dimanche 11 juin 2017

L'Adoption

Personne ne veut vivre notre (crevant) dernier lundi.

Monkee et moi avions concocté un plan secret pour la fête de l'amoureuse. Nous avons vécu le deuil de notre chat, un amour qui aura duré un peu plus de 20 ans, quand Donald Trump est devenu président. Elle n'a pas supporté le choc. Et nous en a infligé un autre. Notre deuil passé, l'amoureuse a commencé à reparler de l'idée d'avoir un nouveau chat. Très rationnellement, j'ai joué l'avocat du diable.

-Ne respire-t-elle pas mieux, elle et Monkee (tous deux sont allergiques), depuis son départ? L'amoureuse commençait ses journées depuis 20 ans avec un coup de trompette en sortant du lit. Elle ne mouche plus depuis novembre.

-Voilà 20 ans que l'on a pas entraîné un bébé chat à aller dans la litière, sommes nous prêts à sacrifier quelques divans, coussins, tapis,linge qui traine?

-S'ennuie-t-on vraiment de changer la litière? Pas moi. La litière je la tolère plus longtemps qu'elle, je deviens donc systèmatiquement celui qui ne change jamais la litière et qu'il se le fait rappeler comme on rappelle à un pré-ado de se ramasser. Existe-t-il plus turn off que de se faire materniser?

Mais voilà, en cachette, Monkee, sa blonde et moi avons magasiné un bébé chat en prévision de l'anniversaire de l'amoureuse, aujourd'hui. Il y a 3 semaines, nous avons trouvé. Un bébé chat, écaille de tortue. Tous vaccins inclus. Le magasin nous le réservait. On est allé le revoir le lundi suivant. On réalisait alors qu'en le prenant le 11 au matin, il lui manquerait un vaccin. Le chaton était jeune à ce point. Et trrrrrrrès mignon. Le dernier vaccin serait alors à nos frais. Monkee et sa blonde y sont aussi retourné une autre fois, où cette fois, ils avaient mis le chat séparé des autres, réservé pour nous. La fille nous avait reconnus. Jamais il n'a été question de dépot.

...vous me voyez venir...

Quand nous sommes repassés lundi dernier, notre mignon chaton avait disparu. Adopté.

"Oui, par nous" J'ai dit, outré.

"Vous aviez fait un dépôt?"

"On ne nous as jamais parlé de dépôt, si on l'avait fait, on aurait payé!"

Ce n'était pas la même employée. Celle qui nous avait fait de fausses promesses n'y était pas. Une chance. Je l'aurais étranglée. Dans les circonstances, je me suis bien comporté. Je me suis étonné. Pour moins que ça, j'ai déjà pêté des plombs. Mais Monkee et moi étions complètements brisés. Dévastés. Tristes. On a beaucoup pleuré. Par en dedans pour moi, carrément dans le magasin pour mon grand 17 ans. Nous vivions un second deuil. Accompagné d'une envie de mettre le feu à l'endroit. Comme je suis sorti en trombe avant lui pour ne pas faire des choses que je regretterais, j'ai manqué la pauvre employée qui disait derrière (selon Monkee) "vous ne voulez pas le dernier chaton qui reste?". Ce à quoi Monkee a promptement répondu:
"Nous ne voulons pas n'importe quel chat, nous l'avions choisi!"

Et avions même commencé à l'aimer comme un parent aime son enfant. Trois fois, on l'a visité et sorti de sa gang pour se l'acclimater et vice-versa. La trahison était titanesque. Profonde. Nous avions deux trous dans le coeur. Il fallait non seulement se virer de bord quelques jours avant sa fête, mais il fallait à la fois ne pas paniquer et se choisir "un chat de consolation" simplement parce qu'il y avait maintenant urgence, mais aussi il fallait s'effacer l'autre de l'esprit et du coeur. Ce chaton écaille-de-tortue nous avait gagné les sens. Il fallait maintenant ne plus le voir ailleurs que dans l'absence. On a fait trois autres places. Rien à faire. On voyait encore l'autre. On est allé diner et j'ai erré sur le net. On en a trouvé plein. On a pris trois rendez-vous. Tous en soirée ou fin de journée. Gardant Punkee, soeur de Monkee, dans l'ignorance, car elle ne sait pas tenir un secret. (et deux coeurs meurtris déjà, c'est assez)

On est officiellement allé "au match de soccer de Koala (la blonde de mon fils)" vers 17h00. C'était une heure conne pour une ligue de soccer de jeunes filles de 17 ans, mais la menterie a passée. Dehors, c'était le déluge. L'amoureuse ne comprenait pas nos envies de voir Koala jouer dans ses conditions, notre réel déplacement était presque sous le pont Jacques-Cartier pour y caresser un jeune bébé chat, potentiellement nôtre. Monkee a été séduit. Pas moi. Tout d'abord la fille a menti sur le net. Elle le prétendait 8 semaines et nous as dit qu'il était né le 27 avril, Ça lui faisait 5 semaines et demies. Le chat était chétif et mou. Je pensais qu'il pouvait me mourir dans les mains quand elle a justement dit: "la mère a manqué de lait, j'ai dû la nourrir au biberon, honnêtement, je ne pensais pas qu'elle s'en tirerait". Bon! Chat pas encore complètement sevré, qui ne serait pas aussi en santé qu'elle le prétendait sur le net. Je l'ai eu dans les bras tout le long et le chaton a tremblé tout le long. Sur quoi nous mentait-elle encore?

J'ai quitté pensant "chat de consolation". Monkee était plus séduit. On s'est ensuite mis à douter des photos du net. Des photos trop parfaites pour le chat mou que l'on venait de voir. On ne pensait pas "jeune chat qui veut jouer" en le prenant. On pensait "chat mourrant". Les oreilles ne semblaient pas avoir la même longueur non plus. Audition ratée. Il fallait que notre rendez-vous de 20h fonctionne, mais après cette tentative plus ou moins honnête, je ne croyais même plus à notre visite de 20h. Le chat sur les photos paraissaient nettement plus vieux que les 8 semaines qu'on lui prêtait. Et sur certaines photos: mort! 4 photos, dont trois où il dort! La menterie a fonctionné pour le soccer, revenant trop vite à la maison, nous avons pretexté que le match avait été annulé en raison de la pluie qui était de toute manière de plus en plus sévère.

Notre déprime intérieure aussi. On a pas voulu honorer notre rendez-vous du plateau Mont-Royal. On s'est découragé de la photo avant même de se rendre.

À 19h45, Monkee et moi allions officiellement "à la bibliothèque". L'amoureuse était au téléphone avec une amie et disait justement "...faudrait adopter un chat là...". On s'est poussé en douce, plein d'espoir, mais surtout d'appréhensions. Si on était encore déçu, quand trouverions nous le temps...?

Puis, le total coup de foudre! C'était inespéré. Un vrai toutou dont les photos ne rendaient pas justice aux beaux poils longs que le chaton avait. Il était joueur, animé, ET BÉBÉ! en le mettant par terre, il a voulu jouer avec mes doigts et s'est placé la minuscule tête dans ma main pour que je le flatte.
VENDU!

Vendu gratis en plus.
(notre chat de pet shop: 260$, chat d'en dessous du pont: 50$, chat du plateau: 100$)

Splendide investissement félin.

Sommes allés le chercher hier matin à 7h30 (pour des raisons de travail de la part de la propriétaire) et avons devancé d'une journée la remise de son cadeau.

Ma blonde a recommencer à moucher.
Après avoir essuyé ses larmes.

C'est intense adopter.

L'intensité doit être quintuplée quand c'est il s'agit d'un enfant...

Bienvenue dans nos vies, Spooky.

On a beaucoup à vivre ensemble.


Aucun commentaire: