dimanche 26 mars 2017

Cartes Postales du Purgatoire

Aux nouvelles, on raconte l'histoire fameuse d'un homme/d'une femme qui marche 16, 17 ou 19 kilomètres par jour, sans se plaindre pour aller travailler. On présente l'histoire comme un exemple de bravoure et de résilience. Comme une belle histoire. On est ému avec innocence. On salue l'homme ou la femme.
Généralement, ça émeut quelqu'un à l'écoute qui tentera de réorganiser le désordre et qui lui offrira sa veille voiture ou du co-voiturage. Le gars sur la photo ici marchait 33 kilomètres par jour avant qu'un bon samaritain ne lui laisse sa vieille bagnole inutilisée.

Personne pour souligner toute les fois, que le travail marché, ne lui offrira jamais une telle chance. Personne pour souligner l'injustifiable débalancement de la situation.
On déguise l'horreur en moment magique.

C'est de la magie noire. C'est faire mourir l'Homme, petit à petit.

La banalisation de l'exploitation.
Comme la banalisation de la vérité avec Donald Trump.
Si celui-ci disait "La Corée du Nord nous tirera dessus demain avec leur arme nucléaire" le croiriez-vous?

Mais je m'égare. Les pelures de bananes sont partout. Les singes aussi.

Je veux encore vous parler de la seule certitude de la vie: La mort.

Dans une publicité sur le net aux États-Unis, à Chicago, pour la compagnie de partage routier, Lyft, une sorte de Uber local qui ne reconnait pas ses conducteurs comme des employés, mais comme des conducteurs volontaires, pour les soustraire aux dispositions des lois du travail, on a raconté, l'automne dernier l'histoire "touchante" de Mary.
Mary est conductrice et mentor de la compagnie Lyft. Après une journée de mentorat, 9 mois enceinte, elle choisit de prendre la route et de faire quelques voyages de gens souhaitant passer d'un endroit à un autre. Convaincue d'être loin de sa date d'accouchement prévue, elle prend un passager, puis un autre, puis un autre. Mais elle a commencé à avoir des contractions. Elle n'y a pas vraiment cru et est restée bravement chauffeuse en poste. Elle en a pris un dernier, Heureusement, dit la pub, les passagers n'avaient pas demandé de trop longs trajets et Mary a dû se rendre à l'hôpital après son dernier transport. Où, vous le devinez bien, on lui a confirmé que le travail avait commencé. Elle a accouché d'un merveilleux bébé, une petite fille, que l'on a vite habillée des couleurs de la compagnie Lyft pour une photo pour leur pub. (photo sur votre gauche)
"Avez-vous des histoires touchantes du genre à nous conter?" invite la pub en toute fin.

L'histoire de Mary est reçue de bien des manières. Pour certains, Mary est un exemple de dévouement et de courage, prendre des clients alors qu'on est en plein labeur maternel, et une manière formidable de faire un peu d'argent en tout temps et en toute circonstances!
Pour d'autres, c'est même excitant!

Mais c'est une histoire d'horreur. D'HORREUR.

La compagnie Lyft n'offre aucune assurance pour ses "conducteurs volontaires". Chaque voyage leur rapporte 11 dollars garantis. Pas plus. Mary a mis dans ses poches 44$ + son salaire de mentorat (probablement maigre)avant que sa fille ne naisse. Peut-être que Mary savait très bien qu'elle était en train d'accoucher, mais qu'elle avait davantage besoin du plus de 11$ possible. Mais peut-être aussi que Mary est une riche héritière qui ne fait ses voyages et court ses 11$ simplement par générosité et par pur altruisme, Pour se désennuyer.
Par dévouement.

Vraiment?...

Il faut être sérieusement déconnecté du monde réel et particulièrement tordu pour penser qu'une telle histoire ne mettra pas en lumière la précarité de la situation, le désespoir certain, et les conditions affreuses dans lesquelles certaines personnes sont forcées de se placer pour joindre les bouts, bien avant la beauté de la naissance de la petite fille commanditée. Que l'histoire soit vraie ou non. c'est à nouveau la banalisation d'une certaine noirceur. Est-ce bien ma planète?

Toujours aux États-Unis, une pub sur affiche cette fois. La compagnie Fiverr, une compagnie en ligne qui sollicite l'entrepreneurship pour parfois pas plus que 5$, a lancé sa campagne "in doers we trust".
Sur une affiche bien en vue à New York, dans les métros autant que sur les bus et taxis , le visage d'une femme aux yeux pochés, aux cheveux en bataille et les phrases: "Ton café est ton dîner, tu fais le suivi d'autres suivis, l'insomnie est ton médicament préféré? tu es probablement un entrepreneur", Dans une version web, on va plus loin, (cliquez sur Let us show you). On suggère même de tourner le dos à la mort.

NE SOYEZ PAS AVEUGLES, C'EST JUSTEMENT CE QU'ON VOUS VEND!!!!!!!!!!! Dans cette vie elle sera partout à vos trousses!

Ne plus manger?
Ne plus contrôler sa propre vie?
Ne plus dormir?
C'est ce qui m'a fait quitter l'entreprise de jambon qui pressait le citron entre 2004 et 2009 en exigeant plus de 60 heures de job (37,5 payées) par semaine et qui me donnait un laptop en toute fin, pour continuer à la maison (ce qui m'a plongé vers le gouffre mental).

MORT AU CANNIBALISME!

Suis-je le seul à y voir extraordinairement malsain?
Suis-je à ce point martien?
On ne dynamitera pas une compagnie aux idées comme celles de Fiverr. Bien au contraire.
On lui fera faire 110 millions sur les marchés!

Et vous ne comprenez pas les racines du terrorisme?

Je cherche un salaire secondaire en ce moment. Je survole assez rapidement le site InfopresseJobs qui m'offre tous les jours 11 ou 12 emplois disponibles. L'univers  de la programmation informatique ou le marketing est absolument partout. 100% des jobs. Ces portes sont fermées/barrées pour moi. Clés perdues. 

Maintenant je commence à me dire que je ne travaillerai plus jamais ailleurs que de mon sous-sol.
Pas assez zombie, ni cannibale.

Mort-vivant, tellement vivant.
Mais tellement tellement tellement vivant!

Mais le marché du travail ne recherche plus la vie,
il recherche la mort.

Je n'ai pas ça en moi avant longtemps.


samedi 25 mars 2017

Buffy The Vampire Slayer

"You probably got that thing like when you burp and you got that vomitting taste in your mouth"

C'est ainsi qu'explique le directeur de l'école secondaire de Sunnydale* le sentiment que devait ressentir la nouvelle élève, Buffy, quand on découvre un cadavre dans un casier étudiant, dans l'épisode pilote qui n'avait jamais été diffusé.

Ça m'a gagné. Je me suis tapé la saison 1 sur Netflix.

Non, je n'avais jamais écouté la série Buffy The Vampire Slayer.

Oui, la nouvelle élève, la très jolie Sarah Michelle Gellar, est aussi chasseuse de vampire. Elle est l'élue de sa génération. J'avais vu le film, un navet majeur, quand j'avais 18 ans, et n'en avait retenu que le charme d'une jeune et tout aussi blonde Kristy Swanson lors d'un petit bout de chanson faisant la cheerleader et demandant en choeur avec deux autres pomponneuses "how greassy is your chicken, how loosse is your goose?" suivi d'une maigre chorégraphie. Quand la série de Joss Whedon (le même auteur que le navet ciné) a atteint la télé, j'avais alors 25 ans. 2 ans plus tard, je serais papa. Étant moi-même un vampire, l'idée de les chasser ne m'a jamais plu. J'ai regardé ailleurs alors.

Comme je suis tout neuf dans l'écoute de BTVS, je ne peux pas vous parler en savant de leurs 20 ans. Mais je peux vous parler autour de la série. Je risque de divulgâcher un peu pour ceux qui n'ont pas vu. Mais bon, retournerez vous vraiment sur une série vieille de 20 ans, où des adolescents dans une école secondaire n'ont pas de téléphone intelligent sans antennes?

La série s'est étendue du 10 mars 1997 au 20 mai 2003, sur 7 saisons et 144 épisodes.
Le diffuseur souhaitait une 8ème saison, mais et Whedon et Gellar, voulaient passer à autre chose.

Joss Whedon a créé le film et la série pour venger la petite blonde dans tous les films d'horreur qui ne se tirait jamais d'affaire. Buffy est justement une petite blonde qui botte les culs des vampires.

Whedon voulait un épisode de comédie musicale dès la première saison, mais le diffuseur n'a jamais voulu la chose. Ce n'est qu'à la 5ème saison, en changeant de diffuseur, que Whedon a eu le ok pour écrire (et réaliser) cet épisode appelé Buffy, The Vampire Slayer: Once More, With Feeling.

La série n'a pas vraiment de téléphone intelligent, mais sera l'une des premières à utiliser la phrase "Google it". c'est Willow (Allyson Hannigan) qui le dira.

Même si son nom n'apparaît pas au générique dans la production, la chanteuse country Dolly Parton a fait fortune, étant partenaire de Sandollar Entertainment, compagnie gérant aussi sa carrière de chanteuse.

Le Grr...Aargh que l'on entend hors de la bouche de la mascotte de Mutant Enemy, la compagnie de prod de Whedon, à la fin de la plupart des épisodes est la voix de Joss Whedon. C'est le nom de sa première machine à écrire. Il en a créé le logo en 15 minutes quand on a exigé qu'il y en ait un.

Darla (jouée par Julie Benz) est le personnage des séries Buffy... et sa série dérivée, Angel mourant le plus souvent.

Ryan Reynolds s'était fait offrir le rôle de Xander mais a prétexté que ses propres expériences à l'école secondaire n'en étaient pas des bonnes et qu'il ne voulait pas se les rappeler, mais en vérité, il ne se voyait pas jouer (à 21 ans) un gars du secondaire.

Les producteurs ont exigé que Nicholas Brendon cesse de s'entraîner en gymnase, car son rôle devait le dépeindre comme un maigre geek,

Joss Whedon voulait une rousse, une rousse puisqu'au début, les trois principales filles ont les cheveux foncés. Il a demandé à Gellar, Hannigan et Charisma Carpenter (qui interprète Cordelia), deux brunes et une noire naturelle, laquelle des trois voulait se teindre en rousse pour la série, Hannigan, d'origine irlandaise, s'est portée volontaire.  Gellar deviendra blonde avec le temps. Carpenter gardera son noir naturel.

Nathan Fillion (qui incarne Caleb) avait originalement auditionné pour le rôle d'Angel.

Sarah Michelle Gellar a auditionné pour le rôle de Cordelia à l'origine et Charisma Carpenter, pour le rôle de Buffy, rôles qu'elles se sont échangés au final. Julie Benz avait aussi auditionné pour le rôle de Cordelia avant de devenir Darla. Elizabeth Anne Allen (qui deviendra Amy Madison), Julia Lee (qui sera Anne), Mercedes McNab (qui sera Harmony Kendall), Bianca Lawson (Kendra, chasseuse de vampire dans la saison 2) ont tous auditionné pour le rôle de Cordelia également. Katie Holmes et Selma Blair ont toutes deux été considérées pour le rôle titre. Natasha Lyonne devait jouer Anya, mais a refusé quand elle a remarqué que ce n'était que pour deux épisodes. Emma Caulfield a été engagée à sa place, vers la fin de la troisième saison. Ironiquement, le personnage d'Anya resterait pour tout le reste.

C'est Sarah Michelle Gellar qui a personnellement recommandé Michelle Trachtenberg pour incarner sa soeur. Elle l'avait connue et côtoyée sur le plateau de la série All My Children, où elles ont toutes deux commencé leur métier.

Sur 144, seulement 7 épisodes n'offrent aucun vampire à l'écran.

Sarah Michelle Gellar disait ne pas aimer jouer des scènes où elle doit rire, se trouvant artificielle en le faisant. Le scénariste David Fury a écrit le plus de scène possible dans lesquelles elle devait rire, simplement pour qu'elle surmonte cette phobie (et pour la narguer).

James Marsters (qui incarne Spike) a originalement auditionné pour son rôle en empruntant un accent du Texas. Presqu'aussitôt, on a changé cela pour un accent anglais.

Seth Green et Chi Muoi Lo sont les deux seuls acteurs à avoir joué dans le film et la série. Mais le rôle de Green, dans le film, a été réduit au montage final à celui d'un figurant.

Le personnage de Dawn devait à l'origine avoir le pouvoir de parler aux morts et de bouger les choses avec son esprit. On a changé d'idée.

Sur 7 saisons, l'anniversaire de Buffy est passée du 24 octobre 1979, au 24 octobre 1980, au 6 mai 1979 avant de finalement être gravée sur une pierre tombale comme étant le 19 janvier 1981.

En 2002, Joss Whedon lance la série Firefly qui ne durera qu'une seule saison. Il réengagera Nathan Fillion, Gina Torres, Adam Baldwin et Alan Tudyk, du casting de cette série, dans Buffy....

Whedon a créé le personnage de Cordelia, inspiré d'une amie de sa blonde, et le personnage de Xander, en pensant à lui-même. ("Voilà pourquoi j'ai les meilleures lignes" dira son interprète Nicholas Brendon),

Saison un: 3,7 millions de cote d'écoute. Saison deux: 5,2. Saison trois: 5.3. Saison quatre: 5.1
Saison cinq: 4.5, Saison six: 4.6. Saison 7: 4.1

C'est Alyson Hannigan qui a suggéré la chanson thème d'ouverture à  Whedon.

14 acteurs feront le pont entre la série Buffy The Vampire Slayer et sa série dérivée, Angel.

Riff Regan incarne Willow dans le pilote. Anthony Head (qui incarne Giles) est le petit frère du chanteur et acteur francophile Murray Head.

Alyson Hannigan et la chanteuse Pink sont deux très bonnes amies et Pink a même baptisée sa fille, Willow.

Plusieurs acteurs de Buffy... et/ou Angel joueront aussi dans Supernatural, dont le créateur, Eric Kripke était un grand fan. Amber Benson, Felicia Day, Mercedes McNab, Julie Benz, Jeff Kober, Amy Acker, Charisma Carpenter ou James Marsters entre autre.
L'apparence de Drusilla était inspiré du look d'accro à l'héroïne de la mannequin Kate Moss dans les années 90.

Mercedes McNab, qui avait alors 16 ans, était la seule réelle adolescente lors du début du tournage en 1996.

L'épisode 10 de la saison 4, Hush, est un épisode splendidement drôle et habile, réussissant à loger 27 minutes de silence sur 44 d'une intelligence, d'un cabotinage et d'une efficacité rare (celui-là, je l'ai vu, aussi).

Le personnage du gentlemen a été inspiré à Joss Whedon suite à un cauchemar de sa part.

Le personnage d'Angel devait mourir après la seconde saison, mais les producteurs ont approché Whedon pour lui parler d'une série dérivée, ce qui a fait changer les plans de l'auteur.

Whedon a presque fait de Xander un personnage gay, envoyant finalement Willow dans cette direction.

Le Maître devait à l'origine avoir de longs cheveux et une barbe jusqu'à ce que l'on propose au contraire un look chauve, afin de rendre hommage à Nosferatu.

Les personnages Spike, Oz, Faith, Wesley, Drusilla, Jenny et Joyce devaient tous mourir assez tôt, mais les acteurs les incarnant les ont fait vivre beaucoup plus longtemps que prévu.

Lors de la fin de la série. on a aussi offert à Eliza Dushku sa propre série dérivée dans la peau de Faith, mais elle a refusé, préférant se consacrer à la série Tru Calling.

(divulgachis) Tous les personnages qui possèderont la Boîte Magique seront brutalement assassinés.


Avant Buffy, The Vampire Slayer, l'intérêt pour les histoires de vampires était rares.

 Vampire Diaries, True Blood, Twilight, pour ne nommer que ceux-là, ont peuplé nos télés et nos écrans de ciné, depuis.

Pour revisiter ou simplement découvrir, tout est dispo sur Netflix.

Buffy The Vampire Slayer a atteint le statut de série culte et fête cette année ses très jolis 20 ans.

*Qui sera remplacé et deviendra prof de cours de conduite automobile dans la série.

vendredi 24 mars 2017

10 Espions d'Importance Mondiale

Avec les accusations crétines d'espionnage de bottine lancées par l'administration Trump j'ai eu envie de plonger dans le vrai espionnage réussi.

Voici 10 espions internationaux majeurs.

Melita Norwood (1912-2005)
Inoffensive (en surface) assistante du directeur du centre de recherche atomique britannique, Melita a refilé tout ce que les britanniques trouvaient sur la bombe atomique, pendant près de 40 ans, principalement car elle était contre la bombe atomique. Fille d'un père Letton communiste qui traduisait des articles de Lenine et de Trostky, elle est vite recrutée à 25 ans pour infiltrer le centre de recherche atomique d'Angleterre. Elle portait toujours de gros sacs d'épicerie et restait une excellente employée, très à son affaire. Lorsqu'exposée en 1999, à l'âge de 87 ans, on la surnommera (en raison de ses sacs) The spy who came from the co-op. Avec un charme absolu, lorsque grillée, elle répond bravement : "Oh dear! je croyais m'en être tirée!". Les britanniques n'ayant jamais été des leaders en matière atomique, n'ayant donc que très peu de secrets à partager, ne poursuivront jamais Norwood.

Fritz Joubert Duquesne (1877-1956)
Sud-africain (afrikaaner), Fritz était motivé par la vengeance du massacre de sa famille durant la seconde guerre des Boers. Il sera conseiller de chasse du président Theodore Roosevelt avant d'être accessoire dans la mort de Lord Kitchener, en signalant à un sous-marin allemand la position du navire HMS Hampshire en 1916, à bord duquel se trouvait le maréchal britannique, et qui coulera au large de l'Irlande. Il sera espion pour les Allemands dès le début de la Première Guerre Mondiale, mais aussi pour la Seconde Guerre Mondiale. Il sera maintes et maintes fois capturé, mais s'évadera presque toujours. Des Bermudes, il s'évade aux États-Unis. Il infiltre les rangs britanniques et sabote de l'intérieur. Il est reémprisonné en 1917 à New York et feint la paralysie pendant 2 ans avant de s'évader à nouveau. Il est réarrété en 1932, mais les crimes de guerre sont pardonnés et il est libéré. Déguisé en scientifique, il pose plusieurs bombes sur plusieurs bateaux britannique avec succès. Il est si bon qu'il a son propre réseau d'au moins 33 espions appelés le Duquesne spy ring. Ils seront presque tous arrêtés en 1941. Il écope de 18 ans de prison, mais n'en sert que 14. Il sera libéré pour des raisons de santé. Ce qui ne fera jamais de sens de mon vivant. Et la dignité de ses victimes?  N'est-ce pas un aveu que ses victimes devaient mourir?

Virginia Hall (1906-1982)
Véritable héroïne, elle a une intéressante carrière administrative dans les ambassades des États-Unis à Varsovie et en Turquie avant d'être victime d'un bête accident de chasse (elle se tire dans la jambe) qui lui amputera une jambe. Elle travaillera en Estonie, avant de rejoindre l'Angleterre, puis la France occupée, pour y être officiellement journaliste. Mais en réalité, elle coordonne aussi des activités de la résistance, leur indique le mouvement des troupes allemandes, sabote subtilement et envoie dans les mauvaises direction les soldats d'Hitler, conduit des ambulances pour la résistance avant d'apparaître sur la liste des espions les plus recherchés de la Seconde Grande Guerre. Mais elle reste introuvable. Connue sous les noms de Camille, The Limp Lady (la fille qui boite), Brigitte Lecontre, Diane, Anna Müller, Nicolas, Mae, Germaine, Marie Monin et pour les Allemands qui la recherchent: Artemis, elle sera agente de l'OSS tout en étant correspondante pour le New York Post.  Elle sera magistrale. Elle décède à l'âge de 76 ans. Handicapée beaucoup plus habile que bien des gens sans handicap.

Klaus Fuchs (1911-1988)
Sympathisant communiste, Il quitte l'Allemagne quand Adolf Hitler devient chancelier et trouve refuge en Grande-Bretagne. En 1939, il demande la citoyenneté britannique, mais la guerre éclate avant que sa demande ne soit traitée. Allemand, il est même déclaré ennemi et sera interné, entre autre, à Sherbrooke au Québec. Son talent pour la science et ses connaissances pointues en mécanique quantique font en sorte que ses professeurs exigent sa sortie et il sera intégré au Projet Manhattan en 1943. Travailleur discret et studieux, il gagne la confiance de tous. Il est toutefois d'avis que les alliés ne devraient pas être les seuls à profiter du travail de recherche  sur la bombe atomique. Communiste depuis toujours, il refile aux Russes, tout ce qu'il apprend aux États-Unis, quelques semaines à peine après le bombardement de Nagasaki. Il est arrêté en 1950 et condamné à 14 ans de prison. Il n'en fera que 9. Car il est si brillant en mécanique quantique, que tout le monde se l'arrache. Les Britanniques, les Allemands, les Russes et les Chinois.

Belle Boyd (1844-1900)
Tomboy du sud des États-Unis, la Cléopâtre de la Secession (elle avait un bon nez) ou la sirène de Shenandoah est devenue espionne un peu malgré elle. Lorsqu'un soldat ivre entre chez eux et la bouscule, elle et sa mère, Belle, qui n'a que 17 ans, le tue d'un coup de fusil. Elle ne sera pas condamnée car on juge qu'elle a agit par légitime défense à une agression, Mais l'armée est amère et surveille les moindres faits et gestes de sa famille, errant autour de la maison jour et nuit. Belle, opportuniste, se lie s'amitié avec eux, et bien assez vite se lie de la cuisse aussi. Un soldat lui confie sur l'oreiller les secrets de ses troupes. Secrets qu'elle refile sur papier à la gouvernante, une esclave illettrée, qui ira porter le bout de papier à des gens en lien avec les troupes ennemies. Elle aura une brève carrière d'actrice par la suite.

Françis Walsingham (1532-1590)
Dégage Thomas Cromwell! Walsingham était le roi des espions pour les Tudors. Principal secrétaire d'Elizabeth I et ardent protestant, il était maître d'oeuvre de l'étouffement du catholicisme par tous les moyens possibles. Ses performances furent remarquables. Il intercepté pratiquement toutes les communications par lettre. Il avait un réseau efficace de faussaires en mesure de copier les écritures et créér des répliques parfaites de sceau royale contrefait. Il avait pour modèle, Machiavel. Quand Mary Stuart d'Écosse menace de devenir souveraine à la place de son Elizabeth chérie, Walsingham réussit à la faire enfermer. Il n'a toutefois pas de raison de l'assassiner sans outrer la diplomatie. Une correspondance d'un groupe qui souhaiterait la faire libérer et assassiner ensuite Elizabeth se rend à Mary d'Écosse. Walsingham l'a lue (il a les yeux sur toute les communications) et lui fait parvenir lui garantissant que si elle souhaite répondre, sa réponse à elle sera scellée et placée dans un tonneau, personne ne la lira sauf ceux à qui elle est adressée. Mary mord à l'hameçon  Elle approuve par écrit. Il a maintenant sa raison de la faire mourir. 14 des comploteurs seront aussi exécutés.

Sidney Reilly (1873-1925)
Sigmund Georgievich Rosenblum aurait été de ceux qui auraient influencé Ian Flemming pour son James Bond. Tombeur de ces dames, charismatique et brillant, playboy, il était passé maître dans l'art du déguisement et de la supercherie. Dans les années 1890, il quitte l'Ukraine pour Londres et travaille dans la revente de médicaments. Ça le met en contact avec de petites fripouilles, des immigrants, des exilés politiques, des criminels: la clientèle potentielle de la prison de Scotland Yard. Celle-ci l'engagera d'ailleurs comme informateur. Il prend goût à tout ça. Quand il a une liaison avec une femme mariée, le mari cocu décède soudainement, officiellement de la maladie de Bright, mais dont tous les symptômes sont exactement les mêmes qu'un empoisonnement à l'arsenic. Lors du conflit russo-japonnais de 1898, Reilly se trouve au bon endroit au bon moment (en Mandchourie), vend des armes aux Russes, mais tisse des liens avec les deux belligérants. Pour le War Office, on le charge alors de convaincre un prospecteur de pétrole de favoriser l'Anglo-Persian Oil Company, et non la famille Rothschild pour faire naître un géant pétrolier. Sa mission est si couronnée de succès qu'il s'invente une nouvelle vie, devient Sidney Reilly, et gagne en confiance. Il fait fortune pendant le Première Grande Guerre en vendant des armes aux États-Unis, aux Russes et aux Japonnais.  Il est choisi pour mettre fin au régime de Lenine, mais au contraire, choisit de le rencontrer pour peut-être s'y associer. Lenine refuse de le recevoir. Reilly est outré. Lénine et Trotsky doivent se rendre au théâtre Bolchoï. Son plan pour les kidnapper/abattre/tout ça est éventé, il doit fuir. Il revient à Londres, offre beaucoup d'informations sur les Russes, l'armée rouge et l'armée contre-révolutionnaire des Blancs. Antibolchévique, il s'associe à un prétendu groupe de révolutionnaire anti-bolchévique, mais c'est un piège. Staline a ordonné la purge des ennemis du régime hors Russie. Reilly tombe dans le panneau et est exécuté en voulant les approcher. Il n'aura pas baisé que des centaines de femmes...

Harold "Kim" Philby (1912-1988)

Oleg Gordievsky (1938-     )
Étudiant de la Moscow State Institute of International Relations, qui n'est qu'un autre nom pour École d'espionnage,  il est posté à Berlin-Est en 1961, pendant que le mur se construit. Il joint le KGB deux ans plus tard et est envoyé à Copenhague au Danemark, à l'ambassade Soviétique. Après le printemps de Prague, Gordievsky est dégoûté par le KGB et le fait savoir au MI6. Il collabore avec eux et s'arrange même pour y être assigné à l'ambassade Soviétique à partir de 1982, au Royaume-Uni. Grillé par un agent de la CIA, il est rappelé à Moscou, drogué, torturé et interrogé sur ses trahisons. Il n'avoue rien. Se dit innocent. On le laisse libre, mais surveillé en tout temps, et interdit de voyage hors de Russie. Oleg réussit à envoyer un message codé au MI6, qui avait un plan d'évasion tout prêt depuis longtemps pour une telle situation. En faisant son jogging du matin habituel, Oleg échappe à ses surveillants du KGB, et s'agrippe à un train sur le trajet du jogging. Ce train l'amène jusqu'à la frontière finlandaise où l'attendent les gens de l'ambassade britannique qui l'amèneront d'abord en Norvège, puis en Angleterrre. Où il vit toujours même si condamné à mort en Russie, in abstentia.

Ursula Kuczynski (1907-2000)
À 17 ans, l'Allemande intègre la ligue des jeunes communistes d'Allemagne. La famille Kuczynski est forcée de s'expatrier quand le papa prend la tête d'un mouvement demandant l'expropriation sans compensations des ex-princes et ex-rois allemands en s'attirant une grande animosité. On ira aux États-Unis, puis en Angleterre. Extrêmement littéraire, Ursula travaille d'abord dans une libraire de New York, puis retourne en Allemagne, épouser un ami d'enfance. Elle travaille à la Marxist Worker's Library. Son mari est architecte et le couple est relocalisé en Chine où l'architecture prospère. Là-bas, elle y fait la rencontre de Richard Sorge. Il introduit le couple au GRU, forces auxquelles il fait partie. Ursula y apprend la maîtrise des messages radios codés, la langue russe, Elle apprend comment monter des systèmes de communication radio, le morse et l'espionnage en général. Elle devient Sonja. Elle espionne les militaires japonnais qui occupe la Mandchourie pour la Chine et pour les Russes qui la font colonel, même si elle n'en portera jamais l'uniforme. Fin des années 30, elle est envoyée en Suisse où son mariage s'éteint dans la naissance de la Seconde Guerre Mondiale. Elle y fait de la radio, forme des espions à son tour et fait infiltrer des allemands chez les Nazis. Remariée en Angleterre, avec un autre agent du GRU, Elle y fera de la technique radio, mais aussi de la coordination avec les États-Unis pendant la Seconde Grande Guerre. Elle sera courriériste dans le réseau de Klaus Fuchs (voir plus haut) et réussira à fuir vers Berlin-Est quand tout le monde se fait griller. Son amitié avec Melita Norwood (voir aussi plus haut) que beaucoup plus tard, mais elle survient aussi à cette époque. Entre 1958 et 1988 elle écrit des histoires pour enfants, ce qui la rend totalement non suspecte, sous le nom de Ruth Werner.  Elle quitte le Gru pour se joindre au SED. On la qualifiera de meilleur espion de Staline parce que jamais soupçonnée de quoi que ce soit alors que tout ceux avec lesquels elle a travaillé, incluant son mari, se sont fait coincer. On dira d'elle que si ils avaient pu avoir 5 Sonja pendant la Seconde Grande Guerre, celle-ci se serait terminée bien avant.

Dangereusement, vôtre.

jeudi 23 mars 2017

Tricky Dicky/Twit Trump

Les années passent, les visages changent, les histoires restent les mêmes dans le bureau ovale de Washington.

Les histoires d'accusation de mises sur écoute d'un gouvernement précédent (inventées) de Trump font tout de suite penser à celles (tout aussi inventées) de Richard Nixon en 1973 contre le gouverment de Lyndon B. Johnson, accusations qui avaient été lancées afin de détourner l'attention du Watergate qui ternissaient alors son propre gouvernement.

Déja vu.

Trump et Nixon sont toutefois deux politiciens extrêmement différents. Nixon comprenait le gouvernement avant d'y accéder, il était même expert en relations et en politique étrangère. Trump découvre le gouvernement en néophyte. Nixon était issu d'un milieu défavorisé et a dû se battre et travailler extraordinairement fort pour atteindre ses objectifs. Trump a eu le luxe toute sa vie et les privilèges de l'enfant de la balle.

Là où Nixon et Trump se rejoignent toutefois, c'est dans le trait commun de la peur absolue de perdre. En 1962, quand Nixon perd la course pour devenir gouverneur de la Californie, il faisait la conférence de presse la plus amer (alors) envers les journalistes en leur disant qu'ils n'auraient plus dans les jambes ce bon vieux Nixon à tabasser, puisqu'il faisait sa toute dernière conférence de presse. Ce qui ne sera, bien entendu, pas vrai. Ce n'était que l'émotion qui purlutait hors de ses oreilles, de ses narines et de sa bouche.

Des études sérieuses, issues du département de psychologie de Princeton, ont démontré que la peur de perdre était, chez certains, jusqu'à 3 fois plus grande que le plaisir de gagner. Donc chez ces gens, quand la crainte de perdre se pointe, ils sont nettement plus disposés à commettre des gestes irrationnels, comme cacher des erreurs, inventer des choses ou tout simplement commettre un crime, plutôt que d'admettre des raisons qui mèneraient à une défaite. Défaite: mot honni de leur cerveau. Rappelez vous, Trump ne pouvait pas perdre ces élections sans que le vote ne soit truqué.

Pour Nixon, la semaine du 8 janvier 1973 a de nombreux échos avec ce qui se passe aujourd'hui aux États-Unis.
Les arrestations sur les entrées par effractions du Watergate ont lieues en juin 1972. En janvier 1973, le procès se met en marche. Nixon a peur de qui pourrait dire quoi. Il sait qu'il a commandé tout ça. Le juge qui préside le procès, s'en doute aussi. L'étau se reserre. Nixon se convaincra un temps qu'il devrait accuser Lyndon B Johnson de l'avoir placé sur écoute en 1968, car celui-ci trouvait que Nixon court-circuitait sa coordination de la guerre du Vietnam avec ses bonnes relations internationales.
Mais Nixon a reculé. Il a eu peur que LBJ ne contre attaque et sortent des histoires sur Nixon plus graves. Et vraies. Car Nixon n'avait aucune preuve de ce qu'il avançait. Il surfait sur des fake news avant l'heure. On connait la suite. Même l'arrêt de l'intervention des États-Unis aux Vietnam n'a pas détourné ce qui précipitera sa chute. 10 mois et demi plus tard, il admet qu'il est un escroc, en prétextant le contraire.

Personne, mais alors personne n'a cru une seule seconde qu'Obama avait placé sous écoute l'administration Trump. On a déployé plein de gens pour enquêter sur la chose, tout le monde a confirmé que tout le monde travaillait sur du rien. Trump fabrique du rien.
Trump. au lieu d'admettre sa menterie, son erreur, en a rajouté en disant que si le FBI n'avait rien trouvé, c'était parce qu'Obama avait fait appel aux espions britanniques (ou allemands, selon son humeur baboune du moment) pour la chose.
(Je vous reparle d'espions demain)

Oh! et vous vous rappelez comment tout ça à commencé? Quand l'étau se resserrait autour de son administration et de ses liens rapprochés avec les Russes d'Ukraine, pro-Poutine.

L'olibrius Sean Spicer, qu'on envoie comme meneur du cirque Trump, dans la cage des lions, pour répondre aux questions des ennemis journalistes, a essayé de faire avaler des couleuvres en prétextant que Paul Manafort, un homme aux yeux absolument honnêtes, avouons-le, avait eu un rôle très limité dans la campagne de Trump et pour très peu de temps. Manafort était le président de la campagne...

Il a aussi travaillé longtemps avec l'ancien président pro-russe d'Ukraine. Donc pour Poutine.

L'équipe de Trump a bien des choses à cacher.

Déja vu, all over again.

mercredi 22 mars 2017

Snob de la Robe

La robe de chambre m'a toujours été grotesque. Vulgaire.

Je n'avais jamais réellement tenté de raisonner la chose.
Ça allait de soi.
La robe de chambre ne serait jamais une chose pour moi.
Comme le golf ou la femme de ménage.
Pas dans la construction de mon être ni dans ma compréhension martienne de la vie sur terre.

Récemment, nous avons passé un bout de temps au condo dans le Nord. Au condotel que nous habitons parfois, il y a plusieurs spas publics. Et tous les condos ont des robes de chambres offertes par l'endroit. Pour ne pas avoir à se promener dans les corridors en maillots, en bedaine, etc. Je ne porte jamais ces robes de chambres. Je porte toujours un gilet. Pas que les robes soient laides, elles sont blanches et sobres, Mais tel que dit plus haut, il va de soi que je ne PEUX pas porter une robe de chambre. C'est un dogme encré en moi depuis les années 70-80. Et avec des amis, quand tout le monde a porté la robe sauf moi, quand on m'a posé la question pourquoi, j'ai répondu que je ne portais pas la robe de chambre car tout le monde avait la même, et qu'une fois dans les spas, il était facile, et fréquent, de confondre sa robe avec celle d'un(e) autre, et comme on y met nos cartes de chambres, la confusion est épuisante par la suite quand on ne peut plus entrer dans nos chambres, puisque sans cartes. Il faut retourner au comptoir d'accueil, faire la file, et gna gna gna...De plus, nous sommes propriétaires, donc nos cartes privilèges propriétaires, entre les mains d'invités, ben ça peut aussi devenir un chèque en blanc pour acheter plein de choses sur place, sur le compte de notre chambre. Pas cher pour eux, cher pour nous.
C'est une raison valable, mais facile à éviter si on place nos choses sur nos sandales, ou avec notre serviette/téléphone, à vue.

La vraie raison pesante était irrationnellement que je ne pouvais quand même pas porter une robe de chambre, c'est beaucoup trop ridicule.
Mais pourquoi? Depuis quand?

J'ai donc replongé mentalement dans ma compréhension de la robe de chambre depuis 1972. Mon père en avait une brune. Que je ne l'ai jamais vu porter. C'était dans le garde-robe de linge inutilisé, et quand on niaisait avec mes soeurs, en se déguisant dans leur linge inutilisé, la robe de chambre était toujours pour incarner un personnage niais et louche. Louche parce que quand un pervers avait choisi de montrer son pénis à mes soeurs à l'arrêt d'autobus, lui aussi, portait une robe de chambre. Dans les années 70, toujours.

Dans les années 80, la télé nous as montré un certain multimilliardaire, Hugh Hefner, qui avait choisi de faire de sa principale tenue quotidienne, la robe de chambre en tout temps. Associant une certaine vulgarité (inconsciente) à la tenue dans ma jeune tête.

Avec le temps, la robe de chambre, mon oeil l'a croisée surtout chez les personnes âgées, ou les gens qui se faisaient masser ou faire faire des soins du corps. Les femmes surtout, et probablement que là aussi, mon inconscient a prêté le vêtement principalement aux femmes et aux gens âgés.
À tous, sauf à moi.

Rien qu'en vous écrivant ceci, deux images me viennent à l'esprit: John Malkovich dans Burn After Reading qui passe du chic et respectable en début de film, à la robe de chambre en fin de film lorsque dans la déchéance mentale, quand il est au plus bas, au niveau social et moral. Puis, Larry David dans Whatever Works,(vieux) personnage détestable de bout en bout du film. Et qui porte fièrement la robe de chambre quand vient le temps de le faire paraître sous son jour le moins favorable face à sa nouvelle belle-mère.

Je dirais que la robe de chambre a pour moi surtout définitivement un effet de "vieux".
Un effet un peu grotesque. Un vêtement qui jette une lumière ridicule sur ma personne.
Et pourtant, je ne trouve pas les autres si ridicules dans le même kit.
Mais moi, c'est comme le kilt, je ne porterais pas. Pas si j'ai d'autres options.

**************************
Entre amis, on se réunit quelques fois pour jammer, pour le plaisir. Rebecca (Becky) Cooper joue du piano (au besoin) ou/et chante (parfois) je gratte la guitare et chante (parfois) et G. Tubudulêhière, le copain de Becky, a une batterie. Jorge, un autre ami, joue de la base.

Habituellement on jamme chez le couple Cooper/Tubudulêhière car, traîner un piano et un drum. c'est peu commode. Mais lundi, on jammait chez Jorge. G. avait amené un minimum de son kit de drum et Becky un petit clavier portatif. Moi, ma guit.

19 mars! Jorge réalisait que nous étions le 20 mars! Il n'avait pas consommé sa dose de lait habituelle. Il lui restait trois pintes et demies de lait, meilleures avant le 19 mars!. Lourd consommateur et adorateur de produits laitiers, je n'ai pas été dur à convaincre de boire une pinte à moi tout seul. G. Tubudulêhière manque toujours de calcium. Il ne s'est pas fait prier pour en boire une, aussi tout seul. Becky a accepté de boire la demie pinte, mais ça a été un gros effort. Jorge a bu la dernière pinte au complet aussi. Mais beaucoup beaucoup de lait, n'a pas le même effet sur tous.

Jorge a eu de sérieuses difficultés gastriques et de digestion. Bien assez vite, son petit appartement est devenu putréfactoire. On jammait dans un parfum cauchemardesque avec forte insistance sur les trois dernières syllabes du mot cauchemardesque.

Après plusieurs morceaux, Jorge a eu besoin de se rendre à la salle de bain pour y faire "plusieurs dépôts à la banque". Il y est resté très longtemps. On lui a fait toute les blagues juvéniles et fécales possibles au travers de la porte. Je laisserai à la salle de bain, ce qui doit rester à la salle de bain, mais disons que Jorge s'est senti le besoin de prendre une douche.

Et en est resorti, pour se présenter à nous en robe de chambre.

Rien pour m'aider à aimer la robe de chambre sur un homme.

Recollant définitivement, et peut-être à jamais, le mot ridicule à la robe de chambre dans ma tête.

La robe de chambre me sera toujours ridicule et grotesque.

D'ailleurs en anglais, on dit dressing gown.
Ce qui reste à une lettre de dressing down.
Je conclus donc que je suis snob de la robe de chambre.