jeudi 9 décembre 2010

Agressions (Dites Sexuelles)

Quand l'entreprise de Julian Assange a choisi de jouer à No Bullshit, ça a fait chier pas mal tous les grands dirigeants de la planète.

On a donc choisi de le faire taire.

Toutefois, on s'y prend de manière si gauche, si atrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrocement gauche, qu'on fait de Julian Assange un véritable héros.

Je ne suis pas du tout inquiet pour Assange, comme je l'ai dit c'est un héros mais on fait de très sérieux dommages ailleurs.

Quand Assange a commencé à révéler l'irrévelable, on a cherché dans son passé si il n'y avait pas une coquille, un squelette qui aurait pu le discréditer. Mais il n'y avait rien dans son grenier. Il était tout propre et intègre. Comme son entreprise.

Toutefois, il était célibataire: bingo!

On a donc envoyé deux ex-employées de la CIA en mission aux trousses des couilles d'Assange. Une première, Anna Ardin, liée aux groupes anticastristes et anticommunistes financés par la CIA et qui a publié des diatribes anticastristes, a pris Assange par la queue et l'a amené au lit dans une relation sexuelle consensuelle avec condom. Un peu plus tard, c'était l'anniversaire d'Assange où je ne sais trop, cette même femme a organisé une fête en l'honneur de Assange. Totalement éprise de son "agresseur" elle a tweeté à ses amis qu'elle "côtoyait les gens les plus cools et les plus intelligents de la planète, la vie est merveilleuse!"

Tout ça après le "crime". Gros traumatisme...

Mission ratée, la CIA grogne, d'autant plus que Ardin a publié sur son blogue le 19 janvier comment exercer une revanche sur son chum et le réduire en pièce. On doit donc faire entrer en scène une seconde "victime". Sofia Wilen (mon genre) l'a charmé et l'a amené dans son lit elle aussi. Ils ont fait l'amour, tous deux consentants, avec un condom. Le lendemain matin, avant le petit déjeuner, ils ont remis ça, sans condom cette fois. Cela a suffit. La plaignante s'est rendue à ses patrons et a signé la plainte d'agression sexuelle scriptée au prélabale par ceux-ci.
ET PAR ARDIN!...Car les deux femmes se sont textés à multiples reprises, et se sont rendus à "la police" ensemble.

Mais comment expliquer un viol, un acte sexuel forcé sans consentement qui aurait été fait avec consentement? "Ces deux femmes ne sont pas des femmes de loi" a-t-on expliqué en Suède. Donc pour savoir si vous avez été violé là-bas, il faut d'abord demander à la police...

Une "unité de développement" a d'ailleurs été mise sur pied dans ce dossier à la justice Suédoise. Unité de développement comme dans "équipe de scénarisation pour un crime qui n'a jamais eu lieu".

Ce cirque a lieu en Suède. Apparemment, là-bas avoir une relation consensuelle sans condom est suffisant pour se qualifier dans la catégorie "agression sexuelle". Selon la Suède, déterminée à créer le système de justice le plus idiot de la planète, commencer une relation sexuelle avec un condom et la finir sans, moins de 24 heures plus tard, est un viol.

Vous vous rendez compte comme nous sommes ignorants? On ne devient plus consensuel sans condom...Je viole l'amoureuse depuis des années...

Le viol, le vrai, est un crime violent. On peut violer quelqu'un par leurre d'identité, en droguant sa victime, en s'imposant dans une relation sans consentement, dans une relation majeur(e)/mineur(e), en brutalisant le/la partenaire sans son consentement. C'est un crime qui peut être extrèmement violent même lorsque pratiqué doucement. Le viol est tragique et extrèmement grave. Ses blessures sont sournoises et imprévisibles. Une vraie agression sexuelle est une mort en soi pour la victime.

Ses deux femmes ont non seulement célébré leur baise entre amis se vantant de leur exploit en annonçant que Assange serait, à partir de maintenant, détruit mais elles ont été assez nulles pour dire, toutes deux, que leurs relations avaient été consensuelles...

Êtes vous aussi dégoûté que je le suis?

Je vous l'ai dit je ne suis pas inquiet pour Assange, les héros ne sont pas supposés l'avoir facile, mais les vraies agressions sexuelles, les vrais viols, les vraies victimes de ses crimes odieux, elles, quand elles iront raconter leur horreur, se feront-elles croire?

On dit que le viol se déroule en trois morts.
La mort physique lors du crime,
La mort cérébrale lors du témoignage et longtemps après, un peu n'importe quand.
Et la mort en la foi.

Vous avez foi en votre planète en ce moment?

1 commentaire:

Aimgie a dit…

Un viol télécommandé?!? Tu vas prendre l'avion, tu vas draguer ton "agresseur", tu vas le séduire et tu vas ensuite l'accuser de viol. Entre nous la plus grande victime n'est pas le supposé violeur?

Puis les vrais viols, ceux qui font mal à l'âme, ceux qui sèment la peur pour le reste de la vie. Ceux qui font pleurer la nuit, ceux qui fuckent à jamais les relations amoureuses, familiales, amicales, ceux-là deviennent banals, ridiculisés et surtout confirment la bonne vieille théorie que la victime l'a sans doute mérité.

Pour répondre à votre question, oh oui, je suis dégoûtée, écoeurée. Comment ne pas l'être?