vendredi 7 juin 2013

Pas Envie d'Être Vieux

"Tu devrais faire comme le père de Giusseppe au lieu de courir devant la télé dans le sous-sol, je l'ai vu courir dans les rues l'autre jour" me disait Monkee en mars, quand l'été se déguisait en saison précoce.

C'est ce que j'ai fait. 30 minutes par jour. Tous les jours, autant que possible.

Chez les animaux, si on les sort de leur cycle, ils sont légèrement désorientés par la suite. C'est la même chose pour les martiens-vampires irlando-atikamecw du Québec. Sommes allés à Québec un week-end et ça m'a pris un temps fou à me remettre au jogging. Dans le but de me stimuler davantage, de me mettre au moins dans l'état d'esprit, en échange d'un maigre billet vert, j'ai acheté le livre d'un chroniqueur que j'aime bien, Yves Boisvert, qui traitait justement de la course. Sous la forme de chroniques et de récits candides, préfacés par Marc Labrèche. Un livre orange. Tout pour me plaire.

Oui ça m'a plu. Principalement parce que j'aime la plume de Boisvert et l'homme, je le trouve aussi remarquable. Mais son livre a aussi confirmé tout ce que je n'aime pas du jogging. Le chapître appelé Les Chiffres entre autre. Un calque de ce qui m'horripile en société, être identifié par son temps(salaire), par un titre (un emploi). Oulà...Boisvert se présente bien comme le contraire d'un grand joggeur, le contraire d'un super sportif mais de chapître en chapître, de marathons en demi-marathons, de qualifs en collants, il me plaçait loin de tout ce qui me plait* dans la course.

Je cours pour perdre du poids. Pour m'aimer mieux. Pour ne plus être inconfortable quand je suis torse nu, seul devant un miroir.

Le mot important dans ce que je viens de dire c'est seul.

Pour moi, et même Boisvert le dit dans ses chroniques, c'est un plaisir solitaire. Je fais trois fois 140 redressements assis par jour. Pourquoi 140? je sais pas, pour pas faire de chiffres ronds. Je n'aime pas beaucoup les chiffres vous le savez. Mais j'ai pas envie d'être vieux non plus. Mon envie de la meute, de la comparaison par la suite, je ne la veux pas verbale, je la veux visuelle, discrète. Mentale. Privée. En meute privée. Ma vanité doit rester discrète (ou virtuelle...:)

Plusieurs de mes amis se sont mis au jogging eux aussi depuis quelques années. Mais ils font des marathons et ils se moulent dans des costumes dans lesquels je ne voudrais jamais me voir. Je ne suis pas non plus un homme de costume et je voudrais courir invisible. Je ne voudrais surtout pas qu'on me remarque en train de courir. Ça trahirait mes plus de 40 ans et le fait que je suis justement sur la pente vers la fin à partir de maintenant. J'ai couru merdiquement avec eux une ou deux fois. Loin derrière dans le brouillard, je finissais par abandonner quand mes deux mollets claquaient à essayer de les suivre.

Mes chiffres? c'est pas des kilomètres, ni même des heures. C'est 30 minutes par jour. Comme l'alimentation, c'est la régularité qui compte. J'ai couru une fois un 2 km avec des collègues de travail. Nous étions une équipe. L'un courait le 5 km, l'autre le 10 et moi le 2 et au cumulatif, il y avait un gagnant parmi les cumulatifs des trois courses.

"Combien t'as fait?" m'avait demandé le gars du 5 km, touvé par hasard après ma course. "aucune idée, je lui avais dit, j'ai vu mon nom sur un cadran afficheur mais la suite, je sais pas...".

La suite c'était que notre équipe, notre trio, parmi une trentaine avait gagné au cumulatif. Surement pas grâce à moi. Enfin peut-être, je ne sais pas. Je m'en moque. Pour la photo de l'équipe gagnante pour le journal de Ville Saint-Laurent,  je n'étais même pas là. Absent sur la photo: Hunter Jones. J'étais à Hawai à boire du Coppola rouge à 6$.

Courir en collant fluo...not in my lifetime. Me faire prendre en photo comme coureur...quelle imposture, je ne veux que m'aimer mieux.
Facile de faire ça en surfant à Hawai.

Vouloir battre un record personnel?
Peut-être sur la balance.
Mais encore, je ne me pèse même pas.
C'est franchement trop décourangeant.
Je mesure mes résultats par mon linge.
Je ne fais que freiner l'inévitable décadence.

Juste pas envie d'être vieux.

Je fais encore 420 redressements assis par jour et cours toujours ma demi-heure par jour.

Des contre-la-mort.

*la musique dans mes oreilles...:)

2 commentaires:

Pascale a dit…

Chouette que tu t'y sois mis. Ça me rappelle avoir déjà lu ici (il me semble, c'est vague) que les coureurs cachaient tous une maladie mentale, me demande bien quelle est la tienne... ;)

Bon, encore aimé un texte de toi. Sauf Boisvert qui est un des pires selon moi à la grosse Presse. Le plus insidieux chroniqueur, maître des sophismes. Mais bon, peut-être que s'il enlève ses souliers de chroniqueur fédéraste et qu'il enfile ceux de coureur, il est plaisant à lire. C'est ce que tu sembles dire...

En tout cas, continue comme ça avec ton 30' et tes mille redressements, quoique je te suggère de regarder plutôt du côté du gainage. Plus rapide et global comme bienfait.

Bonne course!

Jones a dit…

Fort intéressant le gainage...

...Merci du tuyau!:)