jeudi 25 août 2016

André Melançon (1942-2016)

Cher André,

Tu as été mon prof.
Notre prof.
Quand on a que 8 élèves, la proximité s'impose.

Tu avais la taille et la voix du respect.
Tu étais un grand ours tendre qui nous as appris à écrire, à rire et à pleurer.

Tu nous as appris l'humilité.

Tu nous as appris à être des Hommes.

Ta voix si bienveillante, celle que l'on aurait prêté au Père Noël, résonneras encore longtemps en nous.

Tu ne pouvais pas être le Père Noël, il y avait toujours une touche de noir naturel dans ta barbe. On te disais que tu étais trop jeune de coeur pour avoir les traits d'un vieux.

Tu étais quand même notre Père Noël car ta présence était toujours un cadeau.

On a eu ta blonde aussi comme prof. Une femme adorable, beaucoup moins froide que l'on pouvait tous se l'imaginer. Peut-être un peu à cause de toi.

Nos sympathies, Andrée. Nos larmes n'auront pas le poids des tiennes.
Il était amoureux fou. Jamais plus vivant que lorsque tu le regardais. Il t'aimeras encore d'en haut.

Il fera des mottes de neige avec les nuages. Il aimait la neige comme moi. Elle avait été bonne pour lui.

Il détestait la violence. Il en avait fait l'un de ses premiers films.

C'est Fellini qui avait allumé la lumière du passionné en toi, André.

Tu nous as enseigné La Strada en nous disant que filmer ce n'était pas seulement montrer, mais que c'était d'abord et avant tout raconter.

Tu étais un fameux, fameux conteur. Pas anormal de t'être trouvé parmi les contes pour tous une bonne partie de ta vie.

Tu travaillais pour tous. En toute humilité.
K.I.S.S.
Keep It Simple, Stupid.

Tu m'avais dirigé dans Cher Olivier. Tu l'avais surement oublié.

On s'était tout de suite aimé toi et moi, André, parce qu'on ne s'était pas gênés pour se le dire. Tu aimais ma manière de me faire confiance et j'admirais la manière que tu avais de faire taire ton ego au bon moment. On admirait chez l'autre ce qui nous manquait. On se complétait sans le savoir.

J'irai t'enterrer et ne serai que l'un de tes nombreux enfants.

Et si je suis aujourd'hui un peu plus grand.
C'est entre autre parce que tu t'es un jour trouvé sur mon chemin.
Parce que tu m'a fait respecté en moi, l'enfant.
Parce que tu incarnais le bien.

La mort est vache pour les gens purs comme toi.
C'est comme si elle vous disait : "toi, t'avais pas le droit d'être bien comme ça"

Notre chatte porte le nom de l'un de tes personnages.
C'est ma manière inconsciente de te rendre hommage.
Notre chatte a 20 ans, elle est immortelle.

Comme toi, d'une certaine manière.

Merci André,
Jongle avec les étoiles pendant qu'on décrochera la lune.
Tu auras éclairé les côtés obscurs de nos coeurs.

Siempre te querràs al cielo  


1 commentaire:

Aimgie a dit…

Merci à toi Hunter pour ce généreux témoignage et un bel adieu à ce géant débordant de bienveillance, comme si on avait les moyens de les perdre ces humains exemplaires.