mercredi 5 février 2014

Travailler, Morte

Robyn Benson, une jeune femme de la Colombie Britannique, était enceinte de 22 semaines quand elle s'est plainte de violente migraines. Son époux, Dylan, a donc été chercher des aspirines à la pharmacie et le temps de revenir, Robyn, 32 ans, était tombée au sol, victime d'une hémorragie cérébrale.

Les amoureux, depuis leurs 16 ans, versaient alors dans le pire film d'horreur. Robyn a été envoyée d'urgence à l'hopîtal où on a confirmé que son cerveau était cliniquement mort. Son corps, toujours vivant, (bien que branché) mais son cerveau ne répondant plus de rien.

Dylan a alors choisi, avec l'accord des proches, de garder Robyn "branchée" afin que le corps continue de nourrir l'enfant. Et nous voilà à 27 semaines de grossesse pour la maman, morte, mais toujours enceinte et dont le corps "progresse" paradoxalement braindead.

À la fin février, la grossesse en sera à sa 34ème semaine et le garçon dans le ventre de la maman décédée sera extirpé du ventre d'une maman qu'il ne connaîtra jamais par voie de césarienne. On a le projet de la baptiser Iver Cohen Benson.

Les amis, le père éploré et son entourage ont démarré une campagne de financement en soutien à sa monoparentalité soudaine. On a atteint l'objectif de 36 000$ très rapidement dépassant le 50 000$ et l'argent continue de rentrer car la publicité sur cet étrange cas ne fait que commencer à poindre.

Étrange car imaginez l'étroite proximité entre deux émotions 100% contraires chez le père.

Le jour où naîtra le fils de Dylan & Robin, un jour que l'on sait, parents, extraordinaire, Robyn, s'éteint.

Tout dépendant de la manière dont réagira le corps de Robyn, le bébé a 80% de chances de réussites de survie. Des 12 cas de l'an dernier dans le monde en tout cas, les 12 ont survécu.

Bien qu'aux yeux de la loi canadienne, ni le feotus, ni la mère décédée ne possèdent de droits, tout le monde semble d'accord pour aller de l'avant avec ce projet.

Par simple humanité.

C'est ce qu'aurait voulu Robyn, selon Dylan et les gens qui les connaissent.
La connaissaient...
Il faut maintenant parler au passé de Robyn.
Avant même son futur.

Heureusement qu'ils n'habitent pas le Texas.

L'exact même scénario s'est dessiné entre Erick Munoz et sa femme Marlise.

Marlise, 33 ans, a été victime d'une embolie pulmonaire qui l'a rendue cérébralement morte le 26 novembre dernier. Marlise était enceinte de 14 semaines. Elle, avait confessé à son mari que si un jour elle était cérébralement morte, elle ne souhaiterait pas être gardée "branchée" pour allonger son existence. De plus, il y avait de fortes chances que le bébé soit né avec des difformités importantes. Erick, ainsi que la famille, avait donc décidé du contraire de ce que souhaitait Dylan & Robyn. Il voulait qu'elle soit "débranchée" et que le bébé décède du même coup. L'hôpital a d'abord refusé sous prétexte qu'une loi empêchait de soutirer les besoins vitaux d'une patiente enceinte.

Toutefois. lorsque l'histoire s'est transformée en poursuite contre l'hôpital en cours, les avocats d'Erick ont stipulé que cette loi ne pouvait s'appliquer sur une morte. Et les juges leur ont donné raison.

Le 26 janvier dernier, Le corps de Marlise a été débranché du respirateur artificiel. Et bébé-en-progression "Nicole" (bien qu'on eût jamais été 100% convaincu du sexe) s'est éteinte en même temps que maman. Marlise et Erick avaient déjà un fils.

Suite à ce cas, 12 États des États-Unis, dont le Texas ont réécrit leurs lois, favorisant maintenant l'obligation de garder branchée une femme enceinte, même morte.

Comme quoi les femmes sont d'éternelles travailleuses, même mortes.

2 commentaires:

Cybèle a dit…

«Comme quoi les femmes sont d'éternelles travailleuses, même mortes.«

Comme quoi les femmes ne possèdent pas leur corps et même morte elles se le font voler.

Jones a dit…

Conclusion encore plus éloquente que la mienne, merci Cybèle.