vendredi 30 décembre 2011

Mon année 2011 en 12 photos

2011 aura été pour moi une année...une année...

...une année.

365 jours. 365 publications.
Une année ferme mais ouverte. Ouverte sur celle qui s'en vient.
Une année qui, après un 2009 épouvantable et un 2010 au ralenti au niveau personnel me plaçait soudainement légèrement plus en forme.

Légèrement...car la forme c'est toujours modulaire.

Non, j'aurais beaucoup de difficultés à décrire mon année 2011. Il y a trop de choses qui se brassent en ce moment pour que je sois en mesure de juger du mouvement des eaux.

Je choisi donc de vous l'offrir en photo.
12.
Une par mois.
Sans ordre précis. Simplement pour la force que ces images évoquent. Puisque nous vivons dans un monde d'images et d'impressions, allons y avec ces images de 2011 qui me transporteront, je l'espère, à bon port à pareille date en 2012.

Les deux photos déjà placées sont tirées respectivement des mouvements Occupy California et Occupy Seattle. 2011, comme les années à venir j'imagine, a été une année de rapports de force. Entre les gens de la rue et les gens au pouvoir. Personnellement, on me dit bon négociateur car je finis toujours par obtenir gain de cause dans les batailles que je livre. Je me suis battu pendant plus deux mois avec la compagnie de téléphone Bell, j'ai gagné ma cause. Même la nouvelle compagnie avec laquelle j'atterissais me faisait des misères. Je me suis chicané avec l'une de mes profs dont la correction était extrèmement douteuse. Nous avons changé notre porte de garage, ils ont cochonné le travail, ils sont venus la réparer mais au prix de solides négociations. À toutes les fois, je m'en suis sorti avantagé. On a salué ma combativité face aux potentielles injustices mais la bataille en soi, la lutte afin d'y arriver, m'anéanti complètement. L'angoisse de vaincre m'exténue. Et je vaincs.
Mais bon, ça use.
Ces deux photos me rappellent que résister est encore important. Et à tout âge.
Malgré "la poudre aux yeux".
Cette troisième photo tirée du mouvement Occupy Portland me dit que même en n'en prenant plein la gueule, la résistance peut rester fière et debout.

Les batailles mènent souvent à la guerre. Les photos qui vont suivre sont des traces de guerre. La première c'est celle d'un père qui a perdu son fils dans les attentats du 11 septembre lors des cérémonies entourant les 10 ans du terrible attentat. Dans cette photo il y a le poids immense du deuil d'un homme brisé qui a perdu son fils dans des circonstances totalement absurdes. Qui pouvait s'attendre à reçevoir un avion en pleine gueule un mardi matin de septembre? Et pourtant, encore aujourd'hui,  il est largement répandu aux États-Unis de croire que ces deux avions dans les tours du World Trade Center posaient un geste gratuit. C'est oublier les graines que l'attitude Étatsuniennes sèment aux quatres vents du monde. S'attaquer à des innocents, les États-Unis n'ont jamais fait ça? Le 11 septembre 2001 c'était du désespoir en deux drônes.
Au Canada, Obama a été tout sauf l'ami du Canada cette année. C'est vrai que Stephen Harper est un homme tout ce qu'il y a de plus détestable qui fait un tort irréparable à notre pays (pour 41 mois encore). D'ailleurs la photo ici présente est l'image qu'il représente pour moi depuis cette année. Il y a de quoi être gêné. Et avec tout le temps qu'il lui reste à la barre de son bolide de Nascar, on a pas fini de s'en plaindre. La montée du redneckisme au Québec se fait d'ailleurs sentir. La prétendue prise du pouvoir du "vrai" monde. Vous savez ce qu'il y a de vrai dans tout ça? la bêtise. Comme la guerre, qui sera toujours une bêtise de premier ordre. Mais qui sera toujours là, malheureusement. Alors que le Canada a la chance d'être épargné dans les conflits mondiaux, Harper lui, "fait sauter" nos soldats dans la pataugeoire guerrière.
La photo suivante en est une qui me parle beaucoup alors qu'une bête semble chagrinée de voir son maitre tué par la guerre aux États-Unis. Quelques fois les bêtes semblent plus avisées que certains hommes.
La prochaine image d'inspiration guerrière: les plus hauts dirigeants des États-Unis réunis devant un écran à l'heure zéro de l'opération de mise à mort de leur ancien allié Oussama Ben Laden. Il y a de ces associations que l'on souhaiterait jamais n'avoir faites. Ben Laden était l'une de ses alliances mal avisées qui a fait se retourner le valet contre son maître. Dans cette scène on peut lire sur les visages de chacun des maîtres une appréhension croisée de satisfaction ahurie.

Pont entre la guerre et le sujet suivant, je parlerai maintenant de la femme. Elle y a encore goûté cette année. DSK qui a prouvé par mille que les femmes ne lui était qu'accessoires. La France a même choisi Anne Sinclair, la cocue la plus notoire, comme la personnalité féminine de l'année!!! c'est dire. L'Égypte qui, avec sérénité, a placé au pouvoir des islamistes pur et durs qui ligoteront, baillonneront et saucissonneront toutes les femmes sur leur sol. L'Italie de Berlusconni a aussi été une disgrâce pour les femmes en général. C'est fou ce que le monde a encore besoin de faire de très gros efforts qui semblent si naturels par ici afin de traiter la femme comme son égal. Ce qu'elle est à presque tous les niveaux. La première photo est un fantasme. Une femme voilée armée? C'était lors des raids en Lybie dans la chasse au Khadafi. Mais il me plait de croire que peut-être un jour, les femmes arabes auront suffisament de cran pour renverser les pouvoir abusifs de certains hommes dans le monde arabe.

Mais l'ouverture que je souhaites aux arabes face à l'autre sexe je la souhaite aussi chez nous pour le troisième sexe. Celui qui effraie tant les conservateurs de chez nous et de nos voisins du sud. Ces hommes qui désirent des hommes et ces femmes qui désirent des femmes. Phyllis Siegel, 77 ans, et Connie Kopelov, 84 ans, ont attendu 23 ans avant que leur union ne soit reconnue par les liens contractuels du mariage. Elles ont eu le droit de se marier et sont devenues les premières à le faire en juin dernier à New York quand il fût déclaré légal pour les couples de même sexe d'être reconnu marié. Venez me dire qu'il n'y a pas d'amour sur ses deux visages? Dieu (celui que vous préférez) seul sait à quel point cette planète a besoin d'amour. L'État de New York est devenu le sixième état, mais le plus peuplé, a accorder ce privilège aux couples de même sexe.

Vous aurez 13 photos finalement. Parce que la première que je voulais mettre était celle-ci. Qui nous montre les larmes norvégiènnes après le massacre de ce fou qu'on a beaucoup trop vu à la télé. J'aimais cette photo car elle nous montrait les bonnes personnes, celles qui restent et qui sont peinés. Les braves qui auront à affronter l'absurdité qui leur a été plaqué dans la mémoire. Pas ce fier imbécile qui a connu son heure de gloire dans sa folie éxutoire et qui mérite de rester à l'ombre à jamais. Toutefois, je trouvais que mes photos devenaient teintées de pessimisme et mon année n'a pas été aussi morose qu'elle semble l'avoir été. Je vous offre donc une visage à la place. Un visage féminin. Un visage sain. C'est celui de la skieuse Olympique Resi Stiegler. Je ne la connaissais en rien. Elle joue du violon, elle surfe, elle passait ses étés, enfant, en Autriche dont elle est originaire. Elle fait du ski sous les couleurs des États-Unis maintenant. Elle est radieuse. Même en noir et blanc elle irradie. C'est une lumière. Elle a un visage extrèmement sain. En opposition à la photo originale que je voulais mettre, cette photo est tout ce qu'il y a de plus sain. J'utilise en ce moment l'adjectif  "sain" à outrance.

C'est que je me souhaite, je vous souhaite, je souhaite un monde sain en 2011.

Un monde aussi ravissant que ce visage d'hiver peut plaire.

Un monde lumineux comme ce regard adorable qui transformerait n'importe lequel aggressif en agréable chat.

Puisque l'année passée a eu aussi ses passages malsains, une photo d'Amy. Dont la mort peut aussi agir comme un avertissement contre les excès. En une photo toute la carrière d'Amy Winehouse s'y trouve de notre point de vue. Manquerait peut-être juste un micro ou une référence à la musique. L'alcool, de toutes sortes, les cigarettes, une image. Que retiendrons nous de cette comète dans notre sphère culturelle? Que les excès accellèrent quelques fois les destins. Amy Winehouse avait le nom de famille de l'emploi. "la maison du vin". On a trouvé les qualités divinatoires inspirées du vin dans son art.  Il y avait déjà Bacchus comme Dieu des vins. Peut-être Qu'Amy en était la déèsse? Et comme toute bonne déèsse, elle s'est dissipée dans le mythe.

Finalement, (Je sais je sais ça s'éternise mais avouez que je vous offre une porte de sortie alors que vous êtes les seuls à travailler entre Noël et le jour de l'an, non?) ma dernière image est probablement la plus importante. Quelque chose qui tend à disparaitre: le droit à l'intimité. 2011 a confirmé mon aversion pour Twitter et Facebook. Le premier plus que l'autre. A-t-on réèllement besoin de faire circuler les choses aussi vite? au nom de quoi? de la saine concurrence? une concurrence est-elle saine de toute façon? Je suis assurément biaisé mais je ne semble retenir que les fois où les gens se sont compromis sur Twitter et que leurs 140 caractères se sont retournés contre eux. Sa mauvaise utilisation quoi. Ce jeune journaliste de Trois-Rivières qui a tenu des propos orduriers sur Coeur de Pirate et qui en a perdu son emploi, cette enseignante qui a été surprise par ses élèves un verre à la main et qui a subi le même sort, cette jeune fille des États-Unis qui a reçu une demie-tonne de couacs enragés quand elle a publié une photo d'elle-même avec une sosie d'Amy Winehouse le jour de sa mort, ce politicien des États-Unis qui a du quitter son poste en publiant la photo de sa saucisse en érection à des jeunes filles, Karine Vanasse en plein essor de carrière aux États-Unis qui annonce la mort de la série dans laquelle elle brille et qui doit se rétracter quand ABC s'en offusque. OUI, Twitter a ses bons côtés. Certaines personnes ont de nouveaux amoureux, de nouveaux emplois, ont un meilleur entourage grâce à Twitter mais les downsides sont telllllllllllllllllement plus nombreux. A-t-on toujours envie de voir des gens regarder par notre fenêtre? des inconnus? Même avant Faceter et Twitbook, je n'appelais pas 147 de mes amis, ni le fan club de Nick Cave pour dire que j'avais un nouvel emploi. Je suis surement périmé et pisse-vinaigre mais je tarde toujours de voir "la caravane du progrès qui passerait". Je vois plutôt une société de senteux anonymes en pleine croissance.

Grâce à ces réseaux dits "sociaux", nous contrôlons comme jamais ce que les autres perçoivent de nous. Auparavant, nous avions l'honneur, la dignité, le respect, le dur labeur et l'intégrité pour déployer notre être. Ça se méritait dans nos actions pas dans nos machines à pitons.

Allez je m'arrête ici. De tout façon j'ai encore triché. Je vous ai laissé une quatorzième image. Une image qui m'invite ailleurs. Une image de séduction. La vie manque de séduction. 2012 a donc besoin d'être séduisant

Soyez sages.
(Surtout pas!)
Soyez sains.

2 commentaires:

Cybèle a dit…

Merci Monsieur Jones.

Merci pour ces 365 billets.

Merci pour toute cette musique, merci pour toutes ces émotions, ces informations sur des êtres fabuleux, merci pour ces états d'âmes que vous m'avez procuré tout au long de l'année .

Je vous souhaite une année 2012 à la mesure de vos espérances.

Jones a dit…

Merci des bons mots, fidèle Cybèle.

Que 2012 réponde à tes attentes aussi:)