuoche" comme si la bouche elle-meme avait abandonné par dépit et découragement la bonne prononciation. La saison ou chaque samedi amene son lot de négociations avec la douce qui laisse tomber des "faudrais changer les pneus de garage" ou "faudrais monter la chaise de patio" ou toute autre phrase avec le verbe "falloir" a l'imparfait. Phrases qui semblent toujours s'adresser a une personne qui n'est pas dans la piece mais qui s'adresse justement au plus imparfait des hommes de maison de la planete.

Faut savoir que dans la boule de crystal du Jones c'est un condo en ville a l'age adulte qui étais prévu. Si l'achat d'une maison il y a 5 ans a quelque peu modifié les plans, mes talents déplorables et inexistants en menus travaux sur la maison sont restés les memes. Les developper ne fait pas du tout parti de mon plan de carriere et chaque essai (toujours forcé) me donne le profond cafard.

Quand je vois une annonce de Canadian tire ou les gars bavent devant le garage du voisin je me dis que je dois etre du troisieme sexe. Dans mon coin les week-ends sont surpeuplés de gens qui passent des heures, voires des jours entiers assis dans leurs voitures ou sous celle-ci afin d'y gosser quelque chose. J'en ai developpé une phobie de la porte de voiture ouverte. Je ne garde jamais ma porte de voiture ouverte plus longtemps que 4 secondes.

Il y a deux week-ends c'étais ma piscine qu'il fallait bien ouvrir, torcher, passer l'aspirateur, backwasher, chlorifier, constater qu'il y a encore plein de sable apres le passage de l'aspirateur, sacrer tout en sachant que je travaillerai sur la piscine beaucoup plus souvent qu'on s'y baignera tout l'été sacrifiant au passage une paire de bermuda ou deux qui n'auraient jamais du recevoir de goutte de chlore.

Le dernier week-end c'étais la mise a mort d'un arbre dans la gadoue.

Aujourd'hui c'est une phrase anodine du voisin qui a assassiné mon écoute d'une série télé a la douzieme minute du deuxieme épisode.
"ouin je ne passe plus avec ma tondeuse chez nous parce que tes cedres penchent trop sur mon
bord, tu penses tu les tailler?"

Moi? mais jamais une telle pensée ne m'effleure l'esprit.

Le dernier film de Ken Loach, le dernier album de Death Cab For Cutie, le premier match de la finale ce soir, mon livre de Robert Fisk mais penser a tailler mes cedres? erreur sur la personne.

You talkin' to me?
Quand j'ai regardé l'état de l'envahisement je me suis rendu compte que cela faisait surement 5 ans que j'aurais du tailler la chose. L'évocation de comment le précédent propriétaire s'y prenait de la part du voisin n'a fait que souligner le fait que "LUI il s'occupait de sa merde".

Je me suis fait ch...mis a la tache tout l'apres-midi ce qui a eu l'effet sur moi du supplice de la goute chinoise. Ca m'a déprimé au dela de tout entendement. Car je sais que chaque week-end qui se présentera a moi pour les 5 prochains mois j'aurai a justifier pourquoi je ne profite pas du beau temps dehors alors que pour moi il n'y a pas de météo pour écouter un bon film, lire un bon livre ou me taper un bon disque.

Je suis un homme de condo 100% capable de vivre sans terrain a entretenir. Un homme de ville expatrié dans la banlieue mortelle d'ennui. Pour moi la quintessence de l'ennui c'est passer l'arrosoir dans son entrée. L'ai fait deux fois déja en trois semaines.

L'hiver est si adorablement blanc et romantiquement floconné, je n'ai aucun probleme a pelleter mon entrée (jamais au gout de madame mais bon...c'est sa voiture qui est trop large) Mais l'été
et ses pétarades de mufflers et de motos...Heureusement il y a les cuisses des filles qui se déshabillent...
Inutile de dire que mon samedi a été pénible.
Je sais je ne me ferai aucun ami parmi tous ceux (beaucoup plus nombreux que les intellos comme moi) qui revent d'une maison avec terrain et piscine mais j'ai quand meme l'impression d'avoir perdu mon samedi.

Moi qui voulais avancer mon livre, avancer ma série télé, réexplorer le dernier album du Francois Bourrassa Quartet, étudier cette bebitte qu'est Silvio Berlusconi, me documenter sur les problemes raciaux en Belgique et en France, fouiller pourquoi Hillary nous sort Robert Kennedy, fouiller le rapport Bouchard-Taylor...vivre quoi!

Me suis comporté comme un zombie de banlieue.

Vais aller faire du bruit avec ma tondeuse avant le match.
Ou pas.
Vais peut-etre m'enfarger dans les 15 dernieres minutes du deuxieme épisode de ma série télé qui me fait de l'oeil.
De l'oeil, de l'oreille, qui me fait ébulitionner tous les sens.
Qui-me-fait-vivre.
Vivement dimanche.


vendredi 23 mai 2008

Ton Hummer , ma Vespa (ou mon humeur pour une Vespa)


Il y a des sottises qu'il ne faudrait jamais accepter.

Le non respect de nos droits fondamentaux, le racisme, le sexisme, la pollution volontaire, l'imbécilité volontaire, Denise Bombardier.

Quand j'ai vu la file à la station service près de chez moi et le prix de l'essence à 1,28$ je ne savais trop quoi penser mardi dernier. Etais-ce une file parce que l'on venait d'annoncer une augmentation à la radio ou bien parce que 1,28$ "c'est pas cher, profitons-en pendant que ça passe?". C'étais en fait les deux.

"1,28$ c'est pas cher"

C'est quand même abominable comme phrase. Insupportable même.

Ça me semble aussi vraisemblable que la mairie d'Hérouxville pour un Musulman.

Dans le livre de bébé de mon fils j'ai remarqué l'autre jour que j'avais écrit qu'à sa naissance le prix de l'essence étais 69 cents. J'avais aussi pris la peine à l'époque d'écrire entre parenthèse "C'est du vol!"... C'étais il y a 8 ans. On a doublé depuis. Qu'est-ce qui a changé sinon notre absolue sousmission aux "lois" du marché?

Vous vous rendez compte que ce sont maintenant ses lois qui sont criminelles? Quelle étrange constat. Quelle bizarres de phrases "1,28 l'essence c'est pas cher", "les lois sont criminelles"...Que de fraude intellectuelle...

Pour des raisons économiques, écologiques mais surtout pour des raisons de responsabilité civile je sens l'appel de la Vespa depuis plusieurs années. Quand j'ai été en Europe il y a 13 ans j'ai été frappé par la muliplicité des scooters en France. Mais ce qui m'a surtout étonné c'est l'étonnant sens du civisme sur les routes et la grande qualité de l'air. Même à Paris au coeur de l'action routière un samedi soir, scooters & voitures se partagaient la route comme même les Québécois d'origine et les Québécois d'adoption n'arrivent même pas à se cotoyer.

Je me rapelle il y a 4 ans je riais en pointant du doigt les automobilistes sacrant dans le traffic ou sacrant sur le prix de l'essence. Je riais d'eux mes deux patins à roues alignées dans les pieds ou ma carte de métro et un bon roman en main.
Je suis devenu ce crétin.

30 livres trop lourd et 30 autres livres qui attendent d'être lus.

Et ces Vespa qui me font de l'oeil...
"Comment ira-tu chercher les enfants?"
"Comment ira-tu au hockey?"
"Comment supportera-t-elle l'hiver ta mopette?"
"Comment fera tu pour prendre l'autoroute?"

Bah!

Je me cherche présentement un nouvel emploi pas parce que j'ai besoin de nouveaux défis autant que parce que j'étouffe. Une envie de départ plus que d'arrivée.

J'ai ces envies de Vespa pas parce que je ne suis pas satisfait de ma Honda Civic mais parce que le prix de l'essence me fait hair le genre humain.

Dans les deux cas je ne fais que tenter de garder la tête hors de l'eau.

Juste éviter la noyade et nager confortablement.

Pas réapprendre à nager.

Nager simplement.

jeudi 22 mai 2008

Yogourt


J'ai besoin de me calmer.

L'autre soir quand mon fils m'a rossé au Playstation je m'en prenais à la machine et j'ai crompis qu'il fallait que je fasse un appel au calme.

J'ai été hier à mon "initiation au Yoga" de 19h30 à 21h40.

On m'a expliqué comment le tout fonctionnait en général et montré quelques mouvements 10 minutes avant que les autres arrivent. Gong quelque chose. C'est Coréen.

Au début, tout allait bien, seul le petit salut chinois à l'entrée m'agaçait. C'étais encore mieux quand j'ai remarqué que nous n'étions que 4 autour du...maitre? qui nous inivtait à se taper sur le nombril pour faire monter l'énergie solaire. C'est là que les problèmes ont commencé...

Le maitre a compté jusqu'à dix en se tapochant le ventre puis le nabot-qui-a-si-peu-confiance-en-lui-qu'il-se-sent-obligé-de-porter-un-gilet-staff-même-s'il-ne-fait-parti-d'aucun-staff a fait de même puis la femme à ses côtés et ainsi de suite. Rendu à mon tour j'ai compris que je devais faire de même c'est d'une voix particulièrmeent flutée que j'ai entamé mon décompte de 1 à 10 me demandant chaque fois si j'avais sauté un chiffre. Comme ça pendant dix bonnes minutes. "1,2,3,4,5,j'ai tu dit 5?..." Dix minutes qui donneront non seulement le temps à 16 autres personnes d'arriver mais aussi qui ne fera monter aucune énergie solaire mais fera plutôt descendre le contenu de ma vessie vers mon robinet.
Bye bye maitre, arrive une minuscule coréène qui nous parlera comme si on avait 2 ans toute la soirée.
"Bonjour ca va bien?"
"Je vous aime"
"Vous êtes beau"
"Faites des beaux sourires"
"C'est plus facile avec le sourire"
"Ca va bien?"
"Vous êtes beau"
"Sashayuri Watayabong"

Tout ça alors que tout le monde sauf moi et une autre fille aussi à son initiation(facile à spotter les deux seuls pas tout de blanc vêtus)semble savoir quoi répondre quelquechose qui se rapproche plus du murmure que de l'intelligible.

Ensuite on copie le prof. Tout le monde se tasse et (tiens, tiens)Jones et l'autre nouvelle sont subtilement forcés de se trouver au milieu de tout le monde. J'ai beau essayer de copier ce que la naine Coréène fait mais mon manque de perpective fait que j'ai beaucoup de difficulté à faire l'avion ou le serveur qui tourne son assiette sur lui-même sans la renverser. De plus ma faible épaule gauche m'empêche de faire la plupart des mouvements suggérés.Je tourne absolument n'importe comment sur moi-même tel une hélice d'Hélicoptère désincarnée après un gros crash. La gêne commence à s'installer...for good.

Tout le reste est une série de mouvements mal coordonés et souvent impossible à réaliser pour moi, soit que mon épaule m'y en empêche, soit que je suis trop bête pour être capable de répêter ce que je vois.

Elle parle toujours et j'ai de plus en plus chaud. Ça commence à ressembler à un cours d'aérobie. Et cette vessie qui ne demande qu'à se vider!

On se prend un tapis, donné sous un lourd regard convaincu par Maitre#2 habillé en karatéka et qui demande presque 5$ des yeux pour nous avoir donné le tapis. On s'y couche (Je donne un coup de pied sur la tête du gars en avant dans le processus)La naine parle continuellement.

"Sashayabagada"
"Vous êtes jolis"
"Je vous aime"
"Atchakabong"

"atchakabong yapapatous" de répondre dans un murmure les autres.

On fait ce que j'ai pratiqué avec la fille 10 minutes avant le cours. Couché sur le dos, je suis incapable de rester plus de 30 secondes les jambes dans les airs, de plus elles ne peuvent rester droites. Je suis toutefois très capable d'envoyer mon talon de toutes mes forces dans la face du gars en face de moi, ce que je fais sans scrupules aucun. Souple comme un 2X4 je ne réussi pas à faire les 3/4 des mouvements ce qui force la naine à rester le reste du cours en ma compagnie pour m'aider tout en récitant son charabia à tout le monde et ce, en me parlant ce qui donne à peu près ceci:

"On tourne l'épaule vers la droite comme un soleil qui se lève (à moi) Penche vers la droite"

"J'suis pas capable"

"Même chose vers la gauche (à moi) capable vers la gauche?"

"M'as essayer..."

"Garder le sourire, c'est toujours plus facile avec le sourire"

"pfff!"

Charlot chez les Boudhistes.

Je suis content de voir que chaque fois que l'on crie une connerie une fois, deux fois, trois fois etc...l'autre nouvelle compte toujours une fois de trop ce qui fait rire tout le monde. Nous sommes deux cloches qui sonnnent faux dans l'église.

Quand mon visage est parfaitement humecté de sueur chaude...

"On se masse le visage"
nooooooooooon!

Forcé d'étendre ma sueur partout dans ma face, mes mains et ma face sont maintenant aussi dégueulasses que cette musique dance soudainement fort agressante.

Aprés de ridicules exercises de tapochage dans le dos et de tapochage dans les mains les yeux dans les yeux avec le sourire deux par deux, on se met en cercle et on fait quelques gestes idiots avant de crier le plus fort que l'on peut(pas capable je fais semblant) puis rire de toutes nos forces le plus longtemps possible. (Pas capable non plus je suis à l'asile, malaise majeur chez Jones).

Le cours prend fin. J'ai l'impression d'avoir commencé cette torture il y a deux jours tellement ça m'a paru long. Je veux fuir à toute jambes mais tout le monde se met en rond pour le rituel du thé. Maitre#2 nous distribue tous un thé qu'il faille se passer, assis en rond en faisant grand cas de se regarder dans les yeux avec le sourire. Je me retiens à deux mains pour ne pas faire de grimace à ma voisine. Je réalise que je baisse la moyenne d'âge de 20 ans.I wanna die. On boit. On me demande mes impressions. Je dis que je ne plie pas. Tout le monde rit et dit "ben oui moi non plus au début". On me demande si je reviendrai (devant 22 personnes!) je réponds qu'il faudra voir j'ai une épaule incertaine et j'ai trouvé ça 20 fois plus dur que je le croyais. On essai quand même de me brainwasher après le cours en me parlant de confiance en soi et d'exercices pour renforcer mon épaule(alors que l'on m'avait fait signer un papier comme quoi les responsables n'étaient pas médecin, et qu'il ne pouvait donc recommander aucun diagnostic ou aucune méthode de guérison de blessure!).

J'ai un espadrille dans la porte, mon 20$ dans la main. Bien que je lui mente sur mes intentions futures par rapport au cours ("oui, peut-être, c'étais...intrigant...je me donne 48 heures pour y penser") je quitte en oubliant de prendre le calendrier du mois et les programmes ce qui trahit mes réèlles intentions.

Je pisse l'océan Indien contre le mur de l'édifice dehors et ne relaxe enfin que seul dans ma voiture en écoutant Dead Can Dance.

I'll stick to Yogurt.

mercredi 21 mai 2008

Evahissement Scolaire


Ma fille commencera l'école en septembre prochain.

Elle ira rejoindre son grand frère qui lui commencera sa quatrième année a cette même école. On a bien tenté de l'inscrire ailleurs puisque cette école nous fait disjoncter de temps à autre avec ses professeurs qui ne corrigent pas les fautes d'ortographes, qui en font et qui nous rencontrent pour des évaluations de notre enfant en compagnie de deux ou trois duos de parents en même temps.

Cette école est un irritant mais bon, voilà y a pire quand même et on n'a cesse en vieillissant de rencontrer des gens qui fuient leurs responsabilités. La bonne chose sur cette mauvaise chose reste que nous sommes ainsi forcés de rester vigilants, attentifs à la progression de notre enfant. Forcés de regarder de plus près là où les incompétents faillissent; Devenant pédagogue nous-même tout en faisant réaliser à notre enfant qu'il reste important de toujours niveler par le haut et non pas l'inverse.

Vous me trouver dur?

Un exemple:
Hier, dans un test mon fils a écrit "ses moins compliquer"...Pas de fautes selon son enseignante...

Toutefois à la question "à qui donnerais-tu ton compost?" question qui en théorie ne pourrait pas avoir de fautes car elle ne réfère à aucun texte, c'est une question personnelle, mon fils a répondu "à mon jardin" puisqu'il avait déjà inclus Maman dans une autre réponse et il savait que papa s'en cali...ne s'interresserais pas au compost...Elle lui a mis une faute!!! Pour la corriger je lui ai dit d'écrire "à Claude Charron" . Elle veut quelqu'un? Charron c'est quelqu'un non?

Ça ce n'est qu'un exemple bénin mais cette classe quasi orpheline (madame est absente 5 à 6 fois par mois) a même sondé les parents afin de savoir si on ne devrait pas annuler les devoirs!!!

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaargh!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Attention ses enfants pourraient peur-être travailler un jour! Faudrais quand même pas qu'ils fassent des efforts! Heureusement il y a encore quelques parents allumés on a gagné 14-11...

Mais revenons à ma fille. Elle aura le 30 mai prochain sa première "visite" à son école. Je mets visite entre guillements car je sais qu'en vrai cette journée en est une d'espionnage afin de tenter de capter d'un coup d'oeil rapide qui est agité, qui est agressif, qui est timide, bref qui est désirable ou qui ne l'est pas. Secrètement les professeurs sélectionnent leur classe comme on repêche au hockey. Rassemblés dans un gymnase quelques activités seront organisées afin d'évaluer les comportements de tous et chacun.

Ça je n'ai rien contre. Il est tout à fait normal et humain de vouloir se choisir une "équipe" gagnante, une chimie qui a de l'allure pour l'année en cours. Une belle année de travail.
Fair enough.

Toutefois hier on a eu une petit sondage à remplir sur notre fille...

"à quelle âge a-t-elle formulé ses premières phrases?"

Quoi?

Si on ne me pose pas la question "a-t-elle de grands frères ou de grandes soeurs?" ou encore "papa et maman sont-ils du genre communicatifs?" ou encore "Écoute-t-elle beaucoup la télé?" ou encore "manifeste-t-elle un désir pour la lecture?" QU'EST-CE QUE ÇA PROUVE???????

Cette question est directement issue de la société CLSC que nous sommes en train de devenir!!! Horreur.

Autre question:
"à quelle âge a-t-elle été propre?"
Et vous? vous avez des pertes urinaires? J'ai connu des enfants au développement très rapide suivi d'un important ralentisement et j'ai aussi connu l'inverse dans les 5 dernières années. L'âge a laquelle elle a été propre peut indiquer qu'elle est têtue mais il peut aussi déterminer que papa et maman furent un peu mou (et poches) sur l'éducation de la chose. Et si elle est propre à 1 an et demi qu'es-ce que ca indique?
Que c'est un génie?
Ma fille est un génie car sur le bol elle chie à un an et demi?

Et la question fatale:
"Comment s'est déroulé votre accouchement?"

QQQQQQQQQQQQQQQWRRRRRRRRRRRRRAHHHHHHHHHHHwwOIIIIIIIIIIIIIIII?"

C'est pour eux que certains filment les accouchements? mind your own fucking business. QU'ES-CE QUE ÇA PROUVERA QU'ELLE SOIT SORTIE PAR CÉSARIENNE??? Elle s'est retournée le matin de l'accouchement, ça en fait une future anarchiste? Une végétarienne en devenir? une potentielle témoin de Jéhovah? Celle qui volera les billes de Camille à la récré? Celle qui fera crisser ses espadrilles volontairement en marchant à reculons dans les rangs?

J'ai dû m'exiler au sous-sol afin de ne pas en savoir plus car j'aurais pris un gros crayon feutre et aurais écrit en travers de toute la feuille en gras "ENFANT NORMAL, PèRE DANGEREUX PARCE QUE DE SANG CROISÉ D'IRLANDAIS ET D'INDIEN"

Je connais quelqu'un à qui en maternelle on a dit à ses parents que leur enfant était un génie suite à un test de Q.I.

Jusqu'à tout récemment sa contribution à la société étais de faire de la gestion de données 5000 dollars sous le seuil de la pauvreté.

Alors les petites questions indiscrètes qui sont supposés révéler bien des secrets on peut se torcher avec.

Si c'est ça l'école de demain je leur cherche des emplois tout de suite.

mardi 20 mai 2008

Pénurie choisie


Quand j'étais au Cegep pour entrer en "Sciences Pures" et ainsi se donner accès a des postes futurs de médecin ou d'infirmières les programmes étaient super contingentés. Jamais je n'ai été tenté par cette branche.
Moi mon pied c'étais (et c'est toujours) les arts & lettres.
Toutefois j'ai eu un tonne d'amis qui on souhaité ce passage, ce métier et dans une proportion de 1 sur 5 ils ont étés refoulés. Z'ont presque tous été forcés de se réorienter. Certains on choisis de jouer les entêtés et de poursuivre leur rêve quand même et c'est tout à leur honneur. Mais la grande majorité ont été forcé de réviser leur plan de carrière.
Alors que l'on soulignait à outrance au cours des années 80 que le poids démographique au Québec baissait année après année il n'y a eu personne (PERSONNE) pour réaliser que ces fortes contigences étaient en parfaite opposition avec le vieillissement de la population et l'alarmant faible taux de natalité.

N'oublions pas je parle ici de CEGEP. Ce n'est un premier filtre avant l'Université, avant le doctorat et les spécialisations et les stages. Plusieurs de ceux qui auront passé ce premier test de formation au Cegep abandonnerons en cours de route sous le poids de dures études ou choisiront aussi de réorienter comme il est parfaitement normal de le faire. On rapetisse encore le bassin de futurs médecins/infirmières*. Combien n'ont même pas tenté leur chance sachant que les refus étaient beaucoup plus nombreux que les acceptations?

Et là j'entend parler de pénurie depuis presque 10 ans...Vous croyez que j'ai pitié? non j'ai plutôt la rage. Je sacre dans ma voiture à entendre à la radio que les infirmières n'en peuvent plus. Je sacre encore plus d'aller voir mes amis médecins ou infirmières et de les retrouver à moitié vidé d'eux-mêmes. Je suis prêt à fesser quand je les vois se prendre du temps pour eux et se le faire reprocher. C'est de leur faute cette pénurie? Pas du tout! Cette gestion épouvantable de nos réseaux de santé par nos gouvernements depuis Lucien Bouchard nous amènent droit à la débacle.

Ce qui se produira (et se produit déjà) c'est qu'après avoir refusé à peu près tout le monde et son frère on engagera à peu près n'importe qui afin de ratrapper le temps perdu.

Sacrifiant au passage toute une gang de braves gens qui le voulait ce job mais à qui on a dit "désolé on ne prend que l'élite".

De plus l'ordre des médecins refuse l'accès à tout plein de médecins étrangers qui pourraient combler cette lacune.

Caro, Chantal, Josée, François, Jean-Vincent je pense à vous quand j'entends ces conneries de pénuries et je sacre pour vous venger.

Annie, Fanny, Mélanie, Julie, Michel, Sam, Jeff je pense aussi à vous en me disant que c'est vous qui faites les frais d'une gestion minable, négligente et sans vision. Je ne sais pas comment vous faites pour ne pas perdre le sourire à jamais.

Zéro pitié pour ceux qui ont fait que nous nous retrouvons là où nous sommes actuellement en santé.

Pénurie oui mais pénurie choisie.

Pénurie pénible et piteusement poche.
* L'utilisation du féminin a été utilisé ici simplement car elles sont plus nombreuses que leurs confrères.


lundi 19 mai 2008

Criminels de petite envergure


Chronique pas trop sympathique.

On a un arbre sur notre terrain qui est une vraie horreur. Non seulement laid mais gluand avec des morceaux collants qui viennent cochonner les terrains des voisins jusqu'en Octobre. On en a en fait deux comme ca. Un tres bien, tres beau et majestueux mais l'autre qui cache une bonne partie de la vue sur la maison (modeste quand meme). Notre terrain n'est pas tellement grand et la présence de deux arbres identiques l'un laid et gluand l'autre beau et sans reproches rend le terrain encore plus petit. Sans parler que passer la tondeuse devient périlleux avec ce tronc mal placé entre le cedre et le trottoir. Probleme majeur cet arbre, bien qu'il bourgeonne plus tard que les deux autres est tout ce qu'il y a de plus en santé.

Au début on souhaitait sa mort, tranquillement les plans d'un assassinat odieux se sont dessinés. On a demandé aux voisins si ca les dérangeaient. L'un a dit "M'a t'aider si il faut" L'autre a dit "Ou est-ce que je signe?"
Puisque je devenais tueur a gages je me devais de prendre des précautions. Par l'ami d'un ami j'ai mis la main sur une canne de Killex dont le nom dit tout et qui est un produit banni des tablettes de par sa toxicité. Ponctuellement, le plus tard possible en soirée, j'aillais donner 4 coups de drill dans le bas de l'arbre et j'y déversais sournoisement et le plus discretement possible un peu de Killex.

Ma douce sachant que je devenais racaille en faisant ceci faisait expres pour me narguer par la fenetre en me disant en empruntant une voix de Germaine "Qu'est-ce que vous faites la monsieur?". Ce qui m'a mis en rogne chaque fois car cela attirait l'attention de voisins qui jusque la se foutait de moi. L'italien jaloux de ma job sur la rive droite et l'asiatique aux cheveux jaunes en face qui me déteste depuis le jour ou j'ai amené ma poubelle sur son coté de la rue pour dix betes minutes (parce que j'avais manqué le passage des collectes de mon coté de la rue bah! get a life)
Je crois avoir retardé ainsi l'écloison de l'arbre mais pas assez. Deux jours a Québec sans surveillance et voila que je reviens et il est tout en santé feuilles vertes et tout.

On passe donc au plan B. L'éxécution sommaire et la supression. C'étais prévu pour samedi prochain mais mon pere n'écoutant que son hyperactivité m'appelle ce matin de Québec et me dis "t'as oublié ton agenda chez nous je viens te le porter pis on s'occupe de ton arbre"

Mon pere est un "trigger happy" de la chainsaw. Et comme une scie-a-chaine fait beaucoup de bruit je ne tiens pas a ce qu'elle soit en action trop longtemps. Je plante donc mon échelle dans l'arbre et vais scier ce que je peux a bras avec ma scie presque jamais utilisée. Plus je scie plus les branches me rentrent dans le dos comme pour me dire "hey salaud je ne mourrai pas tu ne m'auras pas ainsi je n'ai pas dit mon dernier mot". La météo aussi se met de la partie et la pluie se fait pesante. Ca rend le travail compliqué mais ca élimine les témoins indésirables. Cet arbre et devant tout le monde. La décapitation est au vu et au su de quiconque passe dans la rue. J'élimine chaque branche qui pourrait cacher l'assassin. Je tue completement a nu. Je joue a découvert sous ma casquette de truand.
273 kilometres et 2h30 plus tard mon pere arrive. Bien que la scie-a-chaine prenne 33 coups a partir(a sa plus grande honte) une fois partie on prend a peine une heure a faire disparaitre l'arbre de plus de 25 pieds.
"Ou c'est qu'on jette ca?" me demande mon pere.
"euh.. je sais pas..."

Si je vais a la dompe ca me prend mon papier d'Hydro qui prouve que mon arbre devenait dangereux pour leurs fils ou encore que j'ai un papier de la ville qui me dit que je peux le tuer car il est malade. Belote et rebelote mon arbre était bien vivant et en santé juste salement encombrant et "de trop" sur un terrain qui compte déja deux autres arbres et qui reste si petit.
Je ne vais donc pas aller a la dompe pour signaler mon crime. De plus je sens qu'on me demendera de sortir le cash ce que je compte pas faire.

Où alors?

Je sais qu'il y a un dépotoir plus bas on le voit du boulevard je ne sais juste pas comment m'y rendre. J'invite mon pere a aller voir le dépotoir du boulevard.
Sur place, sans savoir comment se rendre au dépotoir qu'on voit de loin, on réalise que devant nous y a un vallon, ...et le cadavre d'un arbre que quelqu'un a laissé entre le chemin de fer et le vallon. Il y a aussi beaucoup de sac de vidanges. A bien y regarder on y trouverait un cadavre humain ou un cadavre de chien que ca ne m'étonnerait pas non plus. On fait 1 plus 1 et on saute dans la voiture, on se dépeche a aller remplir le trailer d'un premier voyage.
En petit criminel cheap on se débarrase de tout notre bois aux feuilles vertes derriere ce commerce en congé férié mais quand meme a moins d'un kilometre de la police...Je dispose les branches de telle maniere que vu de loin on croirait a des arbustes. On fait ca tres tres vite et on se pousse pour préparer le deuxieme voyage.

Au retour...merde...une femme et son chien qui se dirige la ou on va...

"Témoin innaproprié qu'est-ce qu'on fait 'pa?"
"je sais pas..."
"On emprunte un accent Italien et on se montre un peu bourru elle ne dira rien on est au coeur de la mafia ici..."

On avance lentement lui laissant le temps le temps de prendre de l'avance. Elle change soudainement et vivement de direction et avec un large sourire inconfortable nous croise en sens inverse.
"Qu'es-ce que ca veut dire?"
On arrive derriere le commerce est y est stationné une voiture de police. Deux jeunes, l'un debout aux cotés de son véhicule, un homme, l'autre jeune et jolie assise coté passager.
"fuck!"
J'additionne tres tres vite dans ma tete. La femme au chien nous avait vus, elle nous as dénoncé, les policiers nous attendaient. Elle s'est poussée pour ne pas se monter comme la raporteuse.
On ralentit mais on n'arrete pas, je suis presqu'en train de baisser la fenetre que je remarque dans les yeux des policiers que ce ne sont pas eux qui nous surprennent mais nous qui les surprenont. Ils fument tous les deux et le gars debout garde son dos tourné a nous pour le cacher.

"Continue 'pa"

On fait le grand tour et on se pousse en les égratigant presque. Le deuxieme chargement s'est fait si vite et le trajet était si peu long que cette fois les branches ratissent larges sur chaque coté. On peut pas rouler longtemps comme ca. On réalise que c'était un triple rendez-vous de tricheurs. La femme allait faire déféquer son chien dans le secteur sans son petit sac, elle s'est poussée a la vue des policiers. Les policiers se cachaient pour fumer, ne pas travailler et je ne sais trop quoi (un gars et une fille quand meme). Et nous on allait domper la ou s'était probablement interdit.

15 minutes plus tard, tout le monde a réagit de la meme facon et a fui les lieux de leurs pechés. Mais nous on est revenu. Jamais vu un trailer se vider aussi vite. Y avait tellement de sacs de poubelles éventrés que ca me consolait un peu au moins de savoir que nous c'était de la nature qu'on remettais a la nature...poussieres tu redeviendras poussieres, bourgeon tu revdiendras bourgeon..O.k. c'est cheap comme consolation mais bon.

Nous sommes revenus a la maison, avons masqué les indices incriminants et avons courus de la tourbe que nous avons installés sous la grele. La nature avait choisie de venger son ami arbre assassiné lachement au bras de l'homme.

A la toute fin le soleil s'est pointé. La nature avait rendu les armes. La ou il y avait ce matin un arbre de 30 pieds il y avait maintenant un léger monticule de tourbe.

Notre crime est resté impuni. L'asiatique aux cheveux jaunes nous regardait avec un air louche de la fenetre de son salon. Serons nous dénoncés par cette jalouse?

Je garde mon Killex pour son café si...


Un peu de silence avant de froler l'indécence




On accuse Montréal de bien des maux mais c'est quand la derniere histoire de kidnapping suivie de meurtre a s'y produire sur une personne sans histoires?
Meme le maire de Riviere Ouelle disait: "on entend des histoires sur Montréal mais ici..."

Ne nous trompons pas ce qui est arrivé a l'attachée politique du ministre Claude Béchard est abominable et tout a fait horrifiant. Ce qui l'est plus encore c'est que son présumé assassin n'ai l'air de rien. Maigre, relativement anodin en apparence, presque le look intello. Et pourtant un probable affreux malade capable du pire.

Et pourtant qu'es-ce que les journalistes choissisent de nous présenter comme angle? le traditionel "on n'aurait pas cru cela dans notre petite communauté", "Tout le monde se connait c'est un drame duquel la communauté aura de la difficulté a se relever", "Voici la preuve que cela peut arriver partout" et gnagnagna...On s'en doute bien oui, on l'a entendu mille et une fois. On l'a entendu pour la disparition de Cédrika, pour le tueur de Dawson. On pourrais meme écrire le texte ou le dire en choeur en meme temps que l'interlocuteur. Mais non, TVA se sent obligé non seulement de nous le répéter verbatim ad nauseam mais en plus ils en font une émission spéciale (aujourd'hui 9h00 AM) avec ce "grand orateur" qu'est Claude Poirier. Qu'y a-t-il de si spécial a discuter? Z'ont trouvé le cadavre, z'ont trouvé le potentiel assassin. Le reste n'est-ce pas de la fascination morbide?

J'espere que les gens de la Riviere Ouelle auront les couilles de botter le cul des pigeons qui viendront planter leur caméra dans le salon du mari veuf, des parents de la victime, qui seront dans la premiere rangée des funérailles, qui coureront apres la famille de l'assassin. Zont déja retracé la grand-mere du triste malade.

Le pire est peut-etre a venir pour ses gens. Outre le pénible deuil qu'ils auront a vivre faudra composer avec les projecteurs qui seront enlignés sur eux malgré eux. Oh c'est certain que plusieurs y trouveront aussi leur 15 minutes de gloire et seront secretement content du soudain intéret pour le secteur et c'est tout a fait normal. Quand qu'il n'y a rien qui se passe dans un patelin et que soudainement ca brasse, tout le monde se découvre des talents. Lui devient psychologue, l'autre psycho-éducateur. L'autre savait parce qu'il lui avait payé sa premiere biere, trouvait qu'il étais tout a lui, parlait peu, pas de merci, des yeux glauques, voulait pas d'amis etc. L'ennui a toujours besoin d'etre trompé.

Comme la fille qui subit un interrogatoire policier apres avoir subi un viol. Le pire est peut-etre a venir pour Riviere Ouelle. Voyez les mouettes s'installer jusqu'aux funérailles. On va te la creuser la cicatrice. Vont lui donner une forme.

Une si belle région maintenant gravée dans l'imaginaire collectif pour les pires raisons imaginables.

Un peu de silence s'il-vous plait.
Par respect pour les vivants et les disparus.


Le Québec médiocre







"Il faut etre plus ouvert et apprendre l'anglais"... Oui, oui et re-oui.

Etre ouvert ce n'est pas juste ici mais partout dans la monde et a tous les niveaux. Face a l'homosexualité, face aux nouvelles technologies, face aux nouvelles générations, face aux nouveaux défis internationaux plus ouvert. Quand Taylor & Bouchard nous disent d'etre "plus ouvert" c'est leur maniere polie de nous dire de se servir de notre intelligence. C'est le message de tous les intellectuels dans le monde. C'est ce qui fait que notre planete est ce qu'elle est. De par l'utilisation de notre intelligence. C'est ce qui fait aussi que notre planete est imparfaite et c'est tant mieux. La perfection c'est l'ennui. Demandez a Catherine Zeta-Jones comment elle se trouve ennuyeuse devant son miroir.


Quand je vois des gens s'insurger contre l'anglais je me crois de retour dans les années 50. Quand Maurice Richard représentait le combat du francophone contre le gros michant anglo de Toronto. Quelle ironie la plupart des ignorants que je vois japper contre les anglophones ou les étranges" sont tous de cette génération qui n'a pas appris l'anglais ou plutot qui a appris a hair l'anglais parce qu'il en avait peur. Prenez-vous en donc a vos enfants qui n'ont pas fait plus d'enfants on serait pas obligé de repeupler le Québec par "l'ailleurs"


J'ai confiance en nos jeunes, j'ai confiance aux gens de mon age (mi-trentaine) qui savent que l'anglais n'est pas et ne sera jamais une menace mais sera toujours une arme excessivement efficace pour se débrouiller dans la vie. Les cultures étrangeres sont une RICHESSE pas l'inverse.


Quand j'entends le Québec médiocre s'élever contre l'anglicisation je me dis que ce sera pas tout de suite qu'on l'aura notre pays. Car l'anglais c'est pas juste le Canada, c'est la planete entiere et si un jour on veut rivaliser en tant que pays on en aura besoin du monde entier.


La Commission Bouchard-Taylor a fait sortir le plus laid du Québec, le Québec médiocre, le Québec peureux. Et relativement fier de l'etre et de l'affirmer en public. Heureusement je n'ai pas vu trop de jeunes afficher leur ignorance. Ca donne espoir. Mais quand j'entends des gens séniles allez dire "sacre ton camps et n'oublie pas tes guénilles et tes ordures avec toi" je me dis que pour un moté qui a rassemblé son courage pour aller vomir ses débilités il y en a probablement 125 qui n'oseront pas se lever mais applaudiront a la fin du discours qui est souvent digne d'un enfant de 3eme année. C'est se servir de son intelligence ca?


Mais de quoi a-t-on peur? de la disparition de la langue? de la fin d'un peuple? C'est pas ce qu'on craignait aussi en 1839? la langue a-t-elle survécu? si jamais elle disparait c'est bien parce qu'on l'aura voulu nous-meme. En Islande ils sont 300 000 et ils craignent pas une seule fraction de seconde de la perdre leur charmante langue. Vous croyez qu'on va la perdre notre langue? Alors comment expliquez vous le succes de notre télé? le succes de nos artistes musicaux francophones? de nos journaux francophones? de nos magazines francophones? Et pourtant notre musique c'est plus souvent qu'autrement de la grosse marde. De la grosse grosse marde épouvantable. Et notre télé est souvent bien pire. Et on les fait bien vivre nos artistes Québécois, parce qu'on les aime et en francais. Et notre langue serait en péril? a ce que je sache on a pas encore nos NRJ Awards ou notre Dancing Show comme en France. Non ici ce sont les gémeaux et le Felix. Peut difficilement etre plus franco.


Ca me tue de penser qu'il y aurait peut-etre encore plus de talibans de la langue que de gens intelligents pret a affronter le monde de demain.


Je n'ai pas a etre convaincu que le Québec est un grand peuple je SAIS qu'il l'est. Mais quand il se comporte en petit médiocre la je me sens étranger a mon propre peuple.


Je l'aime mon Québec et j'en suis tres fier peut importe la langue avec lequel il se défend.

Mais seulement quand il se défend intelligement.

Et quand il se comporte comme un grand pas un enfant.

vendredi 16 mai 2008

Une certaine odeur de catastrophe




Le consortium Rabaska vient de marquer un grand coup en décrochant un contrat d’approvisionnement en gaz naturel liquéfié du producteur russe Gazprom.


Un grand coup vraiment? Les Russes dans ce dossier sont dignes des anciens agents du KGB. Tout est "top secret" des négociations jusqu'au deal lui-même en passant par la grande variante nébuleuse: la fiabilité de Gazprom. Ceux-ci ont toute la difficulté du monde à fournir dans leur propre cour et il serait soudainement efficace en Amérique? Et où en Amérique de toute façon? à Lévis? Le projet Rabaska n'a que des adversaires à Lévis. La population ne veut rien savoir d'un projet de port méthanier et de gros réservoirs dans leur cour. Et ce même si le bureau des audiences publiques en environnement a donné son approbation à toute l'affaire. Est-ce que le Bureau et le gouvernement ont le même compte épragne à la banque ça c'est une autre histoire mais la richesse créée par Rabaska et les taxes et les emplois qui en découleront, le Québec (et la ville de) en aurait plus que besoin.

Avec la folle explosion des prix dans la bulle "énergie & carburant" (si un telle bulle existe) le Québec et l'Amérique entière doit absolument diversifier ses sources d'énergie. Lorsque utilisé intelligemment, le gaz naturel permet de remplacer des sources d’énergie beaucoup moins vertes comme le mazout lourd. Toutes les solutions vertes doivent être explorées en 2008.

Laissez-moi avoir des doutes sur les Russes qui viendrait nous dire comment rendre la planète plus verte. Z'ont des meilleurs spécialistes que les nôtres depuis Tchernobyl?

Les méthodes de gestion de Gazprom sont aussi tout à fait dignes des régimes qui n'en ont rien à cirer de la démocratie. Gazprom a coupé en 2006 l’approvisionnement à l’Ukraine affolant d’autres pays européens alimentés par le même conduit en plus d’avoir menacé l’Allemagne de faire de même. Tout à fait rasurant...

Une fois l’entente signée avec Rabaska, le géant russe ne pourrait pas changer les termes, s’accordent pour dire les spécialistes. Mais Gazprom pourraient décider de s'en foutre complètement aussi. Après tout son ancien PDG est aussi l'actuel président Russe, Dimitri Medvedev. Président (pantomime de Poutine) du même gouvernement Russe qui n'a pas hésité à faire assassiner une journalsite Tchétchène parce que ses articles critiques visaient trop juste. Alors là si y a le moindre boomer qui s'enchaine à une rocher sur la Rive-Sud de Québec en dénonçant le projet, je n'ai aucun problème à imaginer "qu'ils tireront sur la plogue" comme ils l'ont déjà fait chez eux avec le projet de la construction d’une usine de liquéfaction du gaz naturel au nord de Saint-Pétersbourg. Si les projets sont morts-nés au gré des humeurs Popovs faut-ils se réjouir complètement de ce deal secret? On peut y voir un potentiel certain mais on peut aussi avoir des raisons de douter et d'y voir un éléphant blanc... Sont splendides les éléphants Russes mais faudrait voir derrière la beauté. Faudra ouvrir l'oeil avant la signature de ce contrat (car pour l'insatnt ce n'est qu'une entente de principe) sur la manière dont Gazprom réussira à fournir l'Europe cet été, ceci pourrait être éclairant et aidera à déterminer si il s'agit d'un bon filon ou d'une fuite qui pue.

Est-ce que ça urge tout ça de toute façon? Junex est en train de nous dire qu'on aurait peut-être tout ça ici chez nous.

Il y a de ses gazs inodores assez vicieux.

Il y a de ses ballets russes qui sonnent faux.

Rabaska rime-tellement avec Gaspesia.








jeudi 15 mai 2008

Trois Garçons Imaginaires


In an instant I remembered everything.

65DaysOfStatics de Sheffield, Angleterre nous avait préparé le terrain avec un rock instrumental à la limite de la musique progressive, forte en crescendo. Croisement brut entre Sigur Ros et My Bloddy Valentine cette musique aurait pu être la trame sonore d'un film. D'un film de guerre avec ses muiltplies pétarades à la batterie(lourde) mais un film pareil.

Puis la grandiose ouverture de Plainsong des Cures. 1989 all over again. Rond Robert Smith, chauve Porl Thompson, énergique Simon Gallup qui se bougera avec une énergie qui fera oublier qu'ils sont tous maintenant à l'aube de la cinquantaine. Le trio à l'avant-plan ce sont trois des membres originaux de The Cure, trois ti-culs du Sud de l'Angeleterre qui en 1979 cachaient leur timidité au travers d'épaissses touffes de cheveux en nous rappellant à la fois que "les garçons ne pleurent pas" (mais peuvent se maquiller!). Cette timidité Robert Smith la trainera pendant plus de 2h30 communicant peu avec le public et lui tournant le dos entre chaque morceaux presqu'enchainés sans pause tel un album concept (35 titres!). Smith est toujours rond et reste envahi par une large touffe de cheveux. Rouge à lèvres posé tout croche tel un clown triste, c'est d'abord la voix qui frappe, voix qui n'a pas changé d'un iota. Dès les premières pièces il la met à dure épreuve et jamais elle ne flanchera restant haute et forte dans les cris de Never Enough comme dans le refrain de Hot Hot Hot. Lullaby rendra la foule hystérique avec son éclairage rappelant de longues pattes d'araignées assaillant le public. Moment extrèmement fort du spectacle. Autre moment qui a mis le feu à l'endroit l"enchainement consécutif de Lovesong, In Between Days et Just Like Heaven qui a fait spontanément lever les trentenaires (majoritaires) pour mieux danser dispersés dans les rangées. Impossible de ne pas plonger ses yeux sur la belle qui tape du pied à ses côtés sans fredonner I promise you, I promise that I"ll run away with you

C'étais d'ailleurs là autour de moi que le charme opérait le plus. Voir ses anciens adolescents devenus jeunes parents, jeunes professionnels, ronds d'un accouchement récent ou d'un régime moins équilibré. Ces trentenaires au front fuyant, au visage creusé par le stress de la vie d'adulte mais avec dans l'oeil l'étincelle de la fébrilité et dans l'oreille la trame sonore de leur 15 ans. Les voir se déhancher, malhabiles mais si heureux de communier à l'autel de l'éternelle jeunesse, celle d'un passé pas si lointain il me semble. L'aérosol en moins.

Sur le parterre de splendides silhouettes en ombres chinoises se dandinant sur Jumping Someone Else's Train ou A Forest. Ce soir on est redevenus ti-culs. Ce soir tout le monde à 15 ans. Ce soir tout ceux qui remplissent le Centre Bell (à moitié) sont mes amis.

Trois généreux rappels peut-être un quatrième mais y a fallu quitter sur Killing an Arab, titre de Camus qui rapelle malheureusement bien d'autres réalités en 2008. Il a fallu quitter car la gardienne jusqu'à minuit ça commence à être injuste pour elle. (Not 10:15 on a Saturday Night anymore mais plutôt midnight on a wednesday night, Let's go To Bed...)

Ce qui est juste pour nous toutefois c'est le rappel que nous avons un jour été jeunes, pleins de promesses et qu'au jour où nous remplissons (vraiment?) ces promesses il est encore possible d'aller mouiller nos lèvres et embrasser la fontaine d'inspiration qui a bercé nos 15 ans.
(I kiss you in the water and make you dry lips sing).

Merci Robert
Merci Simon
Merci Porl
Boys do cry
Visiting time is over, and so we walk away

mercredi 14 mai 2008

Eradiquer l'ADQ?

Ouais. Soyons ce que nous ne sommes jamais assez. Perfectioniste. Et un peu fasciste en même temps. Où ne serais-ce que la recherche d'une certaine qualité?
Si le Québec est trop petit pour avoir deux club de hockey dans la LNH, si le Québec est trop petit pour avoir 4 postes de télévision généralistes, si le Québec est trop petit pour garder ses criminels en prison, si le Québec est trop petit pour se faire pays, comment diable peut-il se permettre de diluer le pouvoir à 3 partis?

L'ADQ a plu exclusivement parce que les autres partis ne plaisaient plus.
Je me souviens avoir moi-même imprimé le lourd et très diffus programme du parti à l'époque car je ne voyais pas Bernard Landry a la tête de la province qu"il aurait voulu pays très rapidement et voter Jean Charest étais hors de question. Je flirtais donc avec la voie de la jeunesse. Mario a mon âge, mon âge est minoritaire au Québec. Absolument rien n'est généralement conçu pour les gens de ma génération au sein des gouvernements Québécois. Encore moins dans les syndicats. Mario proposant une province qui ne serais pas menée par les syndicats? Ça me plaisait. L'option d'un chef qui aurait au moins mon âge me semblait aussi une bonne idée. Au moins ce chef pourrait voir le monde au travers des mêmes luenttes que les miennes et comprendre ces réalités que les trentenaires traversent. J'aurais voté moins pour que contre les deux autres. Un vote de stationnement comme on dit. Stationné le temps de réfléchir à la direction à prendre par la suite. Car ça a touijours été ça l'ADQ: un stationnement de mécontents. Des mécontents qui reprennent aujourd'hui la route lorsque le biouillard se dissipe.

A l'époque, à la lecture du programme adéquiste, j'ai rapidement vu que le fouillis mis sur papier ne pouvait rien augurer de bon pour l'avenir. Les propositions naives et l'absence totale de chiffres pour venir appuyer les multiples projets alambiqués m'ont rapidement fait détourner le regard. Et Ma'io c'est avéré beaucoup plus "vieux" que jeune.
Aux élections cette année là je n'a pas voté PQ, je ne voterai jamais Libéral et je n'ai pas voté ADQ non plus. Dégoûté et désabusé j'ai voté pour la tête la plus jeune dans mon comté (un Marxiste-Léniniste je crois) et ce faisant j'ai contribué à remettre en scelle les Libéraux.

Toutefois cette élection là avait permis à Dumont et ses troupes de faire une percée. On s'apperçoit maintenant que celui qui voulait faire une échappée, perd la puck plus souvent qu'autrement. Pire encore les élans de xénophobie, sexisme et la collection de ratés qui peuplent le parti trouve écho chez certains citoyens ignares et font resortir le plus laid du Québec. C'est du Jeff Fillion, du Stéphane Gendron et du Gilles Proulx concentré.

Dumont est passé de "jeunesse rafraichissante" à "jeune vieux" à "capitaine du bateau qui a coulé". Car le bateau a coulé cette semaine.

On se demande même si ça n'a jamais été autre chose qu'une chaloupe.

Et il faudra admetrre que la mer est trop petite pour trois navires.

mardi 13 mai 2008

La belle errance




Ma fille m'a fait le cadeau d'avoir la scarlatine.


Me voila donc "forcé" de "travailler" a partir de chez moi.
Apres avoir gosser autour de la piscine, lu quelques chapitres de mon livre, joué avec ma fille et fait 30 minutes de tapis roulant il fallait donc que je mette a la tache.


J'ai donc choisi de visionner "My Blueberry Nights" du cinéaste Taiwanias Wong Kar-Wai.

Le cinéma de Kar-Wai c'est des cartes postales, des flashs visuels, des effets stylisés. Le cinéma de Kar-Wai n'est en rien scénaristique faut pas lui chercher une histoire, il raconte sensiblement toujours la meme chose. Que ce soit Chungking Express, Happy Together, In The Mood For Love ou My Blueberry Nights, Kar-Wai filme continuellement la errance. Des effets de ralentis, des effets d'accélérés, des villes la nuit, des tons de bleus, différents supports cinématographiques, filmé en super 8, en vidéo, en 16 millimetres, en film, toujours avec une trame sonore soignée et toujours accrocheuse. Remarquez que je ne parle toujours pas d'histoire. Son cinéma ce n'est pas un cinéma d'histoire, c'est un cinéma de rencontres. Des rencontres dans des lieux de passages. Des aéroports, des restaurants, des trains, des bars, des casinos, des appartements a louer. Toujours en voie de filmer l'état de grace, l'étincelle entre deux personnages, le moment ou deux regards, deux levres, deux corps se rejoignent dans des moments de haute voltige visuel.
Faut jamais attaquer les films de Kar-Wai en se disant qu'on sera flabbergasté par le récit. Kar-Wai c'est la forme. Bien qu'il signe ses "scénarios" c'est d'abord et avant tout un cinéaste. Un méchant bon cinéaste comme il y en a peu. Un de ceux qui maitrise son art a la perfection. Comme Lynch ou Malick.

Kar-Wai c'est le cinéma du beau et le beau ici commence par Jude Law et Norah Jones. Deux excessivement photogéniques personnages. Impossible pour une fille de ne pas craquer pour le beau Jude et impossible pour messieurs de ne pas etre touché par la beauté de Norah Jones. Jones, chanteuse de son état, occupe ici son premier role au cinéma. Elle n'y chante pas, elle pose. Jouer dans un film de Wong Kar-Wai c'est d'abord et avant tout savoir poser. Jones & Law le font a merveille. On ne se lasse pas de les regarder et la caméra le leur rend bien.

Rencontres/séparations/road movie/départ, pour son premier effort Américain(ses autres films étaient tournés avec des acteurs asiatiques) Kar-Wai s'est aussi adjoint les services des excellents David Straitharn (Dolores Claiborne, Good Night & Good Luck) Rachel Weicz & Nathalie Portman. Tous supportant des accents du Sud des États-Unis, affectation qui semble fasciner les réalisateurs étrangers ( Ang Lee avait lui aussi choisi de forts accents sudistes chez les personnages de Brokeback Mountain).
J'ai vu aussi l'étonnant "Atonement" (dure journée quand meme). La on a tout le contraire. Un film qui se démarque par un excellent récit qui situe l'action dans l'Angleterre de 1935 a 1939. Une quadruple découverte tout a fait formidable. Tout d'abord l'auteur Ian McEwan qui nous donne envie de visiter son oeuvre par le génie de son récit. Ensuite la jeune Saoirse Ronan qui y joue une époustoufflante ado de 13 ans (elle en a elle-meme 12!! et joue déja comme un pro!). Son talent a d'ailleurs été souligné en étant nominée aux oscars ce dernier printemps. James MacAvoy est ma troisieme découverte. Excellent dans un role exigeant au coeur de l'intrigue. Physiquement C'est tout a fait Russell Crowe 15 ans plus jeune. Et finalement ma quatrieme fascination est le réalaisateur Joe Wright qui énergise un récit qui aurait pu etre relativement plat visuellement et effectue un tour de force avec un plan tout a fait magique de plus de 5 minutes qui défie toutes les lois de a gravité. Juste pour ce plan le film en vaut l'écoute.


Aaaaaaah! petite Punkie chérie(ma fille) soit malade plus souvent.
Errer ainsi c'est me faire vivre plus longtemps.

lundi 12 mai 2008

Blé d'inde







J'ai été élevé en franglais. Bilingue. Blé d'inde. Papa (dad) de racine Irlandaise et maman (mom) de racine indienne. Donc english all around.
Le moindre observateur le remarquera j'utilise fréquemment des anglicismes quand je n'écris carrément pas simplement en anglais. Ce blog a d'ailleurs passé à un cheveu d'être 100% anglais.
Quand j'ai lu la semaine dernière que les néo-Québécois se faisait payer des cours d'anglais j'ai tout de suite pensé que la ligue du vieux poële de la Saint-Jean- Baptiste s'agiterais très certainement pendant une bonne semaine. Je me disais une autre tempête dans un verre d'eau pour alimenter la plume journalistique.
Le problème à mes yeux n'est pas que des cours d'anglais soient payés par le gouvernement car l'anglais est indispensable dans la vie mais le vrai drame pourrait etre a mon avis que le contraire ne soit pas vrai.
Pour plusieurs le gouvernement a le devoir de payer la même chose en français. Sinon en tout premier lieu. Le Laosien, le Grec ou le Phillippin qui arrive ici se doit de parler la langue du peuple ça va de soi et la langue du peuple Québécois est encore le français.

Toutefois, se prendre un snack sur le pouce est beaucoup plus rapide que de se préparer un repas.



Je comprends tout à fait celui ou celle qui voudrait accélérer son arrivée dans un pays où la vie en générale va extrèmement plus vite que là d'où il arrive. Le seul endroit où ça prend une éternité c'est justement dans les bureaux d'Immigration. Choisir l'anglais c,est ouvrir 20 portes de plus non? l'étranger qui choisit l'anglais ne fait pas un affront a la langue autant qu'il ne fait qu'augmenter ses chances de travailler un peu partout en Amérique. Moi-même je réalise que sans mon anglais je serai porbablement sans emploi. L'Anglais est un outil de ma vie. Pas un adversaire. Au Québec on a cette culture d'affront toujours disponible quand vient le temps de faire face à ce qui nous fait peur. Et la peur actuelle est l'aburde peur de voir le français disparaitre...

On dit que 8600 immigrants par année arrivent au Québec par année ne parlant ni français, ni anglais. Dans la plupart de cas c'est l'anglais qui sera la langue que l'on choisira d'apprendre en premier et ce sera souvent la seule qu'on se donnera la peine de connaitre. Peut-on vraiment les plaindre? Les forcer à apprendre le français ne serait-il pas comme lui dire tu seras à la diète mais reste devant le buffet? L'étranger qui se pointe en Amérique ou au Canada se cherche un meilleur avenir. Il a quitté son pays d"origine à la conquête d'un futur qu'il se souhaite prometteur. Il vient conquérir l'Amérique avec un grand A. Pourquoi aprrendre une langue que seulement 7 millions de gens parlent ? Un gage de réussite sera d'apprendre la langue que les 310 millions d'autres jasent (Canada et États-Unis).

Notez Québec est presque toujours troisième dans l'esprit de celui qui a quitté son pays d'origine. Son choix du Québec n'est souvent qu'un choix portuaire. Le seul moment où le déraciné a le Québec profondément ancré dans le coeur c'est quand il est d'emblée francophone avant même de quitter son pays.

Faut jamais oublier que la langue française, bien que probablement la plus jolie au monde, est aussi la plus compliquée. Son ortographe est encore fort inexplicable même pour nous. Pourquoi le "ps" dans le mot "champs"? Pourquoi la même chose dans le mot "temps" pourquoi on peut écrire "clé" et "clef"? des "chevaux" et des "chevals"? Les exemples d'ortographes inexplicables se retrouvent par centaine dans la langue française. Et là je ne parle pas des accords de verbes, des genres et des nombres qui ne survivent pas au transfert des langues et qui est très souvent incompréhensible pour celui qui veut l'apprendre. En contrepartie l'anglais est d'une facilité déconcertante a se mettre en bouche. Du vrai fast-food oral.

Je soupçonne que les gouvernement ne veuillent pas payer des cours de français à des gens qui laisseraient probablement tomber les cours sous le poids ardu de l'apprentissage. Et je les comprend. Zont déjà à réapprendre à vivre complètement dans un nouveau pays, à restructurer tous les tiroirs de leurs cerveaux et de les placer en mode "réhabilitation Américaine" , leur français ils l'apprendront dans les rues, dans le quotidien, dans les écoles.

C'est trois lieux sont souvent le même endroit de toute façon.

Une langue est à l'image de sa société, c'est-à-dire évolutive.

L'évolution ne se traduit pas toujours par "menace identitaire"
faudra arrêter de craindre de disparaitre tout le temps.

L'enfance ne s'efface pas, elle se transforme en monde d'adulte.

La langue de demain sera napolitaine et c'est très bien ainsi.
Ça ne fera pas des enfants plus niaiseux mais au contraire des enfants moins peureux et plus affirmés non seulement au Québec mais sur la planète entière.