jeudi 14 janvier 2010

L'Île Maudite


Cette île a été le tout premier pays au monde à rendre effective l'abolition de l'esclavage.

Elle a enduré les espagnols, les anglais et les français. Elle a subi des despotes, des batailles pour la liberté et l'indépendance, de longues successions de coups d'État, un pouvoir qui ne cesse d'être contesté par des factions de l'armée, les élites mulâtre et noire, et la classe marchande, composée de grand nombre d'étrangers (Allemands, Américains, Français et Anglais), la pauvreté et un désordre constant.

Au début du XXe siècle, l'île était en état d'insurrection quasi-permanente.

Les États-Unis occupèrent l'île de 1915 à 1934.

De 1957 à 1986, les Duvalier régnent en dictateurs. Ils mettent en place le système de délation et d'escadrons de la mort dits Tonton Macoute. Débute une période d'exil. Majoritairement aux États-Unis et au Québec.

Les coups d'états se multiplient jusqu'à l'élection de Jean-Bertrand Aristide en 1990 aussitôt suivi 9 mois plus tard d'un autre coup d'état. Aristide doit fuir l'île maudite et y est ramené par Bill Clinton pour terminer son mandat 3 ans plus tard.

La corruption devient une seconde nature chez les gens au pouvoir.

En 2004 ce sont les forces de la nature qui s'y mettent. L'ouragan Jeanne est dévastateur. Après les 1220 décès recensés lors des pluies torrentielles du printemps, lors des inondations provoquées par la tempête Jeanne, on a évoqué le chiffre de plus de 2000 morts. A Gonaïves, dans le Nord-Ouest du pays, où les dégâts ont été les plus terribles, les inondations charrient des cadavres, des milliers de personnes ont perdu leur maison, se sont retrouvées sans nourriture ni eau potable. Toutes les conditions sont réunies pour que se propagent des épidémies comme le choléra et la typhoïde.

L'île devient est l'une des plus déshérités du monde. L'état de délabrement et le degré de misère qui y sévit, accentués par le désordre, la corruption et le chaos politique, ont précipité et amplifié la catastrophe. Après des décennies de pillage des ressources naturelles par les grandes puissances et de déforestation incontrôlée, le pays est exsangue et la majorité de la population est non seulement réduite à l'état de crève-la-faim mais vit aussi sous la terreur, livrée aux exactions de bandes armées rivales qui s'affrontent pour la conquête du pouvoir et au milieu d'une corruption généralisée. Dans ce contexte de chaos et de barbarie au quotidien, la tempête naturelle se transforme en catastrophe sociale.

Quatre ans plus tard, quatre cyclones ravagent le pays et causent d’énormes dégâts matériels aux infrastructures routières et au secteur agricole.


Pas un. Quatre!

Alors que l'île en est une de chaos perpétuel arrive ce tremblement de terre d'une force de 7.0 sur l'échelle de Richter suivi d'une trentaine de secousses.

Les morts se comptent par milliers et il règne sur place un silence funéraire. Des enfants, peut-être orphelins, assurément désorienté errent dans les rues.

Le choc est total et surnaturel.

À travers le monde alors imaginez sur place...

Ce Dieu qu'ils prient beaucoup par là-bas,
Peut-il leur donner un break?

2 commentaires:

Cybèle a dit…

Le summum de la stupidité.

http://mediamatters.org/mmtv/201001130024

Jones a dit…

Quelle ânerie! que l'on enferme ses dinosaures!