mardi 19 janvier 2010

Catherine à l'école


Catherine Yürdrimz est une très belle jeune femme.

Du type beauté fatale. La mâchoire un peu carrée, le regard las, la crinière cendrée, les traits fins, la silhouette parfaite. Elle est une actrice de Bergman dans un film de Mel Brooks.

Elle ressemble énormément à Bibi Andersson d'ailleurs.

Mais la reine exaspérée en avait hier plein son casque parmi la plèbe.

Son cours du lundi c'était son cours d'humilité. Un cours universitaire qui ne lui serait pas crédité, ou en fait qui le serait mais qui ne compterais pas dans le cadre de son certificat puisque hors programme. Un cours de rattrapage de français suite à son examen d'entrée qui lui avait donné une note suffisament pwuoche pour l'obliger à le suivre. Un cours devenu obligatoire mais qui la faisait chi...

Dans cette classe, Felicia Lyssôlit, une toutoune qui suivait ce cours simplement parce qu'elle voulait améliorer la qualité de son français ralentissait continuellement le cours en question avec ses interventions plus ou moins déplacées. "Non mais se pense-t-elle seule dans cette classe?" se demandait Catherine. Le simple fait de commencer quelques unes de ses interventions par de graves "Si j'aurais..." rendait l'atmosphère deux fois plus lourde. Pour sa part, Catherine était légèrement inquiète puisque hier on avait évoqué le gérontif et qu'elle n'avait jamais entendu ce mot de sa vie.

Si Catherine privilégiait la plume et le papier, sa voisine de bureau avait pour sa part son petit ordinateur Apple. Arrivée 30 minutes en retard au cours, elle logerait sur la page de Facebook tout en mangeant son riz (puant)et chatterais avec des amis pendant toute la durée du cours. Poussant même l'audace jusqu'à se magasiner un billet d'Air Canada pour un départ je ne sais trop quand. Catherine était suffisament déconcentrée pour lever sa main au mauvais moment ou être forcé de demander des explications à nouveau au professeur.

À la pause, elle nota que sa voisine était absente. Fausse joie, elle n'était qu'allée se rendre à la coop pour acheter les livres qu'elle n'avait pas acheté la semaine précédente. Elle est revenue s'installer à ses côtés, toujours 30 minutes une fois le cours recommencé, toujours sur sa page Facebook.

Quand le téléphone cellulaire de l'agressante voisine a sonné et qu'elle a répondu, Catherine a pêté sa coche.

Elle a pris le plat de riz réouvert sur son bureau ("A-t-on le droit de manger pendant trois heures de toute façon?") lui a vesé sur la tête. Profitant de la stupeur de la fille qui avait la bouche grande ouverte, elle fit glisser l'ensemble des ses mines 0.5 dans la gorge de la petite effrontée. Alors que sa voisine s'étouffait, Catherine a fait table rase afin de faire tomber tout ce qu'elle avait sur son bureau. Le petit ordi Apple aussi. Elle a alors entendu quelques applaudissement dans la classe.

En la regardant comme il faut, Catherine remarqua que l'élève qu'elle avait en grippe ressemblait beaucoup à la chef de mission des athlètes du Canada aux Olympiques de Vancouver, Nathalie Lambert. Comme elle aussi est sympathique comme un coup de genou dans le ventre, ça a inspiré Catherine qui a asséné un violent coup de genou dans le ventre de la petite pignouf. Cette dernière a roulé au sol toujours étoufée par 20/25 mines de plombs et aspergée de riz.

Catherine a tourné son regard vers la classe qui tenait à bout de bras la toutoune,
Felicia Lyssôlit, qu'ils ont expulsé hors de la classe en la propulsant dans le corridor. Catherine en a profité pour sortir à coup de pieds sa voisine qui se tortillait au sol. Le téléphone cellulaire maintenant dans la bouche.

Une fois chose faite elle s'est tourné vers la classe en délire et a fait une pose plastique tout en laissant sortir un grognement massif plutôt rare chez les belles femmes de son genre.

C'est là que Catherine a ouvert les yeux.
Et a vu sa voisine à ses côtés écrire sur Facebook
"cours plate ché pu koi fr après toi?"

Dommage que les fantasmes, les yeux clos, ne soient pas vrais une fois les yeux ouverts a pensé Catherine.

3 commentaires:

Cybèle a dit…

Je crois que Catherine n'était pas seul à avoir ces fantasmes, est-ce que je me trompe Jones? ;)

Pour son riz puant, il était sans doute au cari.

Cybèle a dit…

Pour le commentaire du haut, je présumais que tu avais commencé tes cours.

Jones a dit…

Vous visez juste Cybèle.