jeudi 20 juillet 2017

Québec 150 Chansons de Mon Pays

Madame La Bolduc (1894-1941).

Ovila Légaré (1901-1978).

Alfred Montmarquette (1871-1944)

Eugene Daigneault (1895-1960)

Isidore Soucy (1899-1963)

Charles Marchand (1890-1930)

Emma Albani (1847-1930)

Hector Pellerin (1887-1953)

Paul Dufault (1897-1930)

Alexandre Desmarteaux (1884-1925)

Le soldat Roland Lebrun (1919-      )

Oscar Thiffault (1912-1998)

Le Quatuor Alouette (1930-1965)

Lionel Daunais (1901-1982)

Albert Viau (1910-2001)

George Beauchemin (1891-1957)

Alys Roby (1923-2011)

Le Trio Lyrique (1932-1984)

Yoland Guérard (1923-1987)

Pierrette Alarie (1921-2011)

Muriel Millard (1922-2014)

Fernand Robidoux (1920-1998)

Jacques Blanchet (1931-1981)

Raymond Lévesque (1928-     )

Felix Leclerc (1914-1988)

Lucille Starr (1938-     )

Monique Leyrac (1928-    )

Fernand Gignac (1934-2006)

Clémence Desrochers (1933-     )

Gilles Vigneault (1928-     )

Pauline Julien (1928-     )

Aglaë (1933-1984)

Claude Léveillée (1932-2011)

André Gagnon (1942-     )

Hervé Brousseau (1937-2017)

Jean-Pierre Ferland (1934-     )

Pierre Calvé (1939-     )

Claude Gauthier (1939-     )

Pierre Létourneau (1938-     )

Georges Dor (1931-2001)

Diane Dufresne (1944-     )

Claude Dubois (1947-     )

Robert Charlesbois (1944-     )

Christine Charbonneau (1943-2014)

Marcel Martel (1925-1999)

Willie Lamothe (1920-1992)

Paul Brunelle (1923-1994)

Tex Lecor (1933-     )

Michel Louvain (1937-     )

Les Jérolas (1955-1974)

Ginette Reno (1946-     )

Jean Lapointe (1935-     )

Michèle Richard (1946-     )

Renée Martel (1947-     )

Jenny Rock (1946-    )

Donald Lautrec (1940-     )

Pierre Lalonde( 1941-2016)

Les Sinners/La Révolution Française ( 1965-1976)

Offenbach (1972-1985)

Gerry Boulet (1946- 1990)

Les Bel Cantos (1962-1971)

Gilles Valiquette (1952-     )

Renée Claude (1939-     )

Louise Forestier (1942-     )

Beau Dommage (1972-1996)

Les Séguins (1973- 1976)

Richard Séguin (1952-     )

Harmonium (1972-1978)

Plume Latraverse (1946-     )

Stephen Faulkner (1954-    )

Le Ville-Émard Blues Band (1972-1975)

Aut'Chose (1974-1976)

Lucien Francoeur (1948-      )

Jim & Bertrand (1972-1978)

Jim Corcoran (1949-     )

Fabienne Thibeault (1952-     )

Le Rêve du Diable (1974-     )

Alain Lamontagne (1952-     )

La Bottine Souriante (1976-     )

Octobre (1971-1982)

Michel Pagliaro (1948-     )

Raôul Duguay (1939-     )

Paul Piché ( 1953-     )

Le Grand Cirque Ordinaire ( 1975-1979)

Gaston Mandeville (1956-1997)

Marie-Michèle Desrosiers (1950-     )

Michel Rivard (1951-     )

Pierre Bertrand (1948-     )

Martine St-Clair (1962-     )

Diane Tell (1959-     )

Marie-Denise Pelletier (1960-      )

Corbeau (1977-1983)

Marjo (1953-     )

Soupir (1983)

Daniel Lavoie n'est pas Québécois, mais l'auteur de son plus beau morceau, DeShaime, oui. (1984)

Luc De la Rochellière (1966-     )

Jean Leloup (1961-     )

Kashtin (1989-1994)

Richard Desjardins (1948-     )

Daniel Bélanger (1962-    )

Les Colocs (1990-2001)

Éric Lapointe (1969-     )

Kevin Parent (1972-     )

Noir Silence (1993-2008)

Lili Fatale (1998-2001)

Okoumé (1995-2002)

Jonathan Painchaud (1974-     )

Les Respectacles (1993-2010)

Les Cowboys Fringants (1997-     )

Mélanie Renaud (1982-     )

Les Trois Accords (1997-     )

Mes Aïeux (1996-     )

Ariane Moffatt (1979-     )

DobaCaracol (1998-2008)

Steffi Shock (1969-     )

Pierre Lapointe (1981-     )

Alfa Rococo (2004-     )

Alexandre Desilets (1975-     )

Malajube (2004-     )

Coeur de Pirate (1989-     )

Tricot Machine (2005-    )

Karim Ouellet (1984-     )

Bernard Adamus (1977-     )

Fred Pellerin (

Sally Folk (1982-     )

Avec Pas D'Casque (2004-     )

Les Soeurs Boulay (2012-     )

Oh...et j'en oublie tellement, mais tellement...

Merci Canada de nous faire fêter notre nation tous les jours.
Merci Universal de nier la francophonie au pays depuis... toujours?
6 disques pour fêter votre fête, VOTRE Fête parce que nous n'en serons pas.
Et moi, en partie Atikamekw, encore moins.

150 chansons, ZÉRO en français!

L'indifférence se tolère, mais le mépris. Je ne vous offrirai même pas le luxe de vous le renvoyer, Le Canada n'en vaut pas la peine. Je me contente de penser à 150 musiques et voix de chez nous. Notre VRAI chez nous: le Québec.

'zavaient déjà mis de côté les 80 000 millions d'autochtones qui était ici avant Christophe Colomb dans votre prétendu 350ème anniversaire. Sommes pas de la constitution anyway. Ni les autochtones, ni les Québécois.

What's the fuss?

C'est de bonne guerre.

Mais de guerre.


mercredi 19 juillet 2017

Beigne Fourré

C'est assez incroyable l'intensité avec laquelle je méprise Justin Trudeau.

Je sais, je ne suis pas la majorité, même que généralement je la garde à distance, mais ça s'explique aussi, ma planète est principalement artificielle, superficielle et influencée par des images davantage que par des contenus. Et Selfie Trudeau n'est qu'image, inutile de le répéter. Plusieurs groupes de pression lui rappelle ses promesses non tenues qui faisaient de la bonne presse nationale et internationale en campagne électorale, mais qui ne sont que du vent en ce moment.

Quelqu'un a cru à sa playlist cette semaine?

Spotify (Oooh oui, tellement cool la musique en streaming!) a rendue publique la playlist du fils de Pierre Elliot Trudeau. Un liste extrêmement calculée par Justin dans le seul but de paraître toujours plus cool.

Et siiiiiiiiiiiiiiiiiiiii canadien!

Deux bands et deux rappeurs de Toronto (Blue Rodeo, Cowboy Junkies & Drake et K-OS).
Un band de Newcastle (Chalk Circle).
Un band de Terre-Neuve (Great Big Sea)
Une chanteuse d'Edmonton chantant un demi-dieu de Toronto (K.D.Lang chantant Neil Young)
Un ado de Toronto (Shawn Mendes)
Une chanteuse de Winnipeg (Chantal Kreviazuk)
Le fils de Leonard Cohen
Un autochtone de Toronto (Robbie Robertson)
Un band et une chanteuse d'Halifax (Neon Dreams & Sarah MacLachlan)
Une autre chanteuse d'Edmonton (Ruth B.)
Un band de Kingston (The Tragically Hip)
Un frère et une soeur fermiers des prairies (The Reklaws)
Deux chanteuses Québécoises et un chanteur (Coeur de Pirate & Charlotte Cardin & Pierre Lapointe)
Un groupe indie folk de Calgary (Reuben & the Dark)
Un chanteur de Huntsville en Ontario (Hawksley Workman)
Une "chanteuse" de Brampton (Alessia Cara)
Un acadien d'origine établi longtemps aux États-Unis (puisqu'il y est né) mais qui a beaucoup fait carrière en français à Montréal. (Zachary Richard)
Un groupe pop de Colombie Britannique (Hedley)

Tout ce placement politique en seulement 39 chansons!

C'EST UNE PLAYLIST DÉGOULINANTE COMME UN BEIGNE FOURRÉ DE CHEZ TIM HORTON!

Dégoulinante de propagande canadienne, socio-cool.
Un fake.
De la sale gestion d'image.

J'en ai vomi sur mon téléphone.
Puis, j'ai revomi en découvrant le clip pour Romeo & Juliet de Dire Straits qui a affreusement vieilli*.

CE N'EST PAS LA PLAYLIST DE JUSTIN TRUDEAU!
C'est du fucking marketing! Du Branding! du Pudding!

Tout le Canada y est représenté!
Ils nous prennent encore pour de parfaits imbéciles!

Et comme si ce n'était pas assez, dans la même semaine, on nous annonce que Julie Payette, la brillante astronaute, sera notre nouvelle Gouverneure Générale en remplacement de David Johnston qui quittera ses fonctions prochainement.

Nouvelle mélasse alors que les éloges ruissellent autour de madame Payette, oui une femme tout à fait brillante mais qui sera quoi? Représentante de qui? LA REINE!!

Un salaire À VIE de 290 000$ par année payé par nos taxes.

POUR REPRÉSENTER LA REINE!!!!!!!!!!!! LE RIEN! (remarquez, presque toute les mêmes lettres)

Symbole vivant que nous serions tous des sujets de la reine en 2017.

Demandez à la grande majorité (cette-fois, je la rejoins) si il se pense redevable à la reine d'Angleterre, il éclatera de rire.

C'est un poste inutile et coûteux. Justin, comme son père, creuse le plus grand déficit en ce moment, mais ce serait le sujet d'une autre chronique colérique.

9 millions 280 000 d'investissement de nos taxes si Payette vit, disons, passé 80 ans. Sans compter tous les anciens gouverneurs généraux, payés à vie, eux aussi. Tout cet argent.

Julie serait assez conne de refuser le rôle avec autant d'argent versés dans ses poches pour rien.
Mais on est tous pas mal plus fabuleusement cons de soutenir son rôle.

*Une si bonne chanson associée maintenant à d'inconfortables mouvements de hanches pour toujours...


mardi 18 juillet 2017

La Rafle du Velodrome D'Hiver

1940.

Les premières rafle de Juifs en France commencent. Ils sont tous placés dans des camps d'internements français. C'est une commande des Nazis, c'est le régime de Vichy français qui dirige les opérations. Début juin 1942, une opération plus large est décidée. Les trois pays d'Europe, occupés par les Allemands (La France, Les Pays-Bas, la Belgique), devront déporter vers l'Est, 110 000 Juifs, valides pour le travail et devant avoir entre 16 et 50 ans. À l'origine, on prévoit l'arrestation des Juifs des trois pays le même jour, mais ça en se fera pas comme ça.

Le 16 juin 1942, le chef de police français promet de livrer aux Nazis 10 000 Juifs. Les policiers français, malgré quelques scrupules face à l'ennemi qui lui fait faire ces bassesses, exécute les ordres Nazis.

On vise d'abord les Juifs apatrides, c'est-à-dire des Juifs d'origine allemande, soviétique, autrichienne, polonaise et tchécoslovaque. 10 dérogations sont prévues.

-Les femmes enceintes dont l'accouchement est proche.
-Les femmes nourrissant leur bébé au sein
-Les femmes ayant un bébé de moins de 2 ans (donc nés après le 1er juillet 1940).
-Les femmes de prisonniers de guerre
-Les veufs ou veuves marié(e)s à un(e) non-Juif.
-Les Juifs ou Juives mariés à des non-Juifs ayant prouvé la non influence sur leur partenaire de vie.
-Les Juifs ou Juives détenteurs de la carte de l'Union Générale des Israélites de France.
-Les Juifs ou Juives marié(e)s à un(e) partenaire d'une nationalité non visée par ce qui est nommé plus haut.
-Les parents dont l'un des enfants n'est pas Juif.
-Les enfants de moins de 16 ans dont les parents bénéficient de la dérogation.

La coordination est immense. Les Nazis prévoient faire arrêter, en France seulement, 22 000 Juifs étrangers dans le grand Paris. Le 13 juillet, 27 427 Juifs habitant en France sont arrêtés. Craignant une réaction populaire négative le jour de la fête nationale française, rien n'est fait le lendemain.

4115 enfants, 5919 femmes, 3118 hommes, vieillards ou adultes, sont emmenés par autobus dans le camps de Drancy, au Nord-Est de Paris. Un autre groupe de Juifs, 8160 d'entre eux, dont plus de 4000 enfants, sont envoyés au vélodrome d'hiver qui avait déjà servi de prison provisoire en été 1940.

Les enfants ne comprennent pas tous ce qui se passe et trouvent même le moyen de s'en amuser.

Pendant 5 jours, les Juifs du vélodrome d'hiver devront survivre sans nourriture, avec un seul point d'eau, dans une chaleur étouffante, dans un bruit infernal et baignant dans une odeur répugnante. Ceux qui tentent de s'enfuir sont aussitôt assassiné et leur cadavre traîne et se décompose rapidement dans la chaleur. Une centaine de Juifs se suicident tout simplement. Les Juifs seront déportés dans des camps avant le voyage final vers des camps d'extermination nazis.

Pour cette rafle, tous seront déportés à Auschwitz.  Cette rafle, à elle seule, représente plus du quart des 42 000 Juifs envoyés de France à Auschwitz.

Moins de 100 adultes survivent à la rafle du vélodrome d'hiver.
Aucun des 4115 enfants déportés.

Les enfants Joseph Weismann, Annette Muller et son frère Michel réussiront à s'échapper vivants du vélodrome d'hiver.  

La rafle était soulignée le weekend dernier par Emmanuel Macron et Benyamin Nethanyahou, pour les 75 ans de cette journée ignoble. On en a profité pour rappeler les mains pleines de sang de la France dans tout ça.

lundi 17 juillet 2017

Blonde & Idiote Bassesse Inoubliable*******************Starfish de The Church

Chaque mois, vers le milieu, je vous offre mes impressions sur un album qui a marqué ma vie.

Les 4 mots du titre de la chronique sont issus de 4 albums que je connais par coeur et qui font parti de mon ADN.

Par ordre de création:
"Blonde on Blonde" de Bob Dylan
"The Idiot" d'Iggy Pop
"Low" de David Bowie
"The Unforgettable Fire" de U2

B.I.B.I. c'est moi. C'est aussi la terminaison du mot habibi qui veut dire "je t'aime" en dialecte irakien.

Musique, je t'aime. Tu es mon église.

En cette époque de religion en guerre (pléonasme), il me semblait pertinent de vous parler d'églises.

1988.

La formation d'Australie composée du chanteur Steve Kilbey (Base et chant), Peter Koppes (guitare et chant), Marty Wilson-Piper (guitare et chant) et de Richard Ploog (batterie) en est à son 5ème album. Leur compagnie ne sait pas comment les vendre. Ils les ont placés en première partie de Duran Duran en 1982, mais leur présence n'aura durée que 8 spectacles, étant lourdement affectés par la haine et le manque d'intérêt des jeunes fans de DD. Pour le 5ème album, le band s'est réuni afin de partager mieux les tâches. En effet, Kilbey contrôle à peu près tout et laisse peu de place aux créations des autres membres du groupe. Cette fois, le band ira à L.A. et on s'adjoindra les services des musiciens de session Waddy Watchel et Greg Ladanyi à la production et aux arrangements.

L'album sera leur apogée commerciale. Il est lancé 12 jours après l'anniversaire de mes 16 ans, âge doré d'un aura de bonheur absolu dans ma vie. Je découvrirai l'album de par leur premier single et par le vidéo pour le promouvoir, vidéos qui vivaient aussi alors, leurs meilleurs moments. Le titre de l'album est en hommage au surnom que donnait Kilbey à une ancienne amoureuse, la musicienne Donnette Thayer.

La même année, l'Australie dominerait le monde pop de partout.


STARFISH de The Church

La chanson qui ouvre l'album est parfaite. En intro, on souhaite toujours obtenir quelque chose qui fait atterrir un son, une couleur pour ce qui suivra. Les morceaux écrits à 4 sont toujours plus riches. Et sur ce premier morceau, chaque instrument est introduit avec importance. La première guitare, la base, la seconde, puis la batterie. Il y a un petit côté hantant au morceau qui ne me déplait pas du tout. J'achète la destination.

Incapable de jouer de la batterie sur le morceau suivant. Ploog cèdera sa place au batteur de session Russ Kunkel. Composé par Kilbey et sa blonde d'alors, Karin Jansson, guitariste du band Pink Champagne, (elle apparaît dans le video, chapeau et lunettes fumées,  tenant un cadre sans images), il s'agit du bijou de l'album. Un morceau qui survit aux époques et qui me bouleverse encore. Something quite peculiar...

La chanson suivante sera utilisée dans Miami Vice, série télévisée réputée pour insérer bien des morceaux de musique populaire, et même à faire jouer des artistes issus du milieu de la musique dans sa série. La guitare sur ce morceau me plait beaucoup.

Installés à L.A, où les 4 australiens sont aliénés par les codes des États-Unis qui ne ressemblent en rien à ce qu'ils ont connu à Sidney, Lost s'est imposée toute seule. Douce ballade toute en guitare, acoustique et électrique. Toujours jolie.

La chanson qui clôturait la Face A avait aussi été composée en vampirisant tout ce que les australiens découvraient de l'Amérique du Nord, des États-Unis et de L.A. en particulier. L'interaction entre les guitares de Koppes et Wilson-Piper est assez formidable sur ce morceau.

La chanson qui ouvre la face B est une composition de Marty Wilson-Piper. C'est d'ailleurs lui qui la chante. Je lui trouve une qualité juvénile adolescente assez lumineuse. Pleine d'étincelles.

La chanson suivante était l'une de mes 3 préférées (l'une d'elle étant Under the Milky Way). Le son de cette guitare est aussi somptueux à mes oreilles que le flot d'une rivière. Le refrain n'est pas à la hauteur de ce qu'elle promettait en ouverture, mais même les plus grands commettent cet impair.

Reptile a été le second single du groupe en Amérique. Autre morceau travaillé à quatre mains qui donnent la part belle aux 4 instruments.

Peter Koppes ne chante qu'une chanson sur cet album, mais c'est dans mes 3 préférées du band. La chanson me rend nostalgique. Je la trouve belle de toute part. Les guitares y sont magiques. Vers 1:24, j'en ai presque la larme à l'oeil. Les nouvelles saisons arrivent de partout. Et pas qu'aux 4 mois.Vers 2:27, la chanson est à son plus beau, avec cette guitare fluide et riche. Magnifique.

La chanson qui clôture l'album est une composition de Kilbey. Il y chante un mariage imaginaire. Le refrain me rappelle franchement mes 16 ans. L'amalgame de guitare vers la 3ème minute est assez intéressant.

Pour nostalgiques d'adolescence perdues, amateurs de rock alternatif, de rock psychédélique, de dream pop, de pop, d'expatriés à L.A., de romantisme souterrain, de guitares.