samedi 27 novembre 2010

Titres

Cette semaine j'entendais que les gens détestaient les sous-titres.

Ça m'a beaucoup peiné.

Pas du tout parce qu'une partie de mes tâches est de traduire, justement, pour que l'on sous-titre à la télé. Ça j'y ai pensé deux jours après. Effectivement si les gens n'aiment suffisament pas, peut-être n'y aura-t-il plus jamais de sous-titres. Mais tant qu'il y aura des choses comme Occupation Double, le sous-titrage sera toujours nécessaire.

Même que plus j'y pense plus on devrait faire des émissions sous-titrées pour traduire les vrais intentions des gens à l'écran.
Jean Charest dit "Laissons les policiers faire leur travail" et on sous-titrerait "'peut pas faire une commission d'enquête, j'ai les mains trop sales!"
Le premier ministre irlandais dirait "nous avons tous fait pour éviter notre crise économique" et on sous-titrerait "Nos banques ont merdé en misant sur les potentielles ventes du marché immobillier et ont été irresponsables dans les vérifications de solvabilité".
Sarah Palin se promènerait sur un lac et on sous-titerait "J'ai tu l'air niaiseuse?" même si elle ne dit rien.

Non ce qui m'a bouleversé c'est que pour la xème fois j'entendais, de manière détournée, que les gens n'aimaient pas lire.

Et je crains que ce ne soit pas sur le point de s'améliorer. Malgré l'essor des médias sociaux (qui nous forcent à lire) la plupart de ses usagers semblent n'y aller d'aucun effort pour ortographier correctement. Dieu merci il y a eu Harry Potter! Sans que ce soit de la grande littérature ça nous as planté des millions de pré-ados dans l'habitude de la lecture.

À l'école de mes enfants, les élèves ne lisent pas tellement plus par exemple. Mon fils me disait que seuls deux filles, un autre garçon et lui avaient levé la main à la question "Combien d'entre vous lisez au moins un livre par année?". Sans étonnement les 4 élèves en question sont les aussi les 4 meilleurs de la classe. Je fais de multiples efforts pour inculquer ce réflexe chez ma fille et chez mon fils. "Lire c'est apprendre à vivre!" je leur dit souvent, un livre d'Irvine Welsh à la main. De toute façon comme je lis démesurément, par mimétisme, mes enfants ont pris le réflexe assez rapidement. Quand ils ont le malheur de ne pas trop savoir quoi faire, je leur plante un livre dans les mains.

Je ne suis pas complètement convaincu de cette technique car mon père utilisait la même stratégie quand je semblais m'ennuyer mais avec les outils. Il me voyait errer sans but et il me mettait un tournevis, un marteau ou un rabot dans les mains et me disait le toujours tragique "Viens avec moi!". Je savais que j'allais faire des travaux manuels dans le garage qui me donnaient (et me donne encore) des envies de me pendre. Je me souviens même de m'être plaint un jour (au grand dam de mon père) à grand coup de "Pourquoi moi? pourquoi pas mes soeurs?" et sa stéréotypée réponse de tomber "Parce que c'est toi l'homme".

Toutefois afin de ne jamais paraître à ses yeux inoccupé, j'ai pris l'habitude de lire le plus régulièrement possible. Ce ne pouvait pas être pire châtiment que de jouer du boulon avec un wrench dans le garage. Et depuis le moteur de lecture s'est emballé. J'ai lu jusqu'à 4 livres par semaine pendant un temps quand je faisais 3 heures de route en transport en commun par jour afin d'aller travailler. Ces années-là me manquent juste pour les délices de lecture que j'y trouvais entre les stations Henri-B. et Berri-U.

Je le répète souvent à mes enfants "En lisant on comprend souvent des choses qu'on avait pas compris avant, ou en tout cas peut-être pas compris comme ça". J'ai appris à penser en lisant. J'ai appris la différence entre "circonscrit" et "circoncis" en lisant. J'ai appris à aimer en lisant. J'ai appris à écrire en lisant. J'ai voyagé, mûri, grandi en lisant.

Lire c'est réfléchir. Les gens n'aiment plus réfléchir.
C'est ça qui me peine.

Je peux comprendre que certaines personnes ont peut-être moins de temps que d'autres, mais si on se couche tous les soirs, il n'y a rien au monde qui pourrait nous empêcher d'inclure un petit dix minutes de lecture. Ne serais-ce que pour accueillir le dodo.
Sinon l'avenir est à Occupation Double.

Et ça ce serait salement triste.

1 commentaire:

sacaisa a dit…

Les sous-titres des films sont, pour moi, l'âme du film, dévoilé. ils permettent de s'imprégner des voix originales, et nous permets néanmoins de voir le film.
Je comprends votre déception, d'entendre de tels propos.
pour ma part, j'aime lire, écrire, et meme si mes écrits ne sont pas un littérature intellectuelle, cela permet de me faire lire et de me faire comprendre.
c est pour ca, que moi, je vous comprends. continuez votre blog. il est intéressant.
merci,
Garance-Iza