vendredi 5 février 2010

Corridor Universitaire


Puisque c'était la troisième fois que je répétais mon nom à la jeune caissière d'origine Guadeloupienne j'avais décidé d'être de mauvaise foi.

"J comme dans Jaroslav,
O comme dans Poule,
N comme dans Onde,
E comme dans Terrible,
S comme dans Essaim"

Elle a peiné à noter tout ça, elle semblait préoccupée par un rythme de travail effréné. J'ai cru voir qu'elle avait noté YPOTE. Je lui ai donc proposé de lui montrer ma carte étudiante.

"Faites attention par exemple, la photo est stupéfiante"

Elle a souri de ses belles dents blanches puis les as aussitôt cachées de sa main quand elle a explosé de rire en voyant ma bouille sur ma carte.

"Je vous avais prévenu..."

"Nonon excusez-moi, c'était plus fort que moi, c'est bien vous ça?"

"Ouais ben...c'est ça...ouais"

"Désolé c'est la tuque qui..."

"Ce sont en fait mes cheveux..."

"PFFFFFFFFFFFFFFRWÂÂÂÂÂHAHAHAHA!" a-t-elle rugit en laissant tomber ma carte sur le comptoir. Je crois qu'elle a bavé un peu aussi. J'étais gêné je suis allé m'asseoir un peu plus loin attendant que l'on appelle mon nom pour payer mes frais de scolarité.

C'est là qu'une voix connue est venue transpercer la frénésie du couloir universitaire.

"H!"

C'était Emerson Lakenpal-Mheur, un ami d'enfance qui a lui aussi bossé sur la marché du travail avant d'être dégoûté de son univers et de retourner à l'école. Après avoir crevé de faim à essayer de gagner sa vie comme saxophoniste pendant 17 ans, il a choisi de se lancer en finances. Il m'appelle "H" je l'appelle "M". Dans les amitiés, comme partout ailleurs quand on vieillit, tout est raccourcit. En commençant par la vie elle-même mais aussi par la dénomination par laquelle on y est reconnu.

"Hey H! qu'es-ce que tu fais?"
"Je vieillis, toi?"
"Je me laisse pousser les cheveux"
"T'as tu des frais de scolarité à payer toi aussi?"
"Nonon je passais tout près, j'ai rendez-vous par là bas vers la café avec ma nouvelle blonde..."

Il faisait exprès, il me regardait avec une anticipation juvénile, l'hameçon gros comme un saucisson hongrois. Je faisais exprès aussi (mauvaise foi je vous dis) et je ne disais rien.

"Tu veux pas savoir c'est qui?" me demanda-t-il un peu déssoufflé de sa balloune.

"Si tu me dis Anne-Marie Losique je ne te parle plus, si tu me dis Jennifer Love Hewitt j'emménage chez vous"

"Elle s'appelle Tchew Toowin, elle est asiatique, c'est presque le nom de ta blonde!" m'-a-t-il dit comme si ça les rapprochait.

"Une étudiante?" ai-je demandé

"Oui elle est avec moi dans le cours Liens commerciaux avec l'étranger elle a 19 ans..."

"Semblerait que vous ayez compris le titre du cours...19 ANS!!!!!! T'AS TU DIS 19 ANS????"

"oui...pourquoi?"

"M...tu...tu avais 19 ans quand elle est née..."

"Et alors? j'ai le droit de l'aimer quand même..."

"Ouioui mais vous... vous êtes capables de vous parler, de vous comprendre? il n'y a pas un fossé générationel quelques fois?"

"On commence tout juste notre relation en fait, on ne discute pas autant qu'on baise, elle ne parle beaucoup le français de toute façon et mon anglais reste à améliorer"

"Ah...tu l'aimes jeune et pimpante, je comprends trè bien ce qui t'intéresse en elle mais elle,..."

"Il y a un documentaire sur l'écart d'âge entre les hommes et les femmes dans les couple qui va passer sur Canal Vie, tu l'écouteras t'auras peut-être moins de préjugés sur le sujet"

"Non ça va merci j'aime mes préjugés bien en santé là-dessus"

Je nous voyais déjà dans 30 ans avoir la même discussion.

"Hey c'est tu ta carte étudiante ça?... PFRRWÂAAAAHAHAHAHAHA
GAGGLETWARFTEUFTEUFTEUF!!" s'est-il égorgé avant de se mettre à tousser incontrôlablement. Il ne faut plus que je la sorte cette carte à des gens non-préparés.

Après avoir essuyé une larme il a reprit:
"Non mais qu'es-ce qui s'est passé? C'est quoi la matière de tes cheveux? et ta face toute rouge? t'étais saoûl?"

"Une heure après oui, pour oublier, mais pas quand est venu le temps de prendre la photo"

"C'est quoi tes cheveux? du foin?"

"C'est de la résine de synthèse, ce jour-là j'ai mis une perruque en résine de synthèse" ai-je dis légèrement agacé.

"T'as tellement l'air crapou man..."

"Bon ça suffit! T'as pas une enfant à aller t'occuper de, toi?"

"T'as raison! on se rappelle pour le Super Bowl je te la présenterai, salut!"

Et il a quitté.
C'est là que l'on m'a nommé... enfin... je me suis reconnu dans le nom torturé au micro.

"HUNTER YPOTE COMPTOIR 7"

M'y attendais une jeune fille tout sourire. À sa droite, comme cachée derrière l'épaule de la jeune fille du comptoir, le large sourire de la jeune Guadeloupienne qui me demande comme le ferait une fillette face à une blague dont elle connait le punch mais qu'elle rirait quand même.

"On peut revoir votre carte étudiante s.v.p., rire un bon coup dans des journées difficiles comme les nôtres nous fait tellement de bien?"

Là j'en ai vraiment eu assez.

"Oh attendez, je dois aller voir si il y a une vente de tabouret et de corde à la quincaillerie du coin" ai-je dis en tournant les talons.

Un étudiant aux allures bohèmes m'a suivi. Il avait l'air dopé.

"Tu vends du hash man?"
"Moi? non de quoi tu parles?" ai-je répondu
"Ben là tantôt ton chum...entéka...T'as du pot par exemple, right?"
"HEIN?"
"La fille au micro...aaaah ta yeule!"
Et il a disparu aussi vite qu'il était apparu

J'ai couru jusque chez moi, j'ai pris mon Pepsi coupé au whisky.

J'ai veilli.

3 commentaires:

Cybèle a dit…

Cela doit vous faire drôle Jones d'être parmi des enfants de 18 ans et plus. Moi voilà 25 ans j'ai fait un retour aux études, j'avais 31 ans. Parfois je ne me sentais pas à ma place avec tous ces jeunes et j'éprouvais une certaine gêne.

Quelque chose me chicote, pourquoi la perruque en résine?

Jones a dit…

C'est de l'ironie, mes cheveux sont si pitoyables sur la carte maudite que ça aurait pu être n'importe quelle matière synthétique.

La moyenne d'âge est en fait 38 ans dans mon département. Âge que j'ai rejoint il y a 24 heures. Il y a bien quelques "jeunesses" mais dans l'ensemble je suis pas mal dans le mille à la faculté d'éducation permanente.

En plus d'être dans le mille par rapport à ce que j'aime vraiment.

(nooooooooon pas les femmes et le sexe, ça aussi mais ce qui m'intéresse vraiment c'est aussi les langues...noooooooooon pas les langues placées comme vous vous l'imaginez, arrêtez je vais rougir!)

Cybèle a dit…

Non non! Moi je continus. Je suis certain lorsque vous rougissez, votre Douce vous trouve mignon. ;)