vendredi 30 août 2013

Y Aura Pas de Mois de Septembre Cette Année

Unité 9, 19-2, le 15-18.

Je vous avais averti qu'un jour nous deviendrions presqu'entièrement chiffres.

Radio-Canada, Télé et Radio ont le pied dans le coffre-fort.
Mais il n'y a plus de lingots d'or.

Je suis de moins en moins télé et de plus en plus radio.

À la radio je me suis déjà inquiété de l'arrivée de "King Beaudoin" à la direction de la programmation.

Depuis son arrivée: exit Maisonneuve, plus de place à Robert Frozy, déplacement de Desautels et maintenant exit René Homier-Roy aux aurores au mois de septembre.

Il serait injuste d'imputer tout ça simplement au style de gestion de Robert Beaudoin. Ce serait aussi passer sous silence les bons coups comme l'embauche de Patrick Masbourian, l'émmission Plus On Est De Fous Plus On Lit et Jacques Bertrand, toujours aussi agréable et pertinent.
Peut-être que Maisonneuve et Beaudoin ne voyaient plus les choses du même oeil. Le style ligne ouverte n'est plus tout à fait 2013. Peut-être que Frozy et Beaudoin quand à eux, chantaient ensemble avec les mêmes accents. Desautels a eu de graves ennuis de santé en fin d'année passée, un ralentissement s'imposait. Et Homier-Roy a subit d'importants deuils successifs, autant au niveau familial que personnel l'an dernier. De quoi remettre les choses en perspectives. Avait-il encore envie de se coucher vers 21h tous les soirs et de se lever vers 3h du matin 5 fois par semaine? Ça use.

Reste que mes rendez-vous matinaux avec lui et son équipe me manqueront. L'ancien critique cinéma devenu redoutable aviseur littéraire, fonctionnait à merveille en temps que guide et coordonateur des chroniques du jour. Jamais il ne volait la vedette avec un surplus d'ego à ses invités. Il avait ce rare talent de pouvoir interviewer un invité malveillant, de le cuisiner avec élégance et de tout de même raccrocher alors que tout le deux, si ils n'avaient pas encore un sourire, n'en avait pas moins, un rictus.
L'Ayatollah de la langue Guy Bertrand (pas le clown en droit de Québec, le spécialiste de la languele torturait à merveille et il en souffrait beaucoup. C'était fort amusant. Homier-Roy arrivait à nous fait rire, réfléchir, à nous faire pencher sur un sujet de manière différente et à poser des regards, parfois obliques, sur des choses qu'on avait souvent oublié de regarder de certaines manières. TOUTE les fois que je l'ai écouté, lui et son équipe, je me suis senti plus intelligent par la suite. J'ai pratiquement toujours appris quelque chose. Je suis sorti plus riche à pratiquement toute les écoutes de son émission matinale. J'étais le cousin discret au fond de la pièce qui reçoit tout comme une éponge dans cette famille dont je m'ennuierai.

En fait, il n'y aura tout simplement pas de mois de septembre cette année à la radio pour moi. Pas que je n'aime pas Marie-France Bazzo et sa gang mais j'ai l'impression que je la connais déjà. Je la suivais religieusement à Indicatif Présent. Je l'ai vu passer à la télé et...refaire excatement ce qu'elle faisait à la radio avec le même monde...se réinventant peu, donc. Homier-Roy au travers des années, des mois, des semaines n'aura été que réinvention. Et du même coup, il nous changeait un peu aussi. Bien que Bazzo soit redoutablement bonne dans les échanges avec ses invités elle aussi, je la trouve plus nerveuse et je n'ai pas complètement envie de revisiter ce que je connaissais déjà d'Indicatif Présent. Émission qui était très bonne soit dit-en passant, avec une animatrice que je recommande à tous, mais c'est personnel, j'ai un deuil à vivre, avant. C'était souvent le choix de musique de son directeur musical de l'époque (que j'espère remplacé depuis) qui m'exaspérait à la longue et me faisait enfiler un disque à la place.

C'est injuste ça aussi. Bazzo ne mérite pas mon boudage. Je l'ai écouté comme on fréquente une maitresse. En cachette. Elle ne refait pas Indicatif Présent.

Je suis aussi tombé sur l'émission d'Homier-Roy le vendredi 23 août dernier par pur hasard. J'attends quelqu'un d'autre puis Hop! Homier-Roy qui se pointe à 13h .C'était une première, dans sa biblitohèque. Il y reçevait un écrivain de chez nous qui m'agace. Homier-Roy fera des émissions les vendredi et samedi en début d'après-midi si je comprends bien. Plus littéraires le vendredi et axées sur la culture le samedi. Ses eaux naturelles.

Il me manquera René.
Et l'affiche du film de Joshua Michael Stern dans mon quartier me le rappelle tous les jours :)

À défaut de passer pour un vieux nostalgique râleur.
C'était bien meilleur le matin.

Il manquera un professeur à la rentrée, en septembre cette année.

4 commentaires:

Aimgie a dit…

Je partage tout à fait tes sentiments pour Bazzo et son émission, j'ai même dit cette semaine, on dirait qu'elle est là "en attendant".

René me manque, Guy Bertrand aussi, même Véro et la candeur de ce cher Yves me manque, bref !

Le problème c'est que pour prendre le pouls de la journée, j'ai besoin de quelques heures de radio et comme je ne fréquente que la ici/radio-chose-là/première, je subis, sans trop de conviction.

Tout ça pour dire que je te comprends tellement et pour moi non plus, il n'y a pas de rentrée cette année. Je me sens comme si je m'étais levée trop tard et que j'avais perdu mon sac d'école.





Jones a dit…

La nervosité de chausser de si grands souliers était palpable cette semaine.

Mais on sait Bazzo excellente, laissons-lui le temps d'installer sa tente et on devrait avoir de pas pires bivouacs bientôt.

:)

Aimgie a dit…

Ah je reconnais bien chez-toi le sage philosophe... je vais essayer de suivre tes conseils. :)

Bien que je reste persuadée que Marie-France Bazzo n'est pas du matin. :)

:)

Jones a dit…

"Marie-France Bazzo n'est pas du matin"...Haha! Je n'avais pas vu la chose de cette façon mais effectivement...elle semblait fatiguée à l'arrivée...:)