mercredi 10 février 2010

Parce qu'il le pouvait


"Why did you do it?"

"Because I could"

C'est ce que Nick Leeson a dit pour expliquer ses manipulations frauduleuses des chiffres qui ont mené à la ruine de la plus prestigieuse banque d'Angleterre (la Barings).

C'est aussi ce qu'a dit Bill Clinton quand il a justifié ses jeux de cigares avec Monica Lewinsky.

Ted Bundy a aussi dit la même chose.

Et là on change de niveau de crime.

Pour autant qu’il soit coupable, Russell Williams, était un homme performant, efficace, fiable de jour en docteur Jekyll et un pervers, monstrueux et parfaitement horrifiant de nuit en Mr Hyde. Un meurtrier en série qui tue avec le plus grand des mépris pour ses victimes se croyant bien plus important que ses victimes. Sa vie à LUI (ou ELLE) est bien plus précieuse que les leurs. Je peux parfaitement imaginer cet homme dissimuler ses perversions afin de préserver son statut et sa famille. Parce que SA vie est bien plus significative dans sa tête de toute façon. Alors donnez-lui le statut de Colonel et le monstre a d'autant plus de marge de manoeuvre. Cette ivresse du "pouvoir gradé" à dû le griser et le faire basculer facilement dans la folie meurtrière. Il devait déjà avoir des prédispositions pour ce type d'horreur.

Un homme malade vit dans sa tête avec ses propres règles. Et avec ses démons.

Au moins deux femmes ont été assassinées. On enquête sur une troisième. Deux autres auraient été agréssées sexuellement. Par d'heureuses circonstances elles ont été épargnées de la mort. Mais vivre une fois violée...c'est être déjà à moitié mort...
On remonte les différents endroits où à habité Williams afin de retracer de potentiels cas de meurtres non résolus. On est déjà certains de nombreux cas d'invasions de domicile de la part du Colonel.

On ne voit peut-être que la pointe de l'iceberg.

Imaginez dans quel état doit être sa femme maintenant...Elle doit tout d'abord se trouver nulle de n'avoir rien vu/senti/deviné plus tôt. Elle doit aussi se considérer chanceuse d'être vivante. Finalement elle doit bien se demander dans quel cauchemar est-elle plongée en ce moment. Sera-t-elle en mesure de faire confiance à un homme un jour? à qui que se soit?

Jessica Lloyd et Marie-France Comeau sont mortes entre les mains d'un dangereux prédateur. Un malade. Une merde. Le temps nous dira si cette merde est le colonel Williams mais tout semble pointer dans cette direction.

Quand je regarde cette photo de Jessica Lloyd je ne peux m'empêcher d'avoir la gorge nouée par la naiveté qui s'en dégage. On y lit bien "s'il vous plait reviens à la maison, tu nous manques à tous, cette chandelle restera allumée tant que tu ne seras pas de retour à la maison en toute sécurité". Ce texte laisse entendre que Lloyd aurait peut-être été en fugue selon ses proches. Qu'elle ferait du caprice.
Une grande fille de 27 ans...
majeure et vaccinée...

Il y avait de l'aveuglement volontaire dans ce texte à côté de la photo.

Le même type de blackout mental que le colonel Williams devait avoir dans sa tête avant de commettre l'irréparable.

Devinez qui menait les patrouilles de recherches de Jessica Lloyd? La Canadian Forces Base Trenton Search and Rescue Unit. Là où bosse Williams...Lui était occupé à aider (très efficacement apparement)Haiti d'ici. Mais c'est sa gang à lui qui cherchait et qui a trouvé sa victime.

Mais comment arrivait-il à dormir le colonel?

J'emprunte trois soirs par semaine le pont où les deux jeunes hommes disparus de Laval auraient peut-être plongé avec leur voiture dans la Rivière-Des-Prairies. C'est très dur de faire ce qu'ils auraient peut-être fait. Il fallait qu'ils soient drôlement saoûls pour plonger leur voiture à l'eau (Si c'est ça qui est effectivement arrivé). Hier j'ai lâchement pensé "peut-être que c'est une bonne chose au fond, si ils étaient saoûls au volant, qu'ils n'aient tué qu'eux-mêmes".
Cette pensée immorale m'a gardé éveillé une partie de la nuit. J'en ai cauchemardé. J'ai rêvé que je les noyais de mes mains en leur rappellant qu'ils avaient pris le volant pactés. Je revenais sur le pont et me félicitait d'être un bon citoyen (?). Mais la population Lavaloise en décidait autrement, condamnant mon geste et m'assoyait sur une chaise électrique pour me tuer à leur tour.

J'ai mal dormi pour une simple pensée immorale que je n'avais partagée avec personne. La même chose m'étais arrivée quand de chasseurs de phoque étaient morts noyés dans le mauvais remorquage d'un autre bateau. J'avais pensé "tant mieux pour les phoques". J'avais très mal dormi. Avec des rêves du même ordre.

Je n'avais rien fait de mal sinon d'avoir eu des pensées plus ou moins intelligentes à l'égard des morts.

Alors lui...si il a vraiment fait ce qu'on l'accuse d'avoir fait...comment faisait-il pour dormir? Quel type de démons peuplent cette tête qu'il posait sur son oreiller chaque nuit?

C'est un soldat.
Formé à tuer.

Et à trainer ses morts dans sa tête.

Mais tuer sous sa propre tente?
Pourquoi?

Parce qu'il le pouvait.

L'ivresse du pouvoir accouplé d'un esprit particulièrement tordu aura été une combinaison fatale pour au moins deux femmes.

Et une totale disgrâce pour tous ceux qui l'on placé en position de force.

1 commentaire:

Cybèle a dit…

"Cette pensée immorale m'a gardé éveillé une partie de la nuit. J'en ai cauchemardé. J'ai rêvé que je les noyais de mes mains...."

Je crois que votre sensibilité est légèrement au-dessus de la moyenne Jones.
C'est malheureux pour ces victimes, que ce soldat en ai été dépourvu.