jeudi 2 septembre 2010

Premiers Rounds


Quand Jean Charest a demandé une commission d'enquête sur les allegations de l'avocat Marc Bellemarre il a en quelque sorte demandé un combat de boxe en direct.

Ils ont tenté de le puncher toute la semaine et on raté leur cible presqu'à toutes les fois.

Le témoin-devenu-participant a été inébranlable.

Dans les affrontements de boxe, outre le résultat de l'affrontement, on peut aussi y voir la progression sur 12/13/15 rounds.

Et ne retenir que ça.

Depuis le début de cette commission on découvre Marc Bellemarre. Un homme qu'il n'est pas difficile de détester au quotidien. Un homme qui a le mépris facile. Un homme probablement difficile à côtoyer. Un homme brouillon qui ne prend pas de notes et dont l'incompétence semble toujours sur le bord d'être exposée (et elle le sera). On découvre surtout une spectaculaire désorganisation dans le poste de ministre.

Depuis le début de cette commission on découvre aussi le premier ministre. Un homme mal renseigné au jugement douteux. Attention! le jugement de Bellemarre n'est pas nécessairement mieux, je dirais même qu'il est plutôt complexe. Croisé d'orgueil et de mauvaise foi.
Mais avant même que Jean Charest ne se pointe comme témoin nous voyons les squelettes d'un placard qui semble bien garni dans le parti.

Nous avons un ancien ministre qui se plaint du harcèlement des bailleurs de fonds et depuis le début de la semaine que voyons nous? une pléiade d'avocats, quatre, qui martèlent et répètent les mêmes inlassables questions, qui le harcèle quoi.
Après les Libéraux Fédéreaux qui ont souhaité trainer le journaliste Daniel Leblanc devant les tribunaux afin qu'il livre la source des confidences qui ont mené à la commission Gomery, on va finir par croire que le "bullying" est un trait de personalité des Rouges.

Les avocats de cette semaine ont fait perdre le temps de tout le monde mais surtout n'ont pas réussi à passer le K.O. au témoin Bellemarre. Mais alors là, pas du tout. Même qu'en devenant participant, Bellemare pourra à son tour décrocher les uppercuts.

Dans le parcours des Canadiens de Montréal l'an dernier, on a retenu une brillante performance les ayant mené au carré d'as de la Ligue Nationale de Hockey. On retiens aussi que les puissants Capitals de Washinton et les encore plus puissants Penguins de Pittsburgh ont merdé.

Dans le même sens, ce qu'on retiens de cette semaine à la commission Bastarache, c'est le brio d'un homme plus habile qu'on l'aurait cru, plus rusé, avec une honnêteté naive chez les ripoux.
On retiens aussi que ceux qui l'attaquent dans sa crédibilité sont assez pénibles, cheaps, et ont bien merdé cette semaine. Incapacité (à quatre!) à le faire plier.

Le public n'attendra pas les conclusions de ce cul de sac très coûteux je l'ai déjà dit cette semaine. Mais son cynisme envers la politique est maintenant validé.

Faut être pourri pour y survivre et si vous êtes trop honnête on vous attaquera publiquement.

C'est triste de voir l'opposition dans l'impossibilité de trop réagir car ils pataugent dans les mêmes eaux.

DU SANG NEUF!
(et pas cette niaiserie issue du 418)

Les deux premiers rounds à Bellemarre haut la main.
Et les rouges ont déjà les genoux mous.
Sinon ils ne paniqueraient pas en se livrant aux journalistes hors cour.

De toute façon au Canada, nous les juges on sait pas ses les choisir anyway...

2 commentaires:

Jos a dit…

Du sang neuf, oui! Mais il viendra d'où, ce sang neuf? Toi, tu serais assez fou pour aller en politique? Quiconque de sensé n'irait pas. Surtout désormais!

Jones a dit…

Je suis trop juste en général et trop incorruptible.

Je ne me qualifierais donc pas.